Les amants de la nuit

Jacques Bral revient à l’Institut Lumière pour présenter la copie restaurée d’"Extérieur nuit", film culte fonctionnant sur l’entre-deux : entre deux décennies, entre la nuit et le petit matin, entre l’utopie et la désillusion… CC

En 1980, alors que le cinéma français se cherche un deuxième souffle, la société française s’apprête à tourner la page : mai 68 va devenir mai 81, et l’esprit du premier échouera sur la réalité pragmatique et les nombreux renoncements du second. En apparence, "Extérieur nuit" ne parle pas de ça, puisque son scénario ne fait que prolonger ce qui est, depuis la Nouvelle Vague, l’ordinaire du cinéma d’auteur français : deux hommes, Léo-Lanvin, vaguement musicien, et Bony-Dussollier, lointainement écrivain, tombent amoureux de la même femme, Cora, conductrice de taxi la nuit dans les rues de Paris. Surface sensible aussi fascinante que le visage de son actrice Christine Boisson, Cora passe au fil de nuits sans sommeil de l’écorché au timide, de l’impulsif au cérébral, sans jamais s’abandonner à l’un ou à l’autre.

Crépusculaire

Il y a dans "Extérieur nuit" un parfum de "Jules et Jim", mais surtout quelque chose de "La Maman et la putain". Du film de Truffaut, on retrouve évidemment le triangle amoureux, mais aussi l’absence de commentaire moral sur cette situation ; quant à la filiation avec Eustache, elle se traduit surtout par une envie de saisir le pouls d’une époque en laissant pénétrer entre ses lignes l’incertitude d’une génération noctambule pour qui le jour se lève. Si "Extérieur nuit" est un film au présent, tourné dans des cafés, des appartements, des rues portant leur poids d’authenticité, il est comme hanté par la certitude que ce présent n’est que la relique d’un passé déjà lointain (68, la révolution sexuelle) prêt à être englouti par un brutal retour au réel. Léo et Bony rêvent de liberté créative, mais ils s’abîment dans des travaux alimentaires et vivent l’un sur l’autre comme des parasites. Et leur ronde autour de Cora se teinte peu à peu de rivalité, la perspective du couple étant vécue dans le film comme une fatalité nécessaire. Bral sonne à sa façon la fin de la récréation libertaire, non sans mélancolie. Dix ans plus tard, Éric Rochant relancera le cinéma français avec "Un monde sans pitié" qui, par plus d’un aspect, répond à "Extérieur nuit" : la désillusion a emporté le morceau, et l’amour avec un grand A est le seul horizon sincère d’une génération blasée, ayant troqué l’innocence contre le cynisme, victime d’une décennie de compromis. En cela, "Extérieur nuit" est un film-clé pour qui veut comprendre l’histoire récente de la France et de son cinéma…

Extérieur nuit
De Jacques Bral (1980, Fr, 1h52) avec Gérard Lanvin, Christine Boisson, André Dussollier…
À l’Institut Lumière mercredi 24 février, en présence de Jacques Bral.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 juillet 2018 De retour à l’animation après sa parenthèse en prise de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses Indestructibles, où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.  
Mardi 14 février 2017 Désireux d’éveiller les consciences en période pré-électorale, Lucas Belvaux fait le coup de poing idéologique en démontant la stratégie de conquête du pouvoir d’un parti populiste d’extrême-droite. Toute ressemblance avec une situation...
Mardi 22 septembre 2015 De Jérôme Le Maire (Fr., 1h37) avec Gérard Lanvin, Jalil Lespert, Alice Taglioni…
Mardi 22 avril 2014 De Frédéric Schoendoerffer (Fr, 1h36) avec Niels Arestrup, Gérard Lanvin, Laura Smet…
Mardi 25 mars 2014 Pour sa troisième adaptation d’Alan Ayckbourn et, donc, son tout dernier film, Alain Resnais choisit de laisser en sourdine ses ruminations crépusculaires pour une comédie qui célèbre la vie et la vieillesse, les artifices du théâtre et la force du...
Mardi 4 mars 2014 En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire et chanter" dont, au moment de l’entretien, on ne savait pas encore...
Mardi 25 février 2014 De Volker Schlöndorff (Fr-All, 1h24) avec Niels Arestrup, André Dussollier, Charlie Nelson…
Mercredi 16 novembre 2011 D’Olivier Marchal (Fr, 1h40) avec Gérard Lanvin, Tchéky Karyo, Daniel Duval…
Jeudi 1 septembre 2011 Une saison de théâtre, c’est aussi, n’en déplaise aux puristes, une saison d’acteurs exceptionnels à découvrir sur scène. D’Arestrup à Catherine Frot, de Cantona à Romain Duris, passage en revue des «stars» de cette rentrée. Christophe Chabert
Jeudi 4 mars 2010 De Yasmina Reza (Fr, 1h24) avec André Dussollier, Emmanuelle Seigner…
Mardi 17 novembre 2009 De retour en France, le réalisateur de 'Maléfique' Eric Valette signe un polar politique intègre, noir, violent et efficace, en hommage au cinéma populaire des années 70. Christophe Chabert
Mercredi 28 octobre 2009 D’Alain Resnais (Fr, 1h44) avec André Dussollier, Sabine Azéma…
Mercredi 3 décembre 2008 De Philippe Haim (Fr, 1h40) avec Gérard Lanvin, Vahina Giocante…
Vendredi 14 novembre 2008 de Jean-Michel Ribes (Fr, 1h33) avec Michel Blanc, Muriel Robin, André Dussollier…
Mardi 27 mai 2008 De Claus Drexel (Fr, 1h30) avec André Dussollier, Miou-Miou, Hanke Kodja…
Mercredi 19 septembre 2007 de et avec Sam Karmann (Fr, 1h35) avec Karin Viard, André Dussollier, François Cluzet...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter