Piers Import

Apatride par excès d’origines, Piers Faccini a prolongé aux sources d’un blues mondialisé sa quête d’identité internationale. Faccini ou le vagabondage comme seule appartenance. Stéphane Duchêne

N’en déplaise aux grands inquisiteurs de l’identité nationale, la diversité musicale de Piers Faccini a, il ne s’en cache pas, quelque chose à voir avec la diversité de ses origines. Cet Italo-anglais qui se déclare volontiers apatride, tant il fut trimballé enfant, a en effet très tôt convoqué le mélange. Des disciplines artistiques d’abord, puisque le musicien est également peintre (grand admirateur de Francis Bacon) quand ses deux frères sont écrivains. Comptabilisant des origines irlandaises, russes et gitanes, ayant vécu plus jeune en Angleterre (il est diplômé d’Eton) et en France, Piers a fini, avec femme et enfant, par se réfugier, dans les Cévennes. Comme les Protestants en leur temps, mais poursuivi, lui, par on ne sait quelle quête de quiétude. De cette diversité, de ces vagabondages, qui vous colleraient la migraine à un ministre de l’Immigration, Piers Faccini a initié dans le mélange, une sorte d’épure qu’il trimballe depuis son premier album, le mal nommé Leave no trace.

Nick Drake au Mali

Depuis lors, il ne cesse de travailler la question de l’origine, se livrant à des mariages (tout sauf gris) de tout ce qui touche de près ou de loin aux racines du folk anglais comme américain, du blues et de la chanson italienne. Un peu comme si Nick Drake, au lieu de rester enfermé dans sa chambre, était allé s’initier à la Kora au Mali, comme si Ali Farka Touré avait voulu voir Venise. On ne s’étonnera donc pas d’avoir vu Piers s’épanouir avec une égale évidence en première partie d’Amadou et Mariam ou en ouverture du prophète métis Ben Harper (qui lui a offert duos et producteur pour son deuxième album, Tearing Sky). Sur Your Name no More, l’un des moments forts de Two Grains of Sand, son dernier album, la rengaine arpente le blues le plus brut avant de se fendre de quelques flûtes arabisantes. Le tout sans couture aucune. Programme résumé sur – tout est dans le titre – A Home Away from Home, pas de deux entre country plein sud et Afrique plein ouest, avec sa kora qui sonne comme un banjo imitant la kora. Ainsi, c’est ce haricot blanc poussé en hauteur et porté sur le negro spiritual, qui pointe sur une carte mouvante la source d’un blues qu’on croit toujours un peu vite américain de souche, quand il n’est qu’un vagabond. Et qui rappelle au passage qu’il a toujours été là, le blues, pour alléger les fardeaux (My Burden is Light) et ainsi rallonger les voyages, même immobiles.

Piers Faccini
Au Marché Gare, samedi 12 décembre
«Two Grains of Sand» (Tôt ou tard)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 janvier 2022 Depuis l'automne, Piers Faccini et ses invités sont à l'honneur à l'Opéra Underground. Avant de recevoir Blick Bassy, il convie le percussionniste Karim Ziad, le musicien gnaoui Mehdi Nassouli et le quatuor de chambre Emana à revenir avec lui, sur...
Vendredi 28 février 2020 En mini-tournée quelques mois après la sortie de son dernier EP, quatrième volet de la collection folk "Hear my Voice" édité par son label, Piers Faccini passe une fois encore par le Temple Lanterne pour un concert acoustique. L'occasion pour lui de...
Mardi 18 juin 2019 En ouverture classieuse des Salons de musique proposés par les Nuits de Fourvière, le maître violoncelliste Vincent Segal et le label No Format unissent leurs talents à l'Odéon pour célébrer leur conception de la musique pas comme les autres,...
Mardi 15 novembre 2016 Cosmopolite et polyglotte, Piers Faccini revient avec I dreamed an island, un album destiné aux citoyens du monde. Pour le présenter au public lyonnais, le chanteur sera accompagné d'un violoniste de renom.
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Vendredi 14 novembre 2014 En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time...
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Mardi 5 novembre 2013 « All he wants / Is a home away from home » chantait Piers Faccini en 2009 sur un titre tiré de l'album Two Grains of Sand. « Une foyer loin de chez (...)
Mardi 5 novembre 2013 Après la création de son propre label, Beating Drum, le vagabond musical anglo-italo-cévenol Piers Faccini est de retour avec "Between Dogs & Wolves". Le voyage intérieur et sans concession d'un loup désormais solitaire se délectant avec grâce et...
Mardi 20 décembre 2011 Rock, électro, rap — Automne au balcon, printemps au diapason. Trêve des confiseurs et ripailles de Noël digérées, les salles lyonnaises remettent le couvert pour une saison musicale quasiment au niveau de celle que l'on vient de vivre. Stéphane...
Vendredi 18 septembre 2009 Les Musiques Actuelles lyonnaises ont pas mal déchanté la saison passée et la coulisse gronde. Mais une fois l’automne venu, c’est bien sur scène que les choses sérieuses se passent. Et comme disait la cantatrice moustachue « the show must go on »....

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter