Arizona Junior(s)

Tucson Songs, l'album, «parrainé» par les incontournables Calexico et Giant Sand (qui clôt la marche), commence par un titre assez extraordinaire qui a le mérite de mettre immédiatement l'auditeur dans l'ambiance, ne serait-ce que par son titre : The Rust, The Knife interprêté par Gabriel Sullivan, Taraf de Tucson et Brian Sedlmayr.

Une envolée à la croisée de Morricone, du Grand Chapparal et de Ghost Riders in the Sky version Johnny Cash. Chœurs épiques, guitares westerns inondées de cuivres mexicains, de violons pincés et de bruitages inquiétants, rejouent une cavalcade digne de nos plus grands souvenirs de western à l'ombre du talk-over conteur de Sedlmayr et de la voix très Tombstone – du nom d'un mythique lieu arizonien – de Gabriel Sulivan.

À partir de là, malgré la grande variété stylistique du disque qui témoigne des esthétiques propres à la scène de Tucson, entre mythologie et expérimentation, on ne lâchera plus l'album. D'autant qu'enchaîne immédiatement l'une des révélations de cet album : Brian Lopez, symbole de la relève tucsonienne que nous présente le disque paru sur un label allemand. Ce qui pourrait paraître étrange s'il s'agissait aussi du label d'une poignée de tucsoniens d'adoption : Marianne Dissard, Naïm Amor et Andrew Collberg, tous présents sur le disque.

Preuve de la singularité et de la pluralité du son de Tucson, on retrouve au long des 18 titres, des reprises : Calexico et Françoiz Breut (la suave normande n'ayant jamais autant semblé avoir grandi au pied d'un cactus) s'attaquant à Nina Simone le temps d'un sublime Keeper of the flame ; des chansons inédites ; des voix singulières (Gabriel Sullivan, donc) ; des pépites (le Dreaming d'Al Perry, légende de la scène garage locale convoquant les cuivres mexicains) ; des bizarreries génético-musicales (Taraf de Tucson mélange de musique de Balkans et de cumbia péruvienne) ; de la lo-fi western et fantomatique (Otherly Love) ; de la chanson d'amour au banjo (Marie Andrews, seule «étrangère» venue de Phoenix) ; d'autres duis transnationaux (Lopez et Dissard pour Neige Romaine).
 

Bref une véritable cartographie tucsonnienne aux accents de western dont, malheureusement, le Tucson Songs Tour ne ne nous offrira que quelques aperçus – trimballer tout ce beau monde sur scène aurait coûté quelques bras. Enrôlés pour l'occasion : Brian Lopez, qui risque fort de bouleverser ces dames, Marianne Dissard en représentante féminine ET française de la scène de Tucson, l'inclassable Andrew Collberg, songwriter méconnu mais plus pour très longtemps, et digne successeur du Joey Burns de Calexico, et le Sergio Mendoza Orkesta pour la touche «speed mambo mexicano» qui devrait rapidement transformer l'Epicerie Moderne en fiévreuse salle de bal.

Stéphane Duchêne

«Tucson Songs» (Le Pop Muzik)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 mars 2018 De retour à l'Épicerie Moderne, les arizonards de Calexico viendront présenter leur dernier morceau de bravoure The Thread that keeps us, où s'agitent les fantômes de l'Amérique de Trump vécue comme une fin du monde.
Jeudi 19 octobre 2017 Alors qu'un single un peu déroutant (diablement efficace mais étrangement étiqueté indie pop façon Nada Surf) intitulé End of the world with you vient tout juste (...)
Mardi 19 avril 2016 Alternative rock, indie folk, Americana, Tex-Mex, alternative country, post-rock : lorsqu'on jette un œil sur la catégorie musicale dans laquelle l'ami Jean-Christophe Wikipédia classe le dernier album du groupe, Edge of the Sun, voici...
Jeudi 14 avril 2016 Sortez vos agendas : voici dix concerts à ne pas manquer ce mois-ci ; du show latino où emmener votre maman à l'indie pop dépressive où s'oublier. Par Stéphane Duchêne & Sébastien Broquet.  
Mardi 2 février 2016 La bande de Joey Burns et John Convertino en concert, c'est toujours quelque chose. Ce fut le cas en 2009 à l'Épicerie Moderne et en 2003 à Fourvière. (...)
Jeudi 27 septembre 2012 Le Twenty-Two Bar (1995) avec Dominique A C'est elle qu'on aperçoit au premier plan de la pochette de La Mémoire Neuve. La fille avec la grosse guitare du (...)
Jeudi 27 septembre 2012 Quatre ans après A l'Aveuglette, Françoiz Breut est de retour avec "La Chirurgie des Sentiments" et un concert à l'Epicerie Moderne. À cette occasion, elle se confie de bon cœur sur ce disque du changement dans la continuité. Et sur le reste : la...
Vendredi 13 avril 2012 Avec "Tucson Songs", spectacle relayant l'album du même nom, l'Épicerie Moderne nous présente la relève de la scène musicale de Tucson, poussée entre cactus, vieux cow-boys à moustache et autres figures tutélaires (Giant Sand, Calexico, Jim Waters)...
Vendredi 16 janvier 2009 À l’image d’une Amérique de retour à l’air libre, Calexico respire à nouveau à pleins poumons avec son album "Carried to Dust" qui reprend la route pour élargir le territoire. Stéphane Duchêne

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X