Belin l'enchanteur

Musique / Son troisième album, "Hypernuit", a enfin fait sortir Bertrand Belin de la confidentialité, révélant un artisan précieux de la chanson française, brillant par sa singularité et son écriture inimitable. À ne pas rater cette semaine à l’Épicerie Moderne. Christophe Chabert

Arnaud Fleurent-Didier ou Florent Marchet en ont fait l’expérience : ce n’est pas forcément avec son meilleur album que l’on retient l’attention du public. Question de stratégie promotionnelle ou de formatage, toujours est-il que la maturation ne va pas forcément avec la maturité. C’est un peu ce qui arrive à Bertrand Belin. Son deuxième album, "La Perdue", est passé inaperçu ; sa dernière venue à Lyon, en première partie de Dominique A., avait à peine été annoncée par l’organisateur du concert. Et pourtant, sur disque comme sur scène, Belin a littéralement ensorcelé toux ceux qui avaient daigné l’écouter. Car "La Perdue" était l’œuvre d’un alchimiste, un magicien dont on ne comprend toujours pas, après une bonne centaine d’écoutes, la formule pour produire des chansons si entêtantes. Il n’y a pas beaucoup d’ingrédients dans cette potion-là : la voix de l’interprète, grave, ténébreuse, possède une musicalité discrète ; les arrangements sont minimaux, une guitare électrique, acoustique ou un banjo, une légère batterie à l’arrière-plan. Et les textes ne s’étalent pas sur des pages, mais se rétractent en quelques mots comme des phrases amputées (un exemple, "La Tranchée" : «J’avais un ami / J’avais cru / Il a dû filer / Il a dû / La nuit est venue / Venue net / Venue mettre / En place son froid»). Bertrand Belin empoigne le langage comme Blanchot l’avait fait avant lui en littérature : dans l’épaisseur des mots, coupés de leur référent, organisés en escaliers de sens qui défient narration et figuration.Perdue ? Retrouvée !
"Hypernuit", troisième album, démocratise cette approche sans équivalent dans la chanson française. On y retrouve donc cette méfiance radicale envers le réalisme, ces compositions sinueuses qui refusent de choisir une mélodie, un refrain, et préfèrent parfois un mot, un motif, une idée pour leur servir de guide fantasque. Légèrement plus pop, l’album n’a pas le caractère hypnotique de "La Perdue". On y entend pourtant d’excellentes chansons : le morceau-titre, rencontre entre le "Kornwolf" de Tristan Egolf et le Lewis Carroll de "La Chasse au Snark", mythique poème sur les apories logiques du langage dont on repère encore la trace sur "Neige au soleil" et "Nord de tout". La musique de Belin est toujours aussi précieuse, délicate, artisanale, unique ; elle est à l’image de son auteur, fièrement campé dans son domaine réservé, loin des préoccupations matérialistes des chanteurs français.Bertrand Belin
À l’Épicerie moderne (avec Red), jeudi 10 février«Hypernuit» (Cinq7 / Wagram)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 19 septembre 2023 Histoire de se frayer un chemin dans la jungle de la programmation musicale d'automne, voici 20 repères de notre rentrée musicale. Autrement dit les concerts à voir en priorité. 
Jeudi 1 décembre 2022 La faute à la venue du Père Noël et de l'envie générale de rester à table à se goinfrer, le mois de décembre est traditionnellement un peu plus calme que les précédents en matière de concerts. Et prend généralement fin le 15 décembre. Voici quand...
Jeudi 4 novembre 2021 En plein mois de novembre, Bertrand Belin et Agnès Gayraud aka La Féline prennent d'assaut l'Opéra Underground pour une carte blanche musicale dont la diversité le dispute à l'exigence, au point de transformer la chose en semaine de la découverte.
Mardi 30 avril 2019 En amont de son passage aux Nuits de Fourvière, le chanteur et romancier Bertrand Belin se fend d'une halte à Musicalame. L'occasion d'évoquer son troisième roman, Grands Carnivores, qui au fil d'une écriture virtuose déchiquète les mécanismes de la...
Mardi 12 mars 2019 Sur Persona, son récent dernier album, ce drôle d'oiseau de Belin continue d'élaguer son verbe, de débroussailler le langage, pour faire surgir la poésie contradictoire et empathique d'un monde qui se promet au feu...
Mardi 20 mars 2018 C'est tout l'art des Limiñanas que de convoquer sur un album des invités aussi disparates que Pascal Comelade, au piano, Peter Hook et sa basse mélodique, (...)
Mardi 8 décembre 2015 Vous savez comment sont les critiques : dès qu'un musicien francophone commence à se forger une identité, ils n'aiment rien tant qu'à l'ébrécher à coups de (...)
Mardi 22 septembre 2015 Ah, la France et sa diversité. Elle sera belle cette année, entre piliers indéboulonnables, y compris de nos salles lyonnaises, comebacks attendus, jeunes gens modernes (indé ou pas) pétris de talents et éternels relous. Rien que de très classique...
Mercredi 9 octobre 2013 Salué en 2010 pour le splendide "Hypernuit" et de retour à Lyon pour présenter "Parcs" à l’Épicerie Moderne, Bertrand Belin se bonifie au fil des albums, en quête d’une forme d’ascèse textuelle. Comment parler de son travail quand on est un homme de...
Jeudi 19 septembre 2013 Au Petit Bulletin nous avons cette réputation, en laquelle nous croyons parfois nous-mêmes, qui veut qu’à l’instar du titre des opus du dessinateur Luz, «[On] n'aime (toujours) pas la chanson française». La preuve que si, un peu. Stéphane Duchêne
Jeudi 16 mai 2013 «Décrassons-nous les oreilles», prône le Festival Changez d’Air, coton-tige géant à l’appui. Mais plutôt que de s’enfoncer ledit objet jusqu’aux tréfonds de (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X