Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

La Tête en friche

Après "Deux jours à tuer", Jean Becker revient en province avec un joli film à l’humanisme sincère, porté par un très grand Gérard Depardieu. CC

Il est de bon ton de se moquer du cinéma de Jean Becker, son goût pour la France profonde, son cinéma où le texte a plus d’importance que la mise en scène, souvent réduite à un cinémascope dispensable et une lumière proprette. Pour les mêmes raisons, on pourrait dire de Becker qu’il est un auteur mineur, dont les réussites et les échecs dépendent du matériau qu’il adapte — ici, un livre de Marie-Sabine Roger. Depuis la mort de Sébastien Japrisot, qui lui avait écrit ses meilleurs films, le cinéma de Becker est inégal, mais on sent s’y affirmer une sincérité totale, un projet humain autant que cinématographique. La première partie de Deux jours à tuer par exemple ne trompait personne : la cruauté y sonnait faux, et le récit finissait par expliquer pourquoi. La Tête en friche n’a pas besoin de ce genre d’artifices pour toucher juste. Oui, c’est un film gentil, c’est même un film sur la gentillesse, mais où la violence est un vestige du passé qu’il faut s’arracher du crâne tel un éclat d’obus…

Des livres et lui

Pour Germain, gros nounours rustre mais aimable qui cultive son jardin et travaille au noir pour survivre, ce passé douloureux, c’est la guerre d’Algérie, dont il se compte comme une victime, et une mère acariâtre qui ne trouve que la haine pour exprimer son amour. Germain va rencontrer une vieille dame très digne sur un banc, qui va lui faire la lecture et le pousser à sortir de ce rôle d’imbécile jovial que la vie lui a attribué. Si la trame de cette fable a l’air neuneu, Becker a pris soin d’y introduire des éléments plus retors. Ainsi de la petite amie de Germain (la revenante Sophie Guillemin), qui a bien vingt-cinq ans de moins, ce qui ne dérange personne ni n’empêche entre eux une intimité physique peu chaste. Ou encore ce village français fier d’être métissé, loin de la France trop blanche des JT de Jean-Pierre Pernaud. Sans oublier l’audacieuse pique en ouverture contre Sarkozy, ce qui de la part d’un cinéaste insoupçonnable de gauchisme est assez sidérant ! Mais l’intérêt de La Tête en friche est encore ailleurs. Dans les dialogues de Jean-Loup Dabadie, et surtout dans l’interprétation magistrale de Depardieu. Si le film tout entier a de nombreux points communs avec Mammuth, l’acteur réussit à ne pas faire de Germain un calque campagnard de Serge Pilardosse. Germain est aussi explosif et bavard que Serge était mutique et blasé, mais les deux se rejoignent dans un même appétit retrouvé de la vie simple et hors des clous. Maître des ruptures, donnant l’impression de découvrir son texte en le jouant, Depardieu confère au personnage une vérité qui gomme les ficelles du scénario en les remplaçant par le spectacle d’un immense acteur au sommet de son art.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 2 mars 2016 Le millésime 2016 des plus illustres cinéastes grolandais est arrivé, et il n’a rien d’une pochade : derrière son nez rouge de clown, Saint Amour dissimule une histoire d’amour(s) tout en sobriété.
Mardi 16 juin 2015 De Guillaume Nicloux (Fr, 1h32) avec Gérard Depardieu, Isabelle Huppert…
Jeudi 20 décembre 2012 De Jean-Pierre Améris (Fr, 1h33) avec Gérard Depardieu, Marc-André Grondin, Christa Theret…
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Vendredi 8 juin 2012 De Jean Becker (Fr, 1h30) avec Patrick Chesnais, Jeanne Lambert, Miou Miou...
Vendredi 30 septembre 2011 Entretien / Jean-Paul Rappeneau, cinéaste rare, précieux et exigeant, présentera au troisième festival Lumière la copie restaurée du Sauvage et, pour la séance de clôture, celle de Cyrano de Bergerac, en hommage à Gérard Depardieu, Prix Lumière...
Vendredi 30 septembre 2011 Événement / À partir de vendredi, il n’y en aura plus que pour lui. Les trois derniers jours du festival Lumière vont voir Gérard Depardieu écraser de sa (...)
Jeudi 23 juin 2011 Cinéma / Prix Lumière à Gérard Depardieu, rétrospective Jacques Becker, montée en puissance de la section «Déjà classiques !» : le prochain festival Lumière sera français ou ne sera pas. Christophe Chabert
Jeudi 24 mars 2011 De Bruno Chiche (Fr, 1h33) avec Gérard Depardieu, Alexandra Maria Lara, Niels Arestrup…
Vendredi 18 juin 2010 C’est bien connu, pour La Fête du cinéma, faut pas se prendre la tête avec des films intellos. OK, mais il y a des limites… CC
Mercredi 14 avril 2010 Portrait / L’année 2010 permet à Gérard Depardieu de retrouver de grands rôles dans de bons films. CC
Mercredi 14 avril 2010 De Gustave Kervern et Benoît Delépine (Fr, 1h33) avec Gérard Depardieu, Yolande Moreau, Isabelle Adjani, Miss Ming…
Mardi 2 février 2010 De Safy Nebou (Fr, 1h45) avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Dominique Blanc…
Mercredi 4 novembre 2009 Remonté et raccourci après sa présentation cannoise, le quatrième film de Xavier Gianolli y a gagné en force, cohérence et mystère, donnant à l’odyssée d’un petit escroc construisant un tronçon d’autoroute un caractère épique et...
Vendredi 20 février 2009 De Claude Chabrol (Fr, 1h50) avec Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Jacques Gamblin…
Mercredi 15 octobre 2008 de Jean-François Richet (Fr-Canada, 1h53) avec Vincent Cassel, Cécile de France, Gérard Depardieu…
Mardi 22 avril 2008 de Jean Becker (Fr, 1h25) avec Albert Dupontel, Marie-Josée Croze…
Mardi 25 mars 2008 de Fabien Onteniente (Fr, 1h43) avec Franck Dubosc, Emmanuelle Béart, Gérard Depardieu...
Mercredi 6 février 2008 De Thomas Langmann et Frédéric Forestier (Fr-All-Esp-It, 1h55) avec Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Alain Delon, Benoît Poelvoorde...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter