Moonrise kingdom

Poussant son art si singulier de la mise en scène jusqu'à des sommets de raffinement stylistique, Wes Anderson ose aussi envoyer encore plus loin son ambition d'auteur, en peignant à hauteur d'enfant le sentiment tellurique de l'élan amoureux. Christophe Chabert

Revoici Wes Anderson, sa griffe de cinéaste intacte, dès les premiers plans de Moonrise kingdom. Sa caméra explore frontalement une grande demeure comme s'il visitait une maison de poupée dont il découperait l'espace en une multitude de petits tableaux peuplés de personnages formidablement dessinés. Au milieu, une jeune fille aux yeux noircis au charbon, cousine pas si lointaine de Marion Tenenbaum, braque une paire de jumelles vers nous, spectateurs. Ce n'est pas un détail : d'observateurs de ce petit théâtre, nous voilà observés par cette gamine énigmatique, dont on devine déjà qu'elle a un train d'avance sur les événements à venir.

L’art de la fugue

Par ailleurs, la bande-son se charge, via un opportun tourne-disque, de nous faire un petit cours autour d'une suite de Benjamin Britten. Où l'on apprend que le compositeur, après avoir posé la mélodie avec l'orchestre au complet, la rejoue façon fugue en groupant les instruments selon leur famille. Là encore, rien d'anecdotique de la part d'Anderson. Cet instant de pédagogie vaut règle du jeu du film à venir, où il est question d'enfance (qui n'est pas un jeu), de fugue (qui n'est pas musicale) et de leçon (de vie ensemble, en couple, en camp scout, dans une communauté insulaire). Ludique, Moonrise kingdom l'est au plus haut point, mais jamais là où on l'attend. Dans la mise en scène fourmillante de trouvailles et d'idées qui sait, chose rare, allier dans le même mouvement effets de style particulièrement reconnaissables  — même les ralentis, magnifiques chez le cinéaste, qui se font désirer, finissent par débarquer in extremis — et pensée du récit par la caméra ; dans ledit récit, qui se promène dans le temps et l'espace, faisant surgir un narrateur face caméra jusqu'à le faire interagir avec les protagonistes - c'est Bob Balaban, qui autrefois offrit lui-même un des plus beaux et troublants films sur l'enfance, Parents ; mais surtout, et c'est en cela que Moonrise kingdom figure une nouvelle avancée décisive dans l'œuvre d'Anderson après son déjà remarquable Darjeeling limited, dans la capacité de raconter une vraie grande et belle histoire d'amour en se focalisant sur deux enfants et en confrontant leurs sentiments, absolus, sincères, gigantesques, avec les forces d'une nature elle aussi déchaînée.

Coup de foudre

Annoncée dès le départ, la tempête qui se lève n'a rien de biblique, au contraire. Ce n'est ni une épreuve, ni un obstacle à l'amour que se portent Jack et Suzy, mais la matérialisation de ce lien indestructible qui peut en effet relever du coup de foudre, de la tornade ou du torrent, tous convoqués dans le film. Le reste du monde, lui, se dissout peu à peu dans la solitude ou les conventions étriquées - nous sommes en 1965, la révolution des mœurs n'est pas encore passée par là. Le couple en crise formé par Frances Mac Dormnd et le fidèle Bill Murray, le flic désabusé incarné par Bruce Willis, le chef scout rigide joué par Edward Norton : que des figures d'adultes englués dans un quotidien terne, qui tournent en rond dans tous les sens du terme sur cette île de la Nouvelle Angleterre. Que peuvent-ils faire face à ces gosses qui, soudain, sont traversés par un désir qui renverse tout sur son passage ? C'est là où Moonrise kingdom s'avère sublime : laissant la comédie (souvent hilarante) aux grands et les choses sérieuses (bouleversantes, car filmées dans ce qu'elles ont de plus simples et universelles) aux enfants. Comme dans la musique de Britten, il fallait cette grande évasion en solitaire pour que la communauté se réunisse, il fallait que l'on aime tous les personnages séparément pour apprécier pleinement la totalité de cette symphonie fantastique qu'a composée Wes Anderson.

Moonrise kingdom
De Wes Anderson (ÉU, 1h33) avec Bruce Willis, Edward Norton, Bill Murray, Frances MacDormand, Tilda Swinton…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 14 janvier 2019 Sorti du purgatoire avec The Visit (2016), M. Night Shyamalan signe un combo magique avec cette double suite d’Incassable (2000) ET de Split (2016) réunissant James McAvoy, Bruce Willis et Samuel L. Jackson pour un thriller conceptuel, à revoir pour...
Mardi 3 juillet 2018 Pour qui se souvient du marin brésilien qui transformait du David Bowie en poésie carioca sur le pont d'un rafiot dans La Vie Aquatique de Wes Anderson, alors la venue de Seu Jorge à Fourvière, dans le cadre d'une tournée hommage au Thin White...
Lundi 11 juin 2018 Le patron de l’Institut Lumière avait promis une surprise pour marquer les 10 ans du Festival Lumière. Il a de fait pris tout le monde de court en annonçant la remise du 10e Prix Lumière la comédienne et productrice Jane Fonda, le 19 octobre...
Mardi 3 avril 2018 Wes Anderson renoue avec le stop motion pour une fable extrême-orientale contemporaine de son cru, où il se diversifie en intégrant de nouveaux référentiels, sans renoncer à son originalité stylistique ni à sa singularité visuelle. Ces Chiens...
Mardi 29 novembre 2016 L’intenable Seth Rogen imagine un monde où les aliments d’un grand magasin vivent heureux dans la chaste attente du Paradis. Jusqu’à ce qu’une saucisse impatiente de fourrer (sic) un petit pain ne découvre leur funeste destinée. Scabreux, grossier,...
Mardi 15 mars 2016 Déjà plus de 60 000 visiteurs : l'exposition consacrée aux miniatures du cinéaste Wes Anderson, au musée Miniature & Cinéma de Lyon, est un succès qui se (...)
Mercredi 2 mars 2016 Soucieux de lier l’intime et le politique, le jeune metteur en scène Baptiste Guiton, déjà à l’origine d’un travail tendre et noir sur Lune jaune de David (...)
Mardi 24 février 2015 Changement de registre pour Alejandro Gonzalez Iñarritu : le cinéaste mexicain laisse son désespoir misérabiliste de côté pour tourner une fable sur les aléas de la célébrité et le métier d’acteur, porté par un casting exceptionnel et une mise en...
Mardi 25 février 2014 Avec "The Grand Budapest Hotel", Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30, pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde...
Mardi 25 février 2014 Dans la reproduction de la chambre d’Antoine Lumière — qui pourrait être le décor d’un de ses films —, rencontre avec Wes Anderson à propos de Stefan Zweig, de sa famille d’acteurs, de transmission et des tatouages d’Harvey Keitel… Propos...
Mardi 18 février 2014 Retour en grande forme de Jim Jarmusch avec ce film à la force tranquille qui imagine des vampires dandy, rock’n’roll, amoureux et dépressifs, gardiens d’une culture mise en péril par la révolution numérique. Christophe Chabert
Jeudi 24 octobre 2013 Après "The Host" et "Mother", Bong Joon-ho frappe à nouveau très fort avec cette adaptation cosmopolite d’une bande dessinée française des années 80, récit d'anticipation se déroulant dans un train tournant sans fin autour d’un monde rendu à l’ère...
Lundi 15 avril 2013 Sur un sujet ô combien actuel — l’exploitation du gaz de schiste — Gus Van Sant signe un beau film politique qui remet les points sur les i sans accabler personne, par la seule force d’un regard bienveillant et humaniste sur ses...
Lundi 18 février 2013 De Roger Michell (Ang, 1h35) avec Bill Murray, Laura Linney…
Mercredi 26 décembre 2012 Le Top 2012 de la rédaction et de nos lecteurs consacre deux films français, ce qui n’est pas forcément à l’image d’une année cinéma où le bon cinéma est venu de partout : des indépendants américains, du cinéma d’animation ou des cinéastes hors la...
Mercredi 31 octobre 2012 Conçu comme un casse-tête spatio-temporel mais aussi comme une série B mélangeant science-fiction et action, le film de Rian Johnson est la bonne surprise américaine de l'automne, à la fois cérébral, charnel, trépidant et poétique. Christophe...
Mercredi 22 ao?t 2012 Retour de «l’unité spéciale» emmenée par Stallone, avec quelques nouvelles recrues prestigieuses, pour un deuxième volet mieux branlé que le précédent, assumant sans complexe son côté série B d’action vintage. Curieusement plaisant. Christophe...
Jeudi 31 mai 2012 Palmarès décevant pour festival décevant : Cannes 2012 a fermé ses portes le dimanche 27 mai, laissant une poignée de beaux films, une Palme logique et quelques figures récurrentes d’un film à l’autre. Dernier bilan. Christophe Chabert
Vendredi 25 mai 2012 Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le...
Dimanche 20 mai 2012 Le 65e festival de Cannes arrive déjà à mi-parcours de sa compétition, et celle-ci paraît encore bien faible, avec ce qui s’annonce comme un match retour de 2009 entre Audiard et Haneke et une forte tendance à la représentation du sentiment...
Mardi 15 mai 2012 Cette année, le festival de Cannes s’annonce musclé : pas seulement à cause de sa compétition, face à laquelle on nourrit quelques sérieux espoirs, mais aussi grâce à ses sections parallèles, particulièrement alléchantes. Christophe Chabert
Mercredi 21 septembre 2011 Troublant, ambigu, inquiétant, le nouveau film de la Britannique Lynne Ramsay repose sur un propos fort et complexe, ainsi que sur une actrice formidable — Tilda Swinton. Mais sa mise en scène, faite de tics visuels et de symboles appuyés, aurait...
Mardi 3 mai 2011 De John Curran (ÉU, 1h45) avec Robert De Niro, Edward Norton…
Mercredi 25 novembre 2009 Caprice arty ou suicide commercial, le nouveau Jim Jarmusch laisse tomber intrigue et enjeux pour une narration poétique faite d’associations libres, de temps suspendu et d’espaces désertés. Difficile donc, mais pas sans charme. Christophe Chabert
Mercredi 12 mars 2008 Après «La Vie aquatique», Wes Anderson raffine encore son art de la comédie pince-sans-rire avec un film maîtrisé, libre et touchant sous influence manifeste de la Nouvelle Vague. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !