Shining éclairé

En ouverture de la rétrospective Kubrick à l’Institut Lumière, un événement inratable : la version longue de "Shining", inédite en France sur grand écran, avec une demi-heure supplémentaire où l’on trouve de nouvelles clés pour appréhender ce monument. Christophe Chabert

Ce fut longtemps un secret que même les cinéphiles ignoraient : il y avait deux versions de "Shining". Celle que l’on a vue en Europe, d’une durée de 115 minutes ; et celle qui a toujours été exploitée aux États-Unis, plus longue de trente minutes. Plusieurs explications ont été données quant à cette différence : Kubrick, déçu par les premiers résultats du film, aurait choisi d’en couper une demi-heure pour le reste du monde, espérant sauver sa carrière commerciale. Plus noble, il aurait affirmé que les Européens n’avaient pas besoin qu’on leur tienne la main et aurait supprimé tout ce qui explicitait trop ouvertement le passé des personnages.

Cinéma vs télévision

La comparaison entre les deux versions ne permet pas de trancher le débat, tant les coupes peuvent se justifier tantôt par un souci d’efficacité, tantôt par une volonté d’opacifier le récit. Ainsi de la séquence où un médecin interroge Wendy (Shelley Duvall) pour comprendre les raisons du malaise de son fils Danny. On n’y apprend rien qu’on ne devinait déjà dans la version courte, et la scène paraît un peu longue. Kubrick a ainsi beaucoup sabré dans le premier acte du film : le dialogue entre Jack Torrance (Nicholson) et le propriétaire de l’hôtel est réduit à l’essentiel dans le montage européen et la visite de l’Overlook est nettement moins détaillée (tant pis pour les travellings hallucinants de Kubrick !).

Le rythme de la version américaine est donc beaucoup plus lent, éloignant définitivement "Shining" de l’ordinaire du film horrifique. Mais la deuxième série de coupes pratiquées par Kubrick a sans doute laissé dans l’ombre pour les spectateurs européens une idée qui tenait au cœur du cinéaste.

Dans ces scènes, les personnages, Torrance excepté, passent leur temps devant la télé à regarder de mauvais soaps et des cartoons. Rappelons que dans "Shining", Torrance est un écrivain en panne d’inspiration ; la folie qui l’envahit et qui le conduit à vouloir assassiner femme et enfant n’est-elle pas alors une manière de supprimer ses téléspectateurs qui n’ont d’imaginaire que celui imposé par les programmes du petit écran ? Et les visions folles qui envahissent les chambres et les couloirs de l’hôtel Overlook ne sont-elles pas les images monstrueuses que la télévision rejette ? La subversion du cinéma contre la normativité de la télévision : voilà peut-être le vrai propos de Kubrick dans cette version longue de "Shining".

Shining (version longue)
À l’Institut Lumière, mercredi 13 avril à 20h
(présenté par Fabrice Calzettoni), samedi 16 à 20h45 et samedi 23 à 20h30.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 septembre 2020 Nouveauté de cette saison, Les Vendredis de l’horreur programmés par les circuits Pathé créent un rendez-vous pour frissonner en fin de semaine (en même temps, (...)
Mercredi 24 juin 2020 Les touristes internationaux ne sont pas tous revenus et n'ont pas encore envahi l’œcuménique Taizé, les hôtels n'affichent pas complet : la Bourgogne est calme et tranquille en ce mois de juin. Il est l'heure d'improviser une boucle à vélo de...
Mardi 3 septembre 2019 Un jour de pluie à New York : sortie de purgatoire pour le Woody Allen avec Timothée Chalamet et Elle Fanning (18 septembre) / Au nom de la terre : (...)
Mardi 19 décembre 2017 Comme attaché à la maison où il a vécu ses derniers jours terrestres, le fantôme d’un homme attend quelque chose sans trop savoir quoi, imperméable au temps qui passe. Un Paranormal (in)activity dépouillé et sublimé, à l’intersection entre Gus van...
Mardi 20 juin 2017 Un festival pour clubbers cinéphiles : résumons ainsi Cinémade, qui deux jours durant convie à La Sucrière la crème de l'électronique métissée dans des décors inspirés de Kill Bill ou Indiana Jones.  
Mardi 14 février 2017 Impatient de gravir les échelons de son entreprise, l’ambitieux Lockhart accepte une étrange mission : aller chercher l’un de ses patrons en cure dans une (...)
Mardi 19 janvier 2016 Wendy, Jack et leur fils Danny vont passer l'hiver à garder l'hôtel Overlook dans le Montana. Là, des fantômes, des réminiscences et la folie emporteront le (...)
Mardi 31 décembre 2013 Et si l’année 2013 était une année historique pour le cinéma ? Par la quantité de grands films vus, la santé de ses auteurs et la richesse des propositions, on a tendance à le croire… Tout en sachant que les meilleurs crus sont aussi souvent des...
Mercredi 2 octobre 2013 Après la somme qu’était "Conjuring", James Wan allait-il faire avec ce deuxième "Insidious" le film d’horreur de trop ? Que nenni ! Passée une maladroite introduction, ce chapitre 2 s’avère au contraire son film le plus fou, baroque et expérimental....
Lundi 9 septembre 2013 Après avoir fait ressurgir le Taxi Driver de Martin Scorsese mercredi dernier, UGC Ciné-Cité Confluence, dont la programmation est assez baroque, s’offre (...)
Samedi 15 juin 2013 De Rodney Ascher (ÉU, 1h42) documentaire
Jeudi 11 avril 2013 Après "Tron l’héritage", Joseph Kosinski avait toutes les cartes en main pour confirmer son statut de nouveau maître de la SF avec cette adaptation de son propre roman graphique. Hélas, le voilà rattrapé par son fétichisme kubrickien, qu’il tente...
Mardi 23 octobre 2012 Attention, événement : le jeu vidéo le plus stimulant de l'année n'est pour une fois ni japonais, ni américain. Il est lyonnais, s'appelle "Dishonored" et doit une bonne partie de son excellence à son univers, aussi dense qu'atypique. L'occasion...
Jeudi 7 juillet 2011 Cela faisait longtemps que l’été cinéma n’avait pas proposé autant de reprises, rétrospectives et projections exceptionnelles, qui ne manqueront pas de se frayer un chemin au milieu des blockbusters en 3D. Revue des inratables de la...
Vendredi 29 avril 2011 Paul Thomas AndersonSes premiers films (Boogie nights et Magnolia surtout) étaient sous forte influence Scorsese, mais Paul Thomas Anderson s’est avéré le (...)
Vendredi 29 avril 2011 Cinéma / La rétrospective intégrale de l’œuvre de Stanley Kubrick à l’Institut Lumière permet de mesurer à quel point ses films ont su incarner un extrême du cinéma : celui d’un artiste qui utilisait son outil pour magnifier et penser le...
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Mercredi 1 octobre 2008 Projection unique à l'Institut Lumière ce samedi du chef-d’œuvre de Stanley Kubrick, Shining, où le cinéaste transforme le roman de Stephen King en grand zapping halluciné. CC
Mardi 15 avril 2008 Avec «Rec», Jaume Balaguero et Paco Plaza font entrer le cinéma de terreur dans l'âge de la télé-réalité et de l'image en direct, tout en interrogeant les codes et les mythes du genre. Un très grand film d'horreur. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !