Les Beaux Gosses

Une comédie sur des ados moyens, dans un espace-temps insituable, se jouant des codes du réalisme avec un humour franchement incorrect : le premier film de Riad Sattouf est un pur bonheur. Christophe Chabert

Pour donner le ton de cette teen comédie à la française écrite et réalisée par l’auteur de l’immortelle BD Pascal Brutal, il est bon d’en livrer un petit extrait. Hervé, ado complexé et maladroit, est avec son père en voiture (le reste du film, il vit seul dans une HLM triste à pleurer avec sa mère, une harpie obsédée par la vie sexuelle de son fils, notamment son penchant masturbatoire). Il l’interroge sur son prénom : «— C’est toi ou maman qui m’avez appelé Hervé ? — C’est moi. — Pourquoi ? C’est pourri comme prénom… — Ouais, mais c’est à cause de ta grand-mère, elle est morte juste avant ta naissance, et comme elle était fan d’Hervé Villard… Sinon, on t’aurait appelé Yannick, comme Yannick Noah…». Voilà le genre de dialogues qui parsèment Les Beaux Gosses ; il en dit long sur le talent de Sattouf pour imprégner son histoire de notations arrachées à même la viande de la culture populaire française puis transformer en humour sophistiqué et ravageur.

Bienvenue dans l’âge ingrat

Les Beaux Gosses s’intéresse donc à une poignée d’ados ingrats, stéréotypés et immédiatement attachants : le geek zozotant, l’arabe fan de heavy metal, le timide efféminé… Tous puceaux, tous obsédés et tous profondément inaptes à saisir le désir d’en face, même quand celui-ci est gros comme le nez au milieu d’une figure acnéique. Ce désastre hormonal devient cependant une énergie conquérante et jamais jugée par le cinéaste. Qu’ils se déploient à travers le catalogue de La Redoute, une fausse vidéo porno avec une MILF sexy et dominatrice, un jeu de rôle miteux ou une invocation de l’esprit d’Adolf Hitler (scène hallucinante !), les fantasmes débridés de ces ados intemporels conduisent à une série de vignettes hilarantes. C’est la petite limite du film : son côté collage de sketchs en lieu et place d’un scénario vraiment charpenté. Mais Sattouf a su créer un monde à mi-chemin entre le réel et la fantaisie pure qui assure génialement le liant. L’image (un peu sale, signée Dominique Collin, qui avait déjà fait le coup avec Seul contre tous de Gaspar Noé), la musique (une techno bricolée à la Mr Oizo) et les décors (une France urbaine et sans charme) participent de cette singularité qui donne au film un vrai style, tendance brut et crade. Sans oublier des seconds rôles réussis (Lvovsky en mère abusive, Devos en proviseur pas si coincée que ça…), des touches de noirceur démentes (le suicide du prof), et un fourmillement de détails qui nécessitent plusieurs visions pour les saisir tous. Les Beaux Gosses, c’est déjà la comédie de l’été 2009 !

Les Beaux Gosses
De Riad Sattouf (Fr, 1h30) avec Vincent Lacoste, Anthony Sonigo…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 11 juin 2021 Officiellement, la 16e édition du Lyon BD Festival se tient les 12 et 13 juin. Mais chacun sait que, dans les faits, le rendez-vous de la bande dessinée a commencé depuis une septaine déjà. Rien à voir avec quelque éviction prophylactique :...
Mercredi 14 septembre 2016 de Justine Triet (Fr, 1h36) avec Virginie Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud…
Mercredi 2 mars 2016 Le millésime 2016 des plus illustres cinéastes grolandais est arrivé, et il n’a rien d’une pochade : derrière son nez rouge de clown, Saint Amour dissimule une histoire d’amour(s) tout en sobriété.
Mercredi 10 février 2016 De Danielle Arbid (Fr, 1h59) avec Manal Issa, Damien Chapelle, Paul Hamy…
Mardi 23 septembre 2014 Riad Sattouf est sans doute l'auteur de BD le plus observateur de sa génération. "L'Arabe du futur", le recueil de souvenirs d'enfance qu'il dédicacera cette semaine, confirme qu'il est aussi le plus lucide. Benjamin Mialot
Mardi 2 septembre 2014 Dans une séquence élégamment distanciée, les personnages d’Hippocrate, tous médecins ou infirmiers, internes, externes ou chefs de service, se retrouvent (...)
Vendredi 24 janvier 2014 Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf élève d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très...
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Jeudi 22 avril 2010 La Vie secrète des jeunes – Tome 2 L'Association
Lundi 22 juin 2009 On a découvert Riad Sattouf sur le tard, via son personnage culte Pascal Brutal. Soit la description en bande dessinée, dans une France futuriste dirigée (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X