Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Second life

La Biennale Musiques en scène a 20 ans. James Giroudon, le directeur visionnaire de GRAME, passe le relais. Dans un «Etat second» son successeur, Damien Pousset, a fabriqué un programme où récupération, transformation et manipulation du préexistant sont joyeusement mis à l’honneur. Pascale Clavel

James Giroudon a fait de la Biennale Musiques en scène le rendez-vous de la musique contemporaine ; un endroit incontournable pour entendre le pouls de cette création innovante, vivante, mouvante et riche de propositions à couper le souffle. Depuis 1992, ce sont des concerts, des installations, des spectacles qui viennent redire que l’acte créateur est en bonne santé, que l’aventure reste exigeante mais conviviale et que le public, de en plus en plus curieux, répond à l’invitation et vient se cogner à son époque avec plaisir.

2.0

En 2012, James Giroudon passe le relais et la Biennale Musiques en scène voit arriver à sa tête Damien Pousset, un homme qui aime le jazz… et l’Ars Nova. Plus grand écart, on ne peut pas trouver et en même temps, à bien écouter, on perçoit les mêmes frottements, les mêmes harmonies distordues mais pas tant que ça. La musique contemporaine comme l’Ars Nova : des ambiances musicales qui font peur a priori et qui a posteriori, si l’on se laisse aller, deviennent limpides, merveilleuses et pleines d’un discours qu’on aimerait entendre plus souvent. Damien Pousset a AINSI tricoté un parcours à son image, cohérent et multi faces. On connaissait les Biennales d’avant lui, pointues et ouvertes sur le monde contemporain, nous entrons dans une nouvelle ère où le joyeux côtoie le beau, où les musiques s’inspirent, où les arts s’emmêlent à l’infini. Damien Pousset pousse l’idée jusqu’au bout, va chercher ces jeunes créateurs qui récupèrent, qui travaillent à partir d’œuvres préexistantes, il ouvre et ose la question : «le marché aux puces serait-il devenu, en musique comme ailleurs, le référent omniprésent des pratiques artistiques contemporaines ?»

Suivez le Guide

Michael Jarrell, compositeur invité de cette Biennale est un homme heureux. Premier compositeur en résidence à l’Orchestre national de Lyon de 1991 à 1993, il a dit oui tout de suite à cette alléchante proposition. Il sera le pilier, la tour de contrôle de cette nouvelle édition. Qui d’autre mieux que lui sait composer une œuvre pour orchestre, en puiser ensuite tout le jus et en fabriquer un concerto pour clarinette, pour en puiser à nouveau tout le jus et en faire une troisième œuvre à part entière. Jarrell est le maître de la récupération de lui-même. Il explore comme une seule obsession les univers où rien ne paraît bouger mais où tout se meut lentement dans un petit fracas bienvenu. Lui qui n’a cessé de transformer, de triturer son discours musical pour en magnifier certains passages est à même de guider cette jeune génération de compositeurs à la création intuitive, mystérieuse et d’une extrême sensibilité. À réécouter les œuvres de Michael Jarrell, on est frappé par leur accessibilité, par cette écriture limpide et profonde. Quant aux titres de chaque opus, c’est une invitation à la réflexion et à la rêverie tout à la fois : Le ciel, tout à l’heure encore si limpide, soudain se trouble horriblement… pour orchestre ou encore …car le pensé et l’être sont une même chose pour six voix solistes ou encore …prisme/incidences… pour violon et orchestre. Quant à la poésie des points de suspension, elle nous invite au mystère, aux questionnements sans fin. Michael Jarrell se définit comme un artisan, les mains dans le cambouis et, à écouter sa musique, on peut comprendre sa revendication. Il fait partie de ces compositeurs humbles, à l’écriture souple voire élégante, aux obsessions savamment travaillées, mais qui paraissent accessibles et d’une belle simplicité. Dès le concert d’ouverture à l’Auditorium, le public pourra découvrir son nouveau Concerto pour violoncelle puis viendra Cassadre, son monodrame tout en retenue, où la voix hypnotique de Fanny Ardant s’emmêle aux timbres chatoyants d’un petit orchestre. Et puis, au fil de ces trois semaines de Biennale, des œuvres plus ou moins anciennes de Michael Jarrell à réentendre avec appétit.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 mars 2016 Dans la pléthorique et éclectique programmation marsienne (du 1er au 27) de la Biennale Musiques en Scène, il en est une qui ne risque pas de passer inaperçue, c'est la percussionniste, improvisatrice, comédienne, mime, n'en jetez plus, Krystina...
Mardi 25 mars 2014 Dans le cadre de l'exposition "Listen Profoundly" au Musée d'art contemporain, l'artiste allemand Heiner Goebbels présente une fort belle installation entremêlant sons et éléments visuels. Jean-Emmanuel Denave
Mardi 18 mars 2014 Freudiens tenez-vous bien, l'artiste multimédia et compositeur Jean-Baptiste Barrière (né en 1958 à Paris) propose une nouvelle interprétation des rêves ! Une (...)
Mardi 11 mars 2014 A la fin de l'année dernière, la Familie Flöz, collectif berlinois passé maître dans l'art de la pantomime masquée, donnait à voir, dans une généreuse débauche (...)
Mardi 25 février 2014 Le bavard et le faux taiseux. L’un, Damien Pousset, délégué artistique de la Biennale Musiques en scène, qui s'ouvre prochainement, trouve l’idée fondatrice et la malaxe jusqu’au cœur. L’autre, James Giroudon, Directeur Général de Grame, milite...
Vendredi 24 février 2012 Cette nouvelle Biennale où la création se veut multiple et conviviale propose une certaine continuité mais sait également offrir quelques nouveautés qui vont faire un peu de bruit, ou beaucoup. Pascale Clavel
Lundi 1 mars 2010 Musique / La création musicale contemporaine a rendez-vous à Lyon. Du 1er au 21 mars, la Biennale Musiques en scène invite 33 compositeurs du monde entier. Ils viennent redire, s’il le fallait, que la création est multiple, mouvante et qu’elle se...
Vendredi 19 février 2010 La Biennale Musiques en scène va s’ouvrir. Cette cinquième édition attendue avec gourmandise et curiosité dévoile ce que la création contemporaine a de meilleur : une exigence artistique rigoureuse doublée d’une recherche musicale des plus...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter