Cannes jour 2 : La réalité et ses doubles

Reality de Matteo Garrone. Paradis : Amour d'Ulrich Seidl.

Alors que la pluie commence à s'abattre sur les festivaliers, la compétition dessine peu à peu ses enjeux. Les sentiments sont à vifs cette année, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur, c'est Moonrise kingdom et De rouille et d'os ; le pire, c'est Après la bataille et l'affreux Paradis : Amour d'Ulrich Seidl, qui a pris tranquillou la place du film à détester de la sélection. Comment pourrait-il en être autrement quand le cinéaste autrichien, creusant un sillon qui ne semble plus intéresser que lui, déballe d'entrée toute sa misanthropie, le temps d'une séquence insupportable où des handicapés mentaux se rentrent dedans avec des auto-tamponneuses, la caméra vissée au pare-brise pour insister sur leurs visages grimaçants. Ulrich Seidl déploie ensuite sa haine envers ses compatriotes avec quelques scènes en famille où la laideur le dispute à l'enfer du quotidien. Expédiant son actrice principale au paradis (le Kenya, pour des vacances promises au tourisme sexuel), il en remet une couche : face à des noirs qui ne pensent qu'à l'argent, annonçant frontalement la couleur ou mentant pour profiter encore plus de leurs clientes, il fustige sa naïveté, elle qui croit encore que l'amour est gratuit.

Cette vision de l'humanité, désespérante plus que désespérée, Seidl la croque avec une mise en scène tout aussi exécrable, mais qui a au moins le mérite d'être en parfaite cohérence avec son propos. Les plans lointains, composés comme des tableaux, prennent les personnages au piège d'une cage cinématographique qui a déjà scellé leur sort. Et quand Seidl la dévisse de son pied, c'est un leurre de plus : il reste le maître à bord, interdisant à ses créatures d'avoir la liberté pour contrer son discours. Cela donne une séquence reposant ni plus ni moins sur un suspense pornographique, que le cinéaste évidemment ne poussera pas au bout. Ce qui l'intéresse, c'est le malaise du spectateur, qui est, bien sûr, aussi condamnable que les personnages du film. Seul Seidl lui-même est épargné, moralisateur qui se croit moraliste, et prend soin de ne surtout pas descendre de son piédestal d'artiste.

Un dernier truc : Seidl pense sans doute que le fait de mettre dans les dialogues des tirades racistes abjectes suffit à le dédouaner de toute accusation concernant le sujet. Mais non ! Car que fait-il, lui, sinon les reprendre à son compte dans la représentation des Kenyans. Soumis ou sournois, ils tombent à leur tour sous le joug de sa haine de l’humain. Ce cinéma, qui a quinze ans de retard minium et dont la provocation est tellement inscrite dans son programme qu’elle se désagrège instantanément, est pourtant loin d’être en fin de partie : Seidl a visiblement une trilogie en tête pour compléter Paradis : amour. Argh !

Matteo Garrone avait décroché à Cannes le Grand prix pour son Gomorra l’année très politisée du jury Sean Penn. Cette récompense paraissait un peu large pour un film qui, s’il n’était pas avare en idées de cinéma, était nettement moins convaincant dans son côté didactique, puisqu’on y apprenait en définitive pas grand chose que l’on ne savait déjà sur la mafia. Reality, présenté en compétition cette année, est du coup une bonne surprise, car là où Garrone avait tout loisir de refaire un film à sujet (les illusions trompeuses de la télé-réalité), il préfère aborder l’affaire par le biais de la comédie napolitaine. On y voit Luciano, poissonnier un peu (beaucoup) magouilleur accepter, pour faire plaisir à ses enfants, de participer au casting de Grande fratello, le Big Brother italien. Mais il se prend au jeu et se persuade qu’il fera partie des candidats retenus pour l’émission. Attendant un coup de téléphone qui ne vient pas, Luciano s’enfonce dans une dépression bizarre, car sans objet, où il prône une charité désordonnée, vend sa boutique, se met à prier…

À l’exception de la famille de Luciano, spécimens de Napolitains gratinés et un peu chargés physiquement, Garrone ne cherche pas la satire ou la critique frontale des médias. On devine que derrière tout cela se cache une charge cherchant à solder les années Berlusconi (le film débute par un mariage mis en scène comme une cérémonie aristocratique, avant de basculer dans le mauvais goût et la vulgarité ; derrière le chic, le fric) ; mais l’enjeu le plus passionnant de Reality tient dans sa façon, à la fois crépusculaire et enthousiaste, d’organiser le match entre la télé et le cinéma.

Celui-ci commence par un round perdu. En visite sur les plateaux mythiques de Cinecitta, Luciano découvre que ceux-ci ont été colonisés par la télévision dans ce qu’elle a de plus commerciale. Mais le cinéaste décide de jouer un deuxième round très subtil. Là où la télé-réalité prétexte un simili-temps réel alors qu’il ne joue que sur la fragmentation du temps et de l’espace par le montage, Reality choisit de répondre par de vrais beaux plans-séquences, superbement écrits et filmés avec un grand angle parfaitement maîtrisé, laissant l’espace aux personnages (et aux comédiens) pour exister dans toutes leurs facettes. C’est sur ce versant-là, plus que sur la comédie pure, qui lorgne vers Pietro Germi mais n’en retrouve que partiellement la lettre, que le film de Matteo Garrone s’avère le plus convaincant. La séquence finale en particulier, dont on ne sait trop si elle appartient encore au rêve de Luciano ou si celui-ci a enfin ouvert les portes de la réalité, marque définitivement cette victoire du cinéma.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 septembre 2016 Fer de lance de la jeune scène techno et house, auteur de DJ sets époustouflants qui ont fait le bonheur des aficionados du Sucre où il était résident, Kosme s'est exilé à... Chamonix pour trouver un nouveau souffle. À savourer ce week-end, du côté...
Mardi 29 mars 2016 01.04.16 > Les Valseuses BASS MUSIC PARTY Un before tout en basse ? Direction Les Valseuses où l'un des piliers de la scène dubstep (...)
Mardi 15 septembre 2015 Mi-août, Ostgut Ton fêtait ses dix ans à domicile. Cette semaine, c'est au Transbordeur et au Sucre que la (panzer) division discographique du célèbre Berghain poursuit les hostilités. Petites natures s'abstenir.
Mardi 31 mars 2015 Pendant dix jours, le centre culturel d’Écully et son cinéma proposent une superbe programmation autour de l’Italie, avec expositions, concerts et (...)
Mardi 23 septembre 2014 Chaque semaine à Lyon, on dénombre plus de soirées électro que d'occurrences du mot fuck dans une minute du Loup de Wall Street (soit pas moins de neuf). Histoire d'y voir plus clair, voici les habitués de notre rubrique Insomniaque qui affichent...
Mercredi 2 janvier 2013 D’Ulrich Seidl (Aut, 2h) avec Margarete Tiesel, Peter Kazungu…
Mardi 25 septembre 2012 Entre satire de la télé réalité, comédie napolitaine façon Pietro Germi et portrait stylisé d’un individu au bord de la folie, le nouveau film de Matteo Garrone séduit par ses qualités d’écriture, de mise en scène et par la performance hallucinée de...
Mardi 21 août 2012 De septembre à décembre, le programme de la rentrée cinéma est riche en événements. Grands cinéastes au sommet de leur art, nouveaux noms à suivre, lauréats cannois, blockbusters attendus et peut-être inattendus. Morceaux de choix à...
Jeudi 31 mai 2012 Palmarès décevant pour festival décevant : Cannes 2012 a fermé ses portes le dimanche 27 mai, laissant une poignée de beaux films, une Palme logique et quelques figures récurrentes d’un film à l’autre. Dernier bilan. Christophe Chabert
Vendredi 25 mai 2012 Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le...
Dimanche 20 mai 2012 Le 65e festival de Cannes arrive déjà à mi-parcours de sa compétition, et celle-ci paraît encore bien faible, avec ce qui s’annonce comme un match retour de 2009 entre Audiard et Haneke et une forte tendance à la représentation du sentiment...
Mercredi 16 mai 2012 Poussant son art si singulier de la mise en scène jusqu'à des sommets de raffinement stylistique, Wes Anderson ose aussi envoyer encore plus loin son ambition d'auteur, en peignant à hauteur d'enfant le sentiment tellurique de l'élan...
Mardi 15 mai 2012 Cette année, le festival de Cannes s’annonce musclé : pas seulement à cause de sa compétition, face à laquelle on nourrit quelques sérieux espoirs, mais aussi grâce à ses sections parallèles, particulièrement alléchantes. Christophe Chabert
Mardi 24 avril 2012 Digital Reality / Grasshopper Manufacture - Sur Xbox 360 - 14€

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X