Reprise électrique

Danse / Maguy Marin reprend au Toboggan sa pièce choc et géniale, Umwelt. Soit une heure en apnée parmi des éclats de vie quotidienne, fragments sinistres ou lumineux en mouvement permanent. Jean-Emmanuel Denave

Une brève apparition puis une sortie en coulisses, un court instant passé entre deux miroirs, la buée d’un reflet vite effacée… Autant de définitions possibles de l’existence humaine. Une vie absurde, nauséeuse et qui soulève le cœur dans sa version Schopenhauer, Cioran ou Céline. Une vie pleine de possibilités, infiniment ouverte, débordant d’instants éternels en eux-mêmes, dans sa version Henry Miller, Lawrence ou Gilles Deleuze. Entre ces deux «facettes», la chorégraphe Maguy Marin ne tranche pas, mais les rassemble et les emporte dans un même souffle vacillant… La violence et l’amour, la cruauté et la tendresse, l'abjection et la beauté, la tristesse et la joie. Créée le 30 novembre 2004 au Toboggan, Umwelt est une pièce sous très haute tension, épuisant les possibles, allant jusqu’au bout du rouleau comme on dit. «Pour cette création, je suis, comme souvent, partie de Beckett et de l’idée d’épuisement, de dépouillement, d’épure. Umwelt signifie «milieu environnant» en allemand, et je me suis aussi appuyée sur la lecture de l’éthologue allemand Jakob von Uexküll, Mondes animaux et monde humain. J’ai travaillé en étroite collaboration avec mes interprètes, en essayant de sortir des codes de la danse, de les libérer de leurs capacités et compétences habituelles. Dans cette pièce, il est question tout simplement de savoir comment un corps affecte ou est affecté par d’autres corps. Et de décliner les variations possibles à partir du corps et de ses capacités, communes à tous» déclarait Maguy Marin en 2004. Face au miroir
Au fond du plateau, une cinquantaine de grands miroirs souples rectangulaires sont disposés en quinconce, oscillant au gré d’une soufflerie au bruit sourd et obsédant. Au sein de ce labyrinthe ressemblant à un palais de glaces de fête foraine, neuf hommes et femmes (danseurs ou non danseurs) vont faire de très brèves apparitions, exécutant un geste ou une action, avant de disparaître aussitôt. L’ensemble de la pièce est «couvert» de lourdes nappes de guitare électrique composées par Denis Mariotte… Seuls, à deux, à trois ou à plus encore, les interprètes surgissent des interstices du dédale miroitant pour : manger une pomme, se pincer le nez, se recoiffer, allumer une clope, enfiler un bleu de travail ou une blouse blanche, porter une plante ou un bébé à bout de bras… Ils se battent aussi, s’enlacent voluptueusement, se poursuivent, courent sans but, s’immobilisent face au public, le regard un peu absent et lointain… Dans Umvelt il n’y a pas vraiment de mouvement dansé au sens commun du terme, mais la pièce est une fascinante machine chorégraphique faite de rythmes, de jeux de lumières et d’images reflétées, de refrains de couleurs et de ritournelles gestuelles. Au milieu du flux de la vie, dans la tourmente agitée de la mécanique quotidienne, Maguy Marin donne à voir et à éprouver des fragments de corps, des entre-deux, des milieux incertains, des éclats de sentiments, mais aussi tout simplement le pouvoir, la séduction, le travail, l’intimité, la trivialité. Umvelt est un grand miroir mouvant, où rien n’est définitivement figé ni perdu, où rien n’est jamais gagné non plus. Face au public
Ceux d’entre vous qui s’attendent à voir de la danse ou à être caressés dans le sens du poil (appelons-ça «se divertir») seront passablement déçus en assistant à Umwelt. En 2004, les réactions d’une partie du public furent particulièrement rudes, un spectateur allant jusqu’à monter sur scène pour brutaliser un interprète. Quelques temps plus tard, au Festival Montpellier Danse, un autre spectateur monte sur scène pour singer la pièce… Maguy Marin en sera profondément choquée, bouleversée même, et créera par la suite Ha ! Ha !, pièce caustique sur un monde contemporain vide, friand seulement d’humour, d’évasion comique et de blagues. Aujourd’hui encore, lorsqu’elle prend la parole en conférence de presse (pendant la Biennale de la danse 2008), la chorégraphe ne peut s’empêcher de fulminer contre «ces gens cultivés qui se comportent comme des consommateurs dans des marchés». On saluera donc ici le courage des programmateurs du Toboggan et de la compagnie reprenant, sur les lieux mêmes de la controverse, cette pièce. Celle-ci, en ce qui nous concerne, n’a toujours pas fini de nous fasciner !Umwelt
Au Toboggan de Décines, les 20 et 21 mars.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Mardi 12 avril 2022 Non labellisé Scènes Découvertes, mais enfin aidé par la Ville, le Théâtre de l’Uchronie, au cœur de la Guill’, défend depuis 2014 des récits imaginaires et oniriques. Les pieds beaucoup plus sur terre que satellisés.
Mardi 29 mars 2022 Dans un spectacle dérangeant et éblouissant, Alice Laloy renverse les codes du roman de Pinocchio et s’attache au moment de sa transformation. Un des grands spectacles du dernier Festival d’Avignon ; de surcroît accessible aux enfants.
Mardi 15 mars 2022 Après son premier one-man-show dans lequel le prince des potins, Tristan Lopin, nous comptait ses déboires amoureux, l’humoriste revient avec un seul en scène brut, décapant et authentique, le 1er avril, à la Bourse du Travail.
Mardi 15 mars 2022 Pas simple de restituer Pialat au théâtre tant il a éclaboussé le cinéma de son génie à diriger les acteurs. Dans ce spectacle énamouré adossé à À nos amours, Laurent Ziserman parvient à saisir l’infinie justesse qui émanait des films du...
Mardi 1 mars 2022 Avant de présenter Un Sacre aux Célestins en mai, Lorraine de Sagazan propose au Point du Jour une plus petite forme, La Vie invisible, conçue avec le même auteur Guillaume Poix. Où il est question de la perception d’une pièce par un malvoyant....
Mardi 18 janvier 2022 C’est un art que le metteur en scène Renaud Rocher maîtrise à merveille. Celui de faire théâtre d’un recueil de témoignages. En 2020, il invitait à suivre les méandres du parcours d’un demandeur d’asile. Voici qu’avec Comme une image, il se...
Mardi 4 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Mardi 4 janvier 2022 Dans Le Jeu des ombres, pensée pour la cour d’honneur du Festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on ne le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane Mnouchkine.
Jeudi 16 décembre 2021 Créée en 1981, représentée plus de 800 fois à travers le monde, la pièce May B de la chorégraphe Maguy Marin est un monument de la danse contemporaine, et même (...)
Mercredi 15 décembre 2021 Dans son petit cabaret, Johanny Bert, auteur, chanteur, marionnettiste, metteur en scène fait souffler un vent de liberté incroyable grâce à sa figurine queer en mousse. Intelligent, tendre, drôle, follement enthousiasmant, Hen est aux Célestins et...
Jeudi 30 décembre 2021 Immuable tradition pour certains, baptême du feu pour d’autres, le réveillon est une belle occasion d’assaillir les café-théâtres. Tour d’horizon de la programmation du 31 décembre pour mettre en boîte 2021 et saluer 2022.
Mercredi 17 novembre 2021 Christiane Jatahy, brésilienne, surestimée star du théâtre en France, vient au TNP avec sa dernière création en date, très aboutie. Dans Entre chien et loup, variation sur le film Dogville, elle parvient à mêler avec virtuosité ce que jusqu'ici elle...
Mercredi 17 novembre 2021 Originaire du Brésil, formée à la danse dans son pays puis à Bruxelles, Vania Vaneau a été interprète pour certains des plus aventureux des chorégraphes (...)
Mercredi 17 novembre 2021 Le roi de la punchline et chroniqueur sur France Inter Waly Dia sera à l'affiche de la Bourse du Travail le vendredi 26 novembre avec son dernier spectacle, Ensemble ou Rien : 1h20 de one-man-show bien rodé, dynamique et incisif.
Jeudi 4 novembre 2021 La gamine de la Croix-Rousse prolo a bien grandi. À 70 ans sonnés, la pause du confinement aidant, la comédienne Myriam Boyer fait dans une biographie tout juste parue un retour arrière sur ses vies de cinéma et de théâtre. Où l’on croise...
Mercredi 6 octobre 2021 Bouleversant, intimidant par tant de sensibilité, Love est un immense spectacle de théâtre dans lequel Alexander Zeldin nous convie dans un foyer d’urgence de l’aide sociale britannique.
Mercredi 8 septembre 2021 100 ans en plein Covid, 101 ans cette année. Enfin le TNP peut convoquer son histoire lors d’un mois de septembre dense et réjouissant. De Paris à Villeurbanne, de Firmin Gémier à Jean Bellorini,  l’aventure du théâtre national populaire...
Jeudi 9 septembre 2021 Ces Invites retrouvées (du mercredi 15 au samedi 18 septembre à Villeurbanne) sont d’une densité folle. Et d’une qualité remarquable. Gratuit, as usual pour ce festival des arts de la rue.
Jeudi 9 septembre 2021 Entre la Maison de la Danse et l'Opéra de Lyon, trois rendez-vous aguicheurs sont proposés cet automne en compagnie du maître néoclassique qu'est William Forsythe. 

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !