Le carré parfait de Truffaut

L’œuvre de François Truffaut, actuellement projetée dans son intégralité à l’Institut Lumière, est entièrement contenue dans ses quatre premiers films, où l’on trouve aussi un précipité de ce qu’a été la Nouvelle Vague. Christophe Chabert

Vingt-cinq ans après sa mort, un demi-siècle après son premier film, l’héritage de François Truffaut est encore vivace dans le cinéma mondial. De Loach à Desplechin, de Tsai Ming Liang à Steven Spielberg, d’Almodovar à Wes Anderson, l’œuvre du cinéaste infuse chez les grands auteurs actuels. Intègre et personnelle, elle a pourtant plusieurs visages, que Truffaut avait balisés avec ses quatre premiers films, dont tous les autres ne sont que des déclinaisons affinées, des suites rêveuses ou des remakes cachés.

Les 400 coups : Antoine Doinel est né

Sensation au festival de Cannes 1959 : le critique de cinéma François Truffaut devient cinéaste et réalise Les 400 coups, en rupture radicale avec l’esthétique du cinéma français à l’époque. Un vent de vérité, du décor aux acteurs, mais aussi une maîtrise de la mise en scène, fondée sur un apparent refus de la maîtrise, baignent ce film pionnier. Truffaut s’y invente un alter ego de fiction, Antoine Doinel, et lui offre un corps et une voix inédits, ceux de Jean-Pierre Léaud. Aussi insoumis que son personnage et son auteur, Les 400 coups parle d’une enfance éprise de liberté dans un monde qui ne va pas assez vite à son goût, jusqu’à un dernier plan inoubliable : un long travelling sur une plage où Doinel s’échappe et contemple l’horizon. Truffaut ne le laissera pas là. Il le retrouvera à intervalles réguliers : adolescent amoureux (Antoine et Colette, sketch de L’Amour à vingt ans), jeune adulte indécis (Baisers volés), homme marié (Domicile conjugal) puis divorcé (L’Amour en fuite), Doinel rejoue à dix ans d’écart les mouvements sentimentaux de la vie de Truffaut. C’est pour lui une récréation sérieuse : d’une folle liberté de ton, les aventures d’Antoine Doinel forment une longue comédie douce-amère, mais aussi un regard amusé sur la France et ses mutations.

Tirez sur le pianiste : la tentation du noir

Truffaut, lorsqu’il était critique, défendait bec et ongle les séries B américaines. Dès son deuxième long-métrage, il en offre une lecture toute personnelle : en adaptant librement un roman de David Goodis, Truffaut se joue des codes du polar. Ce qui l’intéresse, ce n’est pas l’intrigue, mais les figures de style qu’elle autorise. Tirez sur le pianiste n’est pas un film noir, mais une méditation ludique sur un genre aimé et son histoire. Cette tentation du genre traverse son œuvre, sans jamais y succomber : La Mariée était en noir et La Sirène du Mississippi, tous deux tirés de William Irish, transforment ces deux polars en drame romanesque et en comédie romantique. Pour ce qui sera son dernier film, l’extraordinaire Vivement dimanche !, Truffaut revient au noir, mais en retire toute gravité. Le film est léger, euphorique, loin de tout crépuscule, sinon a posteriori celui d’une œuvre terminée prématurément alors qu’elle semblait trouver une nouvelle jeunesse.

Jules et Jim : le roman et l’histoire

Film fou, d’une liberté exceptionnelle tant dans sa mise en scène que par son sujet (une femme aime deux hommes, liés par une indéfectible amitié malgré les soubresauts de l’histoire), Jules et Jim est le premier chef-d’œuvre de Truffaut. Il constitue aussi une des colonnes vertébrales les plus solides de son œuvre : le grand film romanesque inscrit dans l’Histoire. Sans nostalgie mais avec beaucoup de mélancolie, le cinéma de Truffaut a besoin de ce socle pour exprimer les tourments et les aspirations de ses personnages : la passion d’une jeune femme, fille de Victor Hugo (L’Histoire d’Adèle H.), l’obsession mortifère d’un homme brisé par la guerre, ignorant les vivants qui l’entourent (La Chambre verte), la Résistance depuis les coulisses d’un théâtre (Le Dernier Métro). S’ils ne retrouvent jamais la folle énergie de Jules et Jim, ces films, les plus profonds et les plus sérieux de Truffaut, ont assis sa réputation internationale.

La Peau douce : la passion du cinéma

Après l’invention à l’œuvre dans Jules et Jim, la mise en scène de La Peau douce paraît classique. Pas d’ouvertures à l’iris, pas d’adresse caméra, pas de chansons, pas de raccords sauvages… De là à identifier cette «sagesse» aux enjeux de son récit (un adultère tragique dans un couple bourgeois), il n’y a qu’un pas… Mais La Peau douce n’est ni l’acte final de la Nouvelle Vague, ni la phase d’embourgeoisement de l’œuvre de Truffaut. C’est, au contraire, son acmé et son dépassement. Car ce n’est plus le scénario qui raconte l’histoire, mais la caméra et le regard du cinéaste, chargeant chaque mouvement d’appareil d’un sens qui se dérobe aux mots. Raconter le film, c’est le décrire ; en parler, c’est parler de l’amour de Truffaut pour le cinéma. Dans le même temps, Godard choisit la voie théorique avec Le Mépris, Rozier celle de la spontanéité avec Adieu Philippine. De ce triangle sortira tout le cinéma moderne français, et Truffaut évoluera à l’intérieur avec son style propre : ce sera La Nuit américaine, Les Deux Anglaises et le continent, L’Homme qui aimait les femmes et le mélodrame absolu qu’est La Femme d’à côté. Des films où aimer est indissociable du fait de filmer. Totalement, tendrement, tragiquement.

Intégrale François Truffaut
À l’Institut Lumière jusqu’au 14 juillet.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Lundi 5 juillet 2021 Hommages et déserts au menu de l’Été en Cinémascope 2021, avec en sus de somptueux plats de résistance. Réservez tout de suite un mardi et sept jeudis ; en plus, c’est gratuit !
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 10 décembre 2019 Plus le temps passe, plus la place de Matrix dans l’Histoire du cinéma se consolide. La chose s’avère même troublante : rares sont en effet les films à jouir (...)
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 11 décembre 2018 Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)
Mardi 3 avril 2018 Avec son récurrent programme Cinématokid, l'Institut Lumière soigne les mirettes de notre progéniture en leur donnant accès au meilleur de l'animation internationale.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 28 novembre 2017 Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Même si la soirée d’ouverture de la rétrospective Andreï Tarkovski (1932-1986) est prévue mardi 5 septembre autour de L’Enfance d’Ivan, cinq des six films (...)
Mardi 14 février 2017 Jeune retraité, Serge Toubiana aura été successivement le rédacteur en chef des Cahiers du cinéma (revue historiquement concurrente de Positif) et directeur (...)
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 21 juin 2016 Précurseur de la manifestation pluriculturelle Tout l’monde dehors, le rendez-vous estival de l’Institut Lumière joue chaque année à fond la carte de la (...)
Mardi 17 mai 2016 Lorsqu’il reçut le César du meilleur film — le 10e de la soirée — pour Le Dernier Métro, François Truffaut déclara : « Ce film (…) est à propos de comédiens, de (...)
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Mardi 16 février 2016 Après deux quintuples vainqueurs du Tour, Bernard Hinault et Eddy Merckx, le festival Sport, Littérature et Cinéma rend hommage à une autre légende du cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second et perdant paradoxal, car unique coureur de l'Histoire...
Mardi 19 janvier 2016 Séparément,  chacun exerce sur le public une attraction confinant à la fascination : que dire alors d’une rencontre entre sport, (...)
Jeudi 10 décembre 2015 Deux ans après Eddy Merckx, c'est un autre cycliste qui donnera le coup d'envoi de la troisième édition des passionnantes rencontres Sport, Cinéma et (...)
Vendredi 9 janvier 2015 Thierry Frémeaux vient de l'annoncer en marge des rencontres Sport, cinéma et littérature : l'Institut Lumière projetera jeudi 15 janvier à 21h le documentaire (...)
Mardi 6 janvier 2015 Invité à ouvrir le festival "Sport et Cinéma" de l'Institut Lumière, Bernard Hinault, quintuple – et dernier français – vainqueur du Tour de France fut aussi, à sa manière, un personnage de cinéma. Le héros de quelques-uns des plus beaux thrillers...
Jeudi 25 septembre 2014 Une jolie pancarte Leroy-Merlin accrochée sur ses grilles ne laissait plus trop planer le doute ces derniers jours, mais il aura fallu attendre sagement (...)
Mercredi 7 novembre 2012 La double rétrospective consacrée à Charlie Chaplin commence ce week-end à l'Institut Lumière avec le programme suivant : Samedi 10 novembre 14h30 JEUNE PUBLIC (...)
Jeudi 23 ao?t 2012 Il est de bon ton de jeter l’opprobre sur la Nouvelle Vague, accusée de tous les maux du cinéma français, alors que la nullité actuelle des films hexagonaux (...)
Jeudi 30 juin 2011 Pour terminer sa saison, L’Épouvantable vendredi s’offre une nuit consacrée au Diable, avec trois films dont deux sont des exceptions par rapport à ses principes initiaux : l’un est un navet, l’autre est une (excellente) comédie. Christophe Chabert
Vendredi 12 novembre 2010 Jusqu’à fin décembre, l’Institut Lumière propose une immanquable rétrospective consacrée à Ernst Lubitsch, génie de la comédie américaine, dont les films font aujourd’hui encore figure de modèles par leur rythme endiablé et leur perfection...
Mercredi 26 mai 2010 L’Épouvantable Vendredi de l’Institut Lumière réalise un joli coup avec sa soirée Zombies, où comment faire une généalogie du genre en trois films, un modèle et ses déclinaisons, officielle et officieuse. CC

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !