La science des rêves

L’homme par qui la magie fait sens : l’indispensable metteur en scène Joël Pommerat ne lésine avec les artifices du théâtre pour passer à la loupe ses contemporains sans oublier de montrer leurs rêves et cauchemars. La preuve par l’exemple avec "Ma chambre froide" accueilli au TNP pendant dix jours. Portrait et critique.

Joël Pommerat a cessé d’être acteur à 23 ans en 1986. Pas encore très vieux mais une évidence est là : il ne veut pas être une marionnette sur laquelle un metteur en scène tout puissant dépose un rôle préconçu. Car pour lui, l’acteur est au cœur du dispositif théâtral, le metteur en scène doit composer avec son être entier et le dépouiller de ses automatismes et de son savoir-faire. Pommerat se met alors à «écrire des spectacles». Ni metteur en scène, ni écrivain, mais bien auteur de spectacle. Ses pièces sont pourtant publiées, mais deux mois après le début des représentations car elles sont écrites au plateau, fignolées en jeu. Avec sa troupe fidèle, il fonde la compagnie Louis Brouillard au début des années 90. Ce nom, pas tout à fait anodin, donne une idée du bonhomme : «Je me dis parfois que Louis Brouillard a vraiment existé comme Louis Lumière, qu’il a inventé le théâtre et que je suis le seul à le savoir» disait-il en plaisantant récemment au micro de France Culture. Plus sérieusement, il fige ce nom à une époque où le théâtre du Soleil est omniprésent, où les jeunes compagnies prennent un nom de météo (embellie, vent…). Lui opte pour le brouillard car il penche plus du côté de l’ambigüité des choses que de leur clarté.  Onirique, entre rêve, cauchemar et réalité brute, Joël Pommerat n’est pas là pour rigoler. Du moins au départ

À conte d’auteur

Pommerat scrute des gens ordinaires dans des situations qui deviennent extraordinaires, que ce soit dans les contes qu’il ré-écrit ou les pièces originales qu’il signe. En 2004, quand il crée Le Petit Chaperon rouge, il a déjà plusieurs spectacles derrière lui dont Pôle, Treize étroites têtes ou Mon ami et il entre dans l’univers des enfants qu’il distingue d’ailleurs peu de celui des adultes. Sa panoplie de gestes théâtraux — sa patte, est là : un narrateur (en Monsieur Loyal sur le plateau ou en voix-off), une scène, quelques accessoires et surtout une scénographie tracée par la lumière d’Eric Soyer. Loin du conte de Perrault, la maman de la petite fille est une working girl qui marche sur la pointe de ses pieds nus mais, à chaque pas, ses talons invisibles claquent, instaurant une distance entre elle et sa fille. Pommerat se voit et s’entend autant qu’il se lit ensuite. Quatre ans plus tard, il offre une variation éblouissante de Pinocchio. Là encore, le gamin en bois est un sale gosse moderne qui, n’écoutant pas son père, connaîtra les affres des virées d’adultes, la corruption, sa transformation en âne, son engloutissement par la baleine avant de rencontrer la fée. Tout sur scène est figuré par des effets lumineux d’une inventivité sidérante. Il accède à l’imaginaire et réussit ce qu’il ambitionne : «rendre l’étrangeté concrète». Il y a quelques semaines, il signait son troisième conte, Cendrillon. Réussite totale, avec un investissement extraordinaire des acteurs qui jouent plusieurs rôles, ce spectacle élaboré comme les autres à l’intuition frappe en plein cœur. Avec les contes, il s’inscrit dans la droite lignée de son travail : aller vers l’économie du mot, l’épure, la simplicité et l’action. Montrer ce qui se dit et surtout ce qui ne se dit pas. «Ce sont des écritures extrêmement condensées qui ne cherchent pas à faire littérature, mais à faire du sens, à faire la vie». Et c’est ce vers quoi il tend dans l’écriture de ses autres spectacles.

Déchirure

Après déjà treize spectacles, Avignon le révèle au grand public en 2006 en l’accueillant pour trois pièces dont Les Marchands, texte rêche dans lequel les comédiens ne disent rien sinon quelques marmonnements incompréhensibles. En voix-off, la narratrice raconte sur un ton neutre cette contradiction qui traverse tous les spectacles de Pommerat : l’aliénation de ceux qui ont un travail et la folie dans laquelle s’enfoncent ceux qui n’en ont plus. «On dit que le travail serait l’essence de l’homme, d’où les problèmes quand le travail vient à manquer. Moi je pense que l’homme est plus grand que ça, qu’il se définit avant le travail» confiait-il à Avignon cet été-là tout en faisant dire à sa comédienne dans Les Marchands : «Qu’est-ce que vous faites dans la vie ? Vous achetez, vous vendez, vous achetez et vous trouvez ça intéressant ?». Sur le plateau, il parvient par quelques trouvailles à figurer une usine qui prend forme juste par les gestes répétitifs et frénétiques des mains des comédiens prises dans un filet de lumière horizontale. La magie opère. Car Pommerat, osons ce mot galvaudé, est un magicien du théâtre. Se servant de la scène comme d’une boîte noire — et en cela disciple du maître Peter Brook dont le titre de l’ouvrage majeur L’Espace vide est un viatique pour Pommerat — il crée toutes sortes de lieux souvent indéterminés dans la pénombre. Il multiplie les fondus au noir durant lesquels ses comédiens, micro HF sur le paletot afin de ne jamais déclamer, trouvent leurs marques pour offrir une nouvelle scène sitôt la lueur revenue. Pas la moindre ficelle ne se voie. En 2000, avec Je tremble (1 & 2), il abandonne la narration, invente une sorte de Club silencio où il évoque la vieillesse, la mort, l’amour, et opte pour du rouge pailleté plutôt que du gris et noir. Une gifle. Ses personnages sont toujours au bord du précipice et l’humanité, même celle des moins aimables, voire des salauds, perce le brouillard.

«Sans le commerce et sans la vente, y a pas d'vie»

Avec Cercles/Fictions, il poursuit sa fragmentation du récit et arrondit sa boîte à théâtre en disposant des gradins circulaires aux Bouffes du Nord où il est artiste associé de 2007 à 2010 (il rejoint ensuite les Ateliers Berthier-Odéon de Paris et le Théâtre national de Bruxelles). Pour Ma chambre froide, Pommerat renoue avec la linéarité du texte mais garde son plateau circulaire. Enfin, toute fraîchement sortie de terre, La Grande et fabuleuse histoire du commerce — un titre qui ne pouvait être que de lui — modeste pièce mais très documentée, est créée à Béthune et commence comme Un conte de Noël de Desplechin avec présentation sommaire des personnages en jeu et des liens qui les unissent. Mais si la famille est omniprésente chez Pommerat, elle n’est là qu’en deuxième rideau, le rôle social étant déterminant. Les VRP doivent vendre car «sans le commerce et sans la vente, y a pas d'vie», comme le dit l’un d’entre eux dans un hôtel banal à la fin de sa journée. Que ce soit dans les années 60 ou 2000, Pommerat montre un capitalisme broyeur d’hommes sans que ceux-ci ne cherchent à résister. Pas de grands discours dogmatiques chez cet artiste hors norme, mais plutôt des spectacles calibrés au millimètre qui laissent peu respirer comme une métaphore de cette société asphyxiante. Sa façon d’être au monde est là : radicale. Lui qui voulait faire un spectacle par an pendant vingt ans affiche trois créations au compteur 2011. Pas moins de huit pièces sont en tournée pour faire vivre la compagnie et créer un répertoire. Impossible dès lors de tenir sa promesse : assister à toutes les représentations pour ne pas abandonner ses spectacles à leur infinie finesse.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Dans un spectacle dérangeant et éblouissant, Alice Laloy renverse les codes du roman de Pinocchio et s’attache au moment de sa transformation. Un des grands spectacles du dernier Festival d’Avignon ; de surcroît accessible aux enfants.
Mardi 16 octobre 2018 Une danseuse de Ballet (de l'Opéra de Lyon) qui passe le balai (à l'Opéra), et c'est toute une métaphore ironique que met en scène la chorégraphe Maguy Marin dans (...)
Mardi 26 janvier 2016 Cinq mois après la version magistrale de Godot par Jean-Pierre Vincent, Lyon reçoit celle du stéphanois Laurent Fréchuret : si le casting est plus inégal, la vivacité et la férocité de l’époustouflant texte de Beckett sont bien là. Nadja Pobel
Mardi 12 janvier 2016 Quand, en avril 2005, le TNG accueille Le Petit Chaperon rouge de Joël Pommerat, le metteur en scène débarque à Lyon comme la mère de la petite fille : (...)
Mardi 12 janvier 2016 À force d’ausculter le travail, les rapports de hiérarchie et les questions de libre arbitre, il fallait bien qu’un jour Joël Pommerat ose affronter les prémices de la liberté et de l’égalité des droits. En 4h30, il revient aux origines de la...
Mardi 5 janvier 2016 La pièce débute ce vendredi 8 janvier et elle se tiendra jusqu’au 28 au TNP, qui pour assurer une si longue série a uni ses forces à celles des Célestins. (...)
Mardi 22 décembre 2015 Comment raconter Pinocchio sans marionnette ? Avec les deux éléments-clés de son éthymologie, rappelée par le metteur en scène et acteur Didier Galas : le pin (...)
Mardi 5 janvier 2016 Lancée par la venue de Joël Pommerat et Romeo Castellucci, la seconde partie de saison s’annonce dense et exigeante. Tour d’horizon de ce qui vous attend au théâtre sur les six prochains mois.
Mardi 15 décembre 2015 De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et (...)
Mardi 8 septembre 2015 Souvent taxé d’art vieillissant, le théâtre ne cesse pourtant, à l’instar des sociologues ou historiens, d’ausculter le monde contemporain. Cette saison, plusieurs auteurs décryptant la trivialité des rapports sociaux seront portés au plateau. Nadja...
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mercredi 20 mai 2015 22 spectacles dont 9 émanant de sa direction ou de ses acteurs permanents : la saison prochaine, le Théâtre National Populaire fera la part belle aux talents maison, à commencer par la création très attendue de "Bettencourt Boulevard" par Christian...
Mardi 9 septembre 2014 Outre les spectacles cités dans notre gros plan et les panoramas lisibles par ailleurs, voici une dizaine de spectacles qui attisent notre curiosité ou réveillent de bons souvenirs. Bien plus, en tout cas, que les deux mastodontes avignonnais un peu...
Mardi 11 mars 2014 Plus de deux ans après sa création, "Cendrillon", enfin, passe par la région lyonnaise. Pièce maîtresse de l’œuvre de Joël Pommerat, ce conte, ici plus fantastique que merveilleux, décline ce qui intéresse tant l’incontournable metteur en scène :...
Vendredi 3 janvier 2014 Et si on misait sur la relève en ce début d’année ? Les grands noms du théâtre auront beau être à Lyon tout au long des six mois à venir, c’est en effet du côté des jeunes que nos yeux se tourneront prioritairement. Nadja Pobel
Dimanche 17 février 2013 De Enzo d'Alo (Fr-Bel-It-Lux, 1h20) animation
Jeudi 20 décembre 2012 Pour Cendrillon, sa première création en 1985 avec le ballet de Lyon, Maguy Marin ne ménage ni ses interprètes ni les fondements de la danse classique. La (...)
Vendredi 9 novembre 2012 Quoi qu’il fasse, Joël Pommerat le réussit avec une virtuosité inouïe. Dans son spectacle le plus dépouillé et peut-être le moins complexe techniquement, il livre à nouveau une cinglante fable sur le monde moderne. "La Grande et fabuleuse histoire...
Jeudi 22 décembre 2011 Le cadeau d’un patron est-il vraiment un cadeau ? Travailler pour soi est-il vraiment plus épanouissant que travailler pour les autres ? Ces questions (...)
Vendredi 10 décembre 2010 Danse / Ils transpirent, étouffent, en bavent littéralement, les danseurs du ballet de l'Opéra derrière leurs masques à la fois poupon et étranges, et trop l'étroit (...)
Vendredi 23 avril 2010 Après "Les Marchands" en novembre, le TNP accueille "Je tremble, 1 et 2", autres pièces immanquables de l'auteur et metteur en scène Joël Pommerat. Nadja Pobel
Jeudi 5 novembre 2009 Théâtre / Joël Pommerat présente au studio 24 - TNP 'Les Marchands', créé en 2006. Une fable sociale sur la misère humaine et le travail glaçante, radicale mais surtout profondément émouvante. Nadja Pobel
Mercredi 3 décembre 2008 Joël Pommerat offre une version du Petit Chaperon rouge épurée. Retour aux fondamentaux avec ce metteur en scène au travail limpide. A voir ou à revoir au théâtre de Vénissieux. Nadja Pobel

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X