Nuits transfigurées

Lectrices, lecteurs, passons la nuit ensemble. Passons-la en revue, avec la sortie du dernier numéro d’Hippocampe, et en exposition, avec «Tout s’éteindra» à la galerie Besson. Une nuit multiple, pas forcément obscure, mais toujours interrogatrice, déstabilisatrice, décentrant le sujet… Jean-Emmanuel Denave

En 1952, Robert Rauschenberg fait œuvre, scandale et date en effaçant un dessin de Willem De Kooning. En 2012, le jeune artiste parisien Nicolas Aeillo révèle, à travers une vidéo constituée de 127 photographies, le fantôme de ce dessin : un buste, quelques surfaces sombres, des traits dispersés… S’il fallait encore le rappeler, la création contemporaine consciente d’elle-même est «condamnée» au fragment, aux souvenirs fêlés, aux représentations inachevées, au montage d’images et de récits épars. C’est sur ce principe de montage sans unité, cher à Walter Benjamin, que se compose, au fil du temps, la revue Hippocampe dont le 7e et magnifique numéro est consacré à «la nuit». «Évitant de s’en tenir à des propositions illustratives, trop évidentes, nous avons cherché au contraire à réunir des contributions susceptibles de démontrer la complexité de cet espace/temps particulier : la Nuit», écrit Gwilherm Perthuis, responsable de la revue. Gwilerm Perthuis est aussi le commissaire de l’exposition collective Tout s’éteindra qui accompagne la sortie de ce numéro. «Le fil conducteur que nous avons tenté de suivre, sans s’interdire d’écarts, consiste à placer en résonance des images traversées par la question de la mémoire, de l’oubli, de l’effacement, de la recomposition ou de l’épuisement. Peu de représentations de scènes nocturnes strictes, il s’agit plutôt de considérer la nuit comme une matrice active qui ingurgite, digère, associe, recompose ou recycle les images».

Des toiles de nuit

On découvrira à la galerie Besson la vidéo de Nicolas Aeillo, des toiles d’Abel Pradalié assemblant des figures anachroniques dans une veine proche du surréalisme, les paysages aux espaces «épais», opaques, de Karine Hoffman, un grand «radeau blanc» se profilant dans l’ombre peint par Claire Tabouret… La disjonction, le départ vers des rives inconnues appartiennent tout autant à «la nuit» que les très beaux dessins d’Anne-Laure Sacriste, épuisant au crayon un même sujet : des chutes d’eau laiteuses au milieu de rochers baignés d’obscurité… Maurice Blanchot distinguant successivement deux nuits écrivait que «l’autre» nuit «est ce avec quoi l’on ne s’unit pas, la répétition qui n’en finit pas, la satiété qui n’a rien, la scintillation de ce qui est sans fondement et sans profondeur». Et l’on voit là quel appel créatif à la fois désespéré, fertile et infini, cette «autre» nuit peut susciter chez l’écrivain, l’artiste, le penseur. Sans prétendre à l'exhaustivité, la revue Hippocampe rassemble des essais ou réflexions sur l’œuvre de W.G. Sebald, le cinéma post-Tarkovski du hongrois Béla Tarr, les photographes Brassaï et Gregory Crewdson, la performeuse Gina Pane ou… les maisons hantées. La revue comporte aussi de nombreux inédits d’écrivains ou de poètes, consacre tout un dossier à Jean-Christophe Bailly et de nombreux portfolios à des artistes présents ou non dans l’exposition…

Labyrinthes de la psyché

Maurice Blanchot termine son écrit sur la nuit en se référant au Terrier de Kafka où «construire le terrier, c’est ouvrir la nuit à l’autre nuit». Marqué par l’œuvre de Kafka et par la littérature en général, l’artiste lyonnais Frédéric Khodja semble lui aussi ouvrir dans ses dessins à la plume quelques vertigineux terriers : celui, abyssal et spiralé, de notre «voix intérieure» («Ce que la bête pressent dans le lointain, cette chose monstrueuse qui vient éternellement à sa rencontre, qui y travaille éternellement, c’est elle-même», écrit encore Blanchot à propos de Kafka), ou celui, enveloppé sur lui-même et comme sur sa propre absence, de la mélancolie… Les terriers et les architectures de Frédéric Khodja ne cessent de se mouvoir (petits traits de plume insufflant un mouvement), de s’enrouler sur eux-mêmes, de se fonder sur rien ou si peu, d’ouvrir en leur sein leurs propres perspectives ou lignes de fuite. L’artiste présente seulement trois dessins, mais ô combien fascinants !, et réinvente toute une topologie singulière de la psyché humaine.

Tout s’éteindra
À la galerie Françoise Besson, jusqu’au dimanche 3 juin 
Hippocampe, «La Nuit», numéro 7 avril 2012, 12 euros (en vente en librairie)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 3 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Vendredi 10 juillet 2020 Avec son quatrième roman, Nina Hagen interprète Bertolt Brecht, l'auteur lyonnais Lilian Auzas poursuit une œuvre singulière qui se penche sur les destins de grandes figures féminines berlinoises. Et les délivre d'un certain nombre de malentendus.
Mardi 5 mars 2019 Spécialisée dans les arts, la librairie Michel Descours fait peau neuve en projetant de s'ouvrir vers un plus large public et de s'implanter plus fortement dans la vie du Grand Lyon.
Jeudi 1 juin 2017 1/ Frédéric Khodja à la galerie Françoise Besson, jusqu'au 31 juillet L'artiste lyonnais présente trois nouvelles séries de dessins à partir de réminiscences (...)
Mardi 9 mai 2017 Le festival "Livraisons" poursuit son cheminement parmi le monde prolifique et hétéroclite des revues. Sa troisième édition nous emmène en Suisse, sur les rives du Danube ou encore au plus proche d'expérimentations artistiques singulières.
Mardi 3 janvier 2017 Qu'elle prenne pour origine un souffle indistinct ou au contraire une limpidité idéale, l'image artistique tente de faire bouger nos perceptions, nos émotions et nos manières de penser. Et va parfois, pour cela, jusqu'à "s'encanailler" avec la...
Mardi 29 novembre 2016 Déjà journal bimestriel, revue pluridisciplinaire semestrielle, Hippocampe devient aussi éditeur avec la publication ce mois-ci de Je descends la rue de (...)
Mardi 7 juin 2016 Plutôt que de s'en méfier, Frédéric Khodja nous invite à faire confiance aux images, et se lance à l'URDLA sur leur(s) piste(s), explorant leurs métamorphoses, leurs devenirs, leurs présences énigmatiques.
Mardi 10 mai 2016 Pour sa 2e édition, le festival Livraisons réunit une vingtaine de revues (de sciences humaines, littérature, arts...) à travers des débats, des lectures et des spectacles. Gwilherm Perthuis (co-organisateur de l'événement avec Paul Ruellan)...
Mardi 15 mars 2016 La revue lyonnaise qui donne à penser est de retour sur les étals des libraires : pour 2€50, Hippocampe offre tous les deux mois un sommaire touffu. Ce (...)
Mardi 4 novembre 2014 Depuis la rentrée de septembre, nous traquons dans nos papiers l'étrange et passionnant devenir des images à travers certaines expositions. Images réinterrogées (...)
Mardi 15 juillet 2014 Dans les musées comme dans les galeries, l'amateur d'art contemporain aura la chance de pouvoir découvrir cet été à Lyon un grand nombre d'expositions de haute tenue. Jean-Emmanuel Denave
Mardi 8 juillet 2014 Frédéric Khodja expose à la galerie Besson des dessins et des collages récents, traçant des topographies imaginaires à la fois étranges et inquiétantes. Jean-Emmanuel Denave
Jeudi 2 janvier 2014 Qu'ils voyagent dans des espaces fictifs ou réels, les (bons) artistes opèrent toujours chez nous un déplacement du regard. Petite sélection, non exhaustive, des expositions attendues en ce début d'année 2014. Jean-Emmanuel Denave
Jeudi 18 avril 2013 Seul artiste contemporain exposé dans la belle exposition "Le Dessin en couleurs", parmi des œuvres d’artistes illustres (Le Douanier Rousseau, Roberto Matta, Oskar Bergman, Jean Tinguely, Pierre Tal-Coat…), Frédéric Khodja se livre ici au difficile...
Jeudi 7 février 2013 Malgré leur mort clinique annoncée, les revues d’art bougent encore. Mieux, à Lyon, "Initiales" vient de naître à l’Ecole des Beaux-Arts. Et d’autres, guère plus anciennes (Hippocampe, Specimen, Rodéo), nous donnent rendez-vous pour une rencontre...
Mercredi 14 mars 2012 Le Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne expose l’artiste Jan Fabre pour une rétrospective intitulée ‘les années de l’heure bleue’

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !