Des hommes et des dieux

Les derniers jours des moines de Tibéhirine reconstitués par un Xavier Beauvois fasciné par son sujet, mais peu inspiré dans sa mise en scène, qui emprunte les chemins les plus attendus et évacue systématiquement le politique au profit du religieux. Christophe Chabert

Des hommes et des dieux, ce n’est pas 12 hommes en colère, mais 7 moines en paix. Comme pour son précédent Petit lieutenant, qui prenait ses aises avec le polar tout en en respectant les lieux communs, Xavier Beauvois retrace les derniers jours des moines de Tibéhirine avant leur massacre dans les montagnes de l’Atlas algérien en détournant les codes du huis clos «cas de conscience». Pas de procès cependant ; la décision finale n’a de conséquence que pour ceux qui la prennent : partir en abandonnant sa mission ou rester quitte à y laisser la vie.

Le scénario du film est donc rythmé par trois grandes scènes de réunion où chacun doit prendre position, donner ses raisons puis finalement participer au vote. Le reste du temps, Beauvois alterne entre plusieurs modes de récit : la rencontre entre les moines et les habitants du village (les moments les plus libres du film, quoique non exempts de facilités didactiques), l’irruption des terroristes puis de l’armée au sein du monastère et les rituels liturgiques filmés dans leur continuité.

Le goût du sacré

Si le cinéaste fait preuve d’une indéniable maîtrise (Des hommes et des dieux ne commet à vrai dire aucune fausse note : les acteurs sont excellents, le rythme lent mais au diapason de ce que le film raconte), il n’arrive jamais à se départir des choix particulièrement scolaires de sa mise en scène. Découpage en gros plans des scènes de dialogue autour de la table, plans fixes implacablement composés pour les scènes de culte, caméra à l’épaule quand les moines se confrontent au trouble venu de l’extérieur…

Cet académisme rampant, souligné par la lumière pléonasme de la chef opératrice Caroline Champetier, révèle aussi les limites du point de vue adopté par Beauvois : à aucun moment il ne questionne l’engagement des moines, leur présence sur le sol algérien (vieux reste colonialiste transformé, par la force des choses, en mission humanitaire ?) et même la légitimité de leur foi. C’est que le cinéaste est absolument fasciné par le cérémonial chrétien et acquis à la cause de ceux qui l’incarnent, évacuant le politique au profit du sacré.

Pour peu que l’on se sente étranger à la question (ce qui, jusqu’à nouvel ordre, est autorisé en France), on verra Des hommes et des dieux comme une comédie musicale avec des moines ou comme un exposé sans rature convergeant vers un moment d’émotion efficace mais très fabriqué : l’écoute, larme à l’œil et gorge serrée, d’un Lac des cygnes requiem. Amen !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 décembre 2017 Xavier Beauvois transpose un roman de 1924 racontant comment les femmes ont assuré l’ordinaire et l’extraordinaire d’une ferme pendant la Grande Guerre. Une néo qualité française pétrie de conscience sociale et humaine ; du cinéma de réconciliation,...
Mardi 14 février 2017 Ni suite, ni remake du film qui avait apporté à Luc Jacquet il y a douze ans une notoriété mondiale, L’Empereur s’avance (en dandinant) comme une (...)
Mardi 26 janvier 2016 De et avec Bouli Lanners (Fr/Bel, 1h33) avec Albert Dupontel, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Max von Sydow…
Mardi 6 janvier 2015 Cette odyssée dérisoire de deux pieds nickelés décidés à voler le cercueil de Charlie Chaplin creuse surtout la tombe de son réalisateur Xavier Beauvois, qui signe un film apathique à tous les niveaux, sans forme ni fond. Christophe Chabert
Mardi 29 avril 2014 D’Éric Lavaine (Fr, h38) avec Lambert Wilson, Franck Dubosc, Florence Foresti…
Mercredi 13 mars 2013 De Guillaume Nicloux (Fr, 1h54) avec Pauline Étienne, Louise Bourgoin, Isabelle Huppert…
Lundi 14 janvier 2013 De Philippe Le Guay (Fr, 1h45) avec Fabrice Luchini, Lambert Wilson…
Jeudi 20 septembre 2012 À travers un dispositif sophistiqué mais vite répétitif, Alain Resnais interroge l’éternel retour de l’art et la disparition de ceux qui le font vivre, dans une œuvre plus mortifère que crépusculaire plombée par le texte suranné de Jean Anouilh. Fin...
Samedi 22 mai 2010 Festival de Cannes / La deuxième partie du festival de Cannes n'a pas plus convaincu que la première avec une compétition faiblarde et des sections parallèles pauvres en découvertes. Du coup, deux cinéastes ont emporté l'adhésion : Lee Chang-dong et...
Mardi 22 janvier 2013 Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Mon bonheur de Sergei Loznitza. Two gates of sleep d’Alistair Banks Griffin. The Myth of the Americain sleepover de David Robert Mitchell. Blue Valentine de Derek Cianfrance.
Jeudi 1 octobre 2009 De Thomas Gilou (Fr, 1h35) avec Pierre Richard, Sara Forestier, Lambert Wilson…
Mardi 26 ao?t 2008 de Vincent Garenq (Fr, 1h33) avec Lambert Wilson, Pilar Lopez de Ayala…
Mardi 29 avril 2008 de Pascal Bonitzer (Fr, 1h33) avec Miou-Miou, Lambert Wilson, Valeria Bruni Tedeschi, Maurice Bénichou...
Mercredi 19 septembre 2007 L'adaptation par Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval du livre de François Emmanuel en diminue un peu l'impact, mais conserve l'essentiel : sa réflexion sur la naissance d'une langue technique au service de toutes les injustices. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !