Volutes américaines

Reprise / "Il était une fois en Amérique", le chef-d’œuvre de Sergio Leone, ressort en copies neuves. Christophe Chabert

Sergio Leone a longuement mûri ce qui allait être son chant du cygne, précoce pour un cinéaste alors au sommet de son ambition d’artiste. Lui, l’Italien qui fantasma toute sa vie une Amérique dont il réinventait la légende en rêvant librement à partir de son cinéma, mettait enfin les pieds sur cette terre promise. Mais, comme conscient de ce statut d’éternel étranger, son Il était une fois en Amérique est aussi une forme de long rêve (3h45), encadré dans des volutes d’opium que le personnage principal, Noodles (De Niro), inhale pour oublier un passé qui le hante. Ses premiers émois érotiques d’adolescent, les mauvais coups effectués avec la bande qu’il avait formée autour de Max (James Woods), puis leur business mafieux florissant dans les années 30 où le gang met à mal rivaux, policiers et politiciens avec une énergie conquérante, cette même énergie qui provoquera leur chute quand l’ambition et les trahisons prendront le pas sur l’intérêt commun… Leone, grand cinéaste marxiste, montre que l’individualisme n’est jamais très loin quand l’argent est en jeu, et que le système lave plus blanc, transformant une crapule en homme politique respectable. Le génie d’Il était une fois en Amérique, c’est de replier sans cesse la fresque sur des anecdotes intimes : la jolie danseuse que l’on observe par un trou de souris (Jennifer Connelly, encore toute jeune, déjà fascinante), la charlotte aux fraises que l’on mange en attendant la fille qui vous a promis une branlette en échange, un coup de folie qui s’achève par une voiture plongeant dans un lac… Ce film proustien, source d’émerveillement pour les spectateurs depuis sa sortie, revient enfin sur les écrans en copie neuve. C’est le plus beau cadeau de cette Fête du cinéma.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 octobre 2019 La douloureuse naissance de l’antagoniste de Batman en mode rite initiatique sadique et parcours contre-résilient. Bouc émissaire virant bourreau, Joaquin Phoenix est plus qu’inquiétant dans cette copie-carbone du cinéma des 70’s. Un interloquant...
Mardi 29 janvier 2019 Le monde se divise en deux catégories : ceux qui revoient avec délices les fresques opératiques de Sergio Leone, et ceux qui ne les ont encore jamais vues. Le festival de l’Institut Lumière vise à rendre la seconde… creuse.
Mardi 6 octobre 2015 De Nancy Meyers (ÉU, 2h01) avec Robert De Niro, Anne Hathaway, Rene Russo…
Mardi 17 mars 2015 En faisant un peu de méta-journalisme (tout de suite les grands mots), on pourrait vous dire qu'il est difficile de ne pas parler de la venue à Lyon pour (...)
Mardi 3 juin 2014 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des (...)
Samedi 26 octobre 2013 Pur fantasme d’un Luc Besson emballant à la va-vite des concepts de plus en plus boiteux, "Malavita" tente de greffer en Normandie la mythologie du film de mafia new-yorkais. Écrit n’importe comment, sans angle ni point de vue, cette comédie pas...
Mercredi 17 avril 2013 Parti de l’idée d’une bio filmée d’Ip Man, Wong Kar-wai a laissé comme à son habitude dériver sa créativité pour accoucher d’un film d’arts martiaux définitif et maniériste, où la liberté et la maîtrise renvoient à l’horizontal et à la verticale aux...
Vendredi 25 janvier 2013 Des personnages borderline dans une comédie romantique dont la mise en scène s’autorise à son tour toutes les hystéries visuelles : David O’Russell fait dans le pléonasme et l’emphase pour camoufler sa progressive absorption par la norme...
Lundi 17 septembre 2012 Une main qui tire les ficelles d’une marionnette invisible. Une trompette étouffée qui interprète une mélodie aux accents italiens. Une phrase devenue (...)
Jeudi 6 septembre 2012 Plus éclatée que lors des éditions précédentes, la programmation de Lumière 2012 ménagera films monstres, raretés, classiques restaurés, muets en musique et invités de marque. Christophe Chabert
Lundi 27 ao?t 2012 Prix Lumière à Ken Loach, hommages à Max Ophüls, Vittorio De Sica, Dean Martin et Max Von Sydow, versions intégrales et restaurées de "La Porte du Paradis" et d’"Il était une fois en Amérique", ciné-concert autour de "Loulou" : le prochain festival...
Mercredi 20 juin 2012 En l’absence d’annonce du prochain Prix Lumière, repoussée sine die, la programmation du prochain festival Lumière fait figure de poulet sans tête : on ne commentera donc que les plumes et les pattes. Christophe Chabert
Vendredi 16 décembre 2011 de Garry Marshall (USA, 1h58) avec Hilary Swank, Michelle Pfeiffer, Robert De Niro, Zac Efron, Katherine Heigl…
Jeudi 2 juin 2011 De Neil Burger (ÉU, 1h45) avec Bradley Cooper, Robert De Niro…
Mardi 3 mai 2011 De John Curran (ÉU, 1h45) avec Robert De Niro, Edward Norton…
Mardi 23 novembre 2010 De Robert Rodriguez et Ethan Maniquis (ÉU, 1h45) avec Danny Trejo, Robert De Niro, Jessica Alba, Steven Seagal…
Mercredi 30 septembre 2009 Difficile à croire, mais les films de Sergio Leone ne sont pas visibles sur les écrans depuis de nombreuses années. Même en DVD, la copie de Pour une poignée de (...)
Mercredi 1 octobre 2008 de Jon Avnet (ÉU, 1h40) avec Al Pacino, Robert De Niro, John Leguizamo…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter