Bright star

De Jane Campion (ÉU-Ang, 1h59) avec Abbie Cornish, Ben Whishaw…

L’histoire d’amour entre le poète romantique John Keats et sa jeune voisine Fanny Brawne, amour d’abord hésitant, puis passionné et finalement tragique, semblait un sujet en or pour Jane Campion, un peu en déshérence depuis sa Palme d’or avec "La Leçon de piano". Mais "Bright star" repose sur une convention envahissante qui, si on la rejette, met le film par terre. Campion dénie à ses personnages le droit à la quotidienneté, et les fige dans un langage et des situations qui renvoient sans arrêt à leurs aspirations poétiques. Il y a quelque chose comme un cliché absolu à voir Keats et Brawne se réciter toutes les cinq minutes un poème en prenant un air pénétré, ou à les regarder se tourner autour, n’osant pas se rapprocher charnellement malgré leur évidente communion spirituelle. L’humour cynique à la Oscar Wilde apporté par le personnage de Brown, ami et négatif de Keats, sonne tout aussi artificiel… La mise en scène de Campion, corsetée jusqu’au pléonasme, accentue encore la sensation d’être devant la vision fantasmée d’une époque, comme peuvent l’être certains péplums où tous les personnages s’expriment avec des dialogues de tragédie antique. La cinéaste, autrefois chantre d’un sensualisme cinématographique troublant, ne regarde plus que l’éther des idées en cherchant la grâce des mots, oubliant au passage de les incarner — le chat Topper vole par exemple régulièrement la vedette aux deux comédiens principaux, tant il semble beaucoup plus libre et spontané !

CC

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Jeudi 16 septembre 2021 À moins d’un mois du début de la 13e édition du Festival Lumière, le programme se dévoile enfin. Conforme aux attentes et à ses habitudes, il convoque des films nouveaux ou en renouveau ainsi qu’un aréopage d’invités de prestige, sans négliger...
Mardi 12 novembre 2019 Et si le bonheur de l’Humanité se cultivait en laboratoire ? Jessica Hausner planche sur la question dans une fable qui, à l’instar de la langue d’Ésope, tient du pire et du meilleur. En témoigne son interloquant Prix d’interprétation féminine à...
Mardi 19 janvier 2016 De Tom Hooper (GB, 2h) Avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Ben Whishaw…
Mardi 16 septembre 2014 En mai dernier, alors que Jane Campion était présidente du jury au festival de Cannes — où elle reste la seule réalisatrice à avoir reçu une Palme d’or — Michel (...)
Lundi 25 mai 2009 Le jury du festival 2009 a décerné sa Palme d’or au Ruban blanc de Michael Haneke, un des films les plus forts d’une sélection de très haut niveau. Le reste du palmarès, à quelques bizarreries et absents près, est du même tonneau. Christophe Chabert
Lundi 18 mai 2009 Festival / Après cinq jours de compétition de fort bonne facture, une tendance se dégage : le festival de Cannes a laissé de côté les films pour festivals et a fait une place de choix au cinéma du plaisir intelligent. Avec Un prophète de Jacques...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !