Chantilly à tous les étages

Dans le monde feutré des musiques classiques, on s’arrache les cheveux pour programmer des soirées du Nouvel An festives mais pas mièvres, colorées mais pas trop, réjouissantes mais pas rigolardes. Pascale Clavel

C’est un moment crucial de l’année, il faut détendre le public sans tomber dans le burlesque à 3 balles, il faut enivrer les oreilles à l’aide de mélodies plutôt sirupeuses et donner ce plaisir simple d’être là, au bon endroit, juste avant les fameux douze coups de minuit. L’Opéra et l’Auditorium s’y sont donnés à cœur joie et essaient tous les ans de rivaliser d’idées géniales avec plus ou moins bon goût. À l’Auditorium, c’est la fête foraine version un peu guindée quand même. On nous annonce «un concert avec feu d’artifice !» Le point d’exclamation indique que le spectacle est vraiment original et c’est là que les choses peuvent se gâter. L’originalité n’ayant rien à voir avec une certaine qualité attendue, on peut avoir peur par simple anticipation. On nous annonce encore une soirée à Versailles avec feu d’artifice. Au menu, une Suite pour orchestre de Bach, un Concerto de Vivaldi, un autre de Tartini et bien entendu la Musique pour les feux d’artifice royaux de Haendel. Une soirée à Versailles avec des compositeurs qui n’étaient pas du tout avec Louis XIV au temps de sa splendeur… C’est certain, le point d’exclamation est utile. Il revient une autre fois lorsqu’on nous dit de ne pas avoir peur du vrai feu d’artifice ! Aucun risque ! C’est bon de le savoir parce qu’on préfère sortir vivant de l’Auditorium ce soir là.

Que le choix est difficile !

«Soirée de musiques joyeuses, heureuses, colorées, légères» rien que ça, Serge Dorny est aux anges, il aime faire plaisir et veut partager avec le public un moment unique rempli de pétillement musical. À l’Opéra de Lyon, le Nouvel An,  c’est la soirée de la joie parfaite. Des extraits d’opérettes, des valses lentes et enivrantes, des airs d’opéras collés au plus profond de l’inconscient collectif. Bien sûr, dans la salle, on va chantonner sec, les tubes de Johann Strauss vont sonner à rompre les cintres. La sublime soprano Véronique Gens offre sa voix ronde et généreuse aux héroïnes de Strauss sous la baguette du chef autrichien Léopold Hager. Des polkas dont la fameuse et sautillante Tritsch-Tratsch, des extraits cocasses de La Chauve-souris, des airs suaves d’Une nuit à Venise et du Baron Tzigane. Le public sera forcément conquis et ravi d’entendre les œuvres de Johann Strauss. Il pourra aussi danser sur les valses du frère moins connu, Joseph, resté un peu dans l’ombre de Johann, musicalement plus dégourdi. Un passage d’année qui se fera dans la bonne humeur, dans l’humour tendre et décalée d’une Polka savoureuse. Champagne !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 11 juin 2020 Malgré des directives sanitaires évolutives, la Ville de Lyon tente de mettre presque tout le monde dehors avec 90 manifestations prévues et des bibliothèques ouvertes — c'est une première — tout l'été.
Mercredi 20 novembre 2019 En plein EDENDAHOTOUR, qui accompagne la réédition d'"Eden", album de la renaissance paru en 1996, Étienne Daho fait étape à Lyon pour un concert aussi unique que spécial avec 50 musiciens de l'ONL. Il évoque pour nous cette double actualité.
Mardi 19 novembre 2019 Il y a 23 ans presque jour pour jour, le 19 novembre 1996, paraîssait Eden. Pour Étienne Daho une manière de complète résurrection, quelque mois après sa (...)
Mardi 5 juin 2018 Sorti en 1984, Amadeus, signé Miloš Forman, conte les élucubrations, parfois fantasmées, d'un certain Wolfgang Amadeus Mozart, précoce génie un brin (...)
Mardi 11 octobre 2016 Le milieu de la culture a beau clamer qu'il est ouvert sur le monde, il reste, plus que bien d'autres, l'apanage des hommes. À la veille des États généraux de l'égalité, le point sur la situation avec Anne Grumet et Chloé Bégoud, membres de...
Mardi 16 septembre 2014 Quand il ne mène pas son monde à la baguette, Leonard Slatkin, en bon Yankee, taquine un tout autre type de bout de bois, beaucoup plus robuste celui-ci : (...)
Jeudi 13 juin 2013 Le 21 juin, à moins d'être complètement sourd, on sent bien qu’il se passe quelque chose, que la musique est partout, qu’elle remplit les moindres espaces (...)
Lundi 6 mai 2013 Leonard Slatkin a un rêve : enregistrer toute l’œuvre avec orchestre de Ravel. Ce pari fou est déjà bien avancé, l’intégrale se fabriquant chez Naxos au fil (...)
Jeudi 7 février 2013 L’Auditorium de Lyon programme le Concerto pour clarinette de Thierry Escaich, œuvre contemporaine, fraichement écrite par un compositeur hors cadre. De l’émotion en abondance, du spirituel en ligne de fond. Pascale Clavel
Jeudi 18 juin 2009 Festival - Musique classique / Pour qu’un festival dure sans s’essouffler, il lui faut sans cesse savoir réinventer, se renouveler, imaginer une (...)
Samedi 13 décembre 2008 Pour les fêtes de fin d’année, Jun Märkl, chef de l’Orchestre National de Lyon emmène toutes les familles, des arrières grands-parents au dernier né, dans ses rêves d’enfance et sa passion du cirque. Laissez-vous guider. Pascale Clavel
Jeudi 27 novembre 2008 William Kraft, compositeur américain de 85 ans fera le déplacement de San Francisco pour entendre Benoît Cambreling jouer son œuvre. Kraft considère (...)
Jeudi 27 novembre 2008 Rencontre / Benoît Cambreling, le génialissime timbalier de l’Orchestre National de Lyon, fera sonner en deuxième audition mondiale le Concerto pour timbales et orchestre du compositeur contemporain William Kraft. À quelques jours de la création,...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !