Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Grandeur et décadence des héros kubrickiens

Images / Kubrick en quatre films et quatre photogrammes. CC

1971, Orange mécanique
Dans une Angleterre qui ressemble à une extrapolation monstrueuse de celle où Kubrick s’était réfugié, Alex (Malcolm MacDowell) pratique sexe et violence sous l’œil effrayé d’un État dépassé qui va s’organiser pour rééduquer cette graine subversive. L’esthétique du film a fasciné en son temps, elle prête à sourire aujourd’hui, mais le propos du film garde toute son actualité. Le sourire narquois d’Alex toise notre docilité politique, et s’il trinque avec son verre de lait, c’est à notre défaite annoncée.

1975, Barry Lindon

Redmond Barry (Ryan O’Neal), l’homme qui deviendra Barry Lindon et gagnera ses galons d’aristocrate, est comme la version «positive» du Alex d"Orange mécanique". Positive selon nos standards, mais pas selon ceux de Kubrick : l’aristocratie est une finalité pour cet arriviste prêt à toutes les compromissions pour parvenir à ses fins, jusqu’à sa chute finale et fatale. Pour Kubrick, on ne décide pas de devenir un être d’exception ; on l’est ou on ne l’est pas.

1987, Full metal jacket
À peine sortis de l’adolescence, des apprentis GI’s doivent se transformer en machines de guerre sous les ordres hurlés par leur lieutenant instructeur (Lee Ermey, lui-même ancien militaire !). Seul Joker (Matthew Modine, à droite) réussira à conserver une petite part de libre-arbitre, ce qui ne l’empêchera pas de mettre à mort une femme-sniper, violant ainsi sa propre loi morale.

1999, Eyes wide shut
Jamais héros kubrickien n’aura été aussi malmené que William Harford (Tom Cruise). Humilié par sa femme (Nicole Kidman), confronté à ses désirs miteux et revenant chez lui la queue basse et la peur au ventre, il doit baisser les bras, les armes et tout le reste, laissant à sa compagne le mot de la fin (qui est aussi celui de l’œuvre de Kubrick) : «Fuck».

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 septembre 2020 Nouveauté de cette saison, Les Vendredis de l’horreur programmés par les circuits Pathé créent un rendez-vous pour frissonner en fin de semaine (en même temps, (...)
Lundi 9 septembre 2013 Après avoir fait ressurgir le Taxi Driver de Martin Scorsese mercredi dernier, UGC Ciné-Cité Confluence, dont la programmation est assez baroque, s’offre (...)
Samedi 15 juin 2013 De Rodney Ascher (ÉU, 1h42) documentaire
Vendredi 29 avril 2011 Paul Thomas AndersonSes premiers films (Boogie nights et Magnolia surtout) étaient sous forte influence Scorsese, mais Paul Thomas Anderson s’est avéré le (...)
Vendredi 29 avril 2011 Cinéma / La rétrospective intégrale de l’œuvre de Stanley Kubrick à l’Institut Lumière permet de mesurer à quel point ses films ont su incarner un extrême du cinéma : celui d’un artiste qui utilisait son outil pour magnifier et penser le...
Vendredi 1 avril 2011 En ouverture de la rétrospective Kubrick à l’Institut Lumière, un événement inratable : la version longue de "Shining", inédite en France sur grand écran, avec une demi-heure supplémentaire où l’on trouve de nouvelles clés pour appréhender ce...
Mercredi 1 octobre 2008 Projection unique à l'Institut Lumière ce samedi du chef-d’œuvre de Stanley Kubrick, Shining, où le cinéaste transforme le roman de Stephen King en grand zapping halluciné. CC

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter