Prometheus

Se voulant un retour aux origines de la saga "Alien", "Prometheus" est surtout une impasse pour Ridley Scott, tiraillé entre l’envie de retrouver sa splendeur graphique des débuts et son désir de rivaliser avec les blockbusters d’aujourd’hui. Christophe Chabert

L’attente disproportionnée qui a entouré Prometheus, de l’annonce du projet (une prequel d’Alien) à ses nombreux changements d’horizon («l’invention d’une nouvelle mythologie») ne sont peut-être pas pour rien dans la déception éprouvée à la vision du film. Qui ne commence pourtant pas si mal… Pour la première fois, Ridley Scott s’essaie à la 3D et les images d’introduction, travellings aériens survolant une nature majestueuse, loin du space opera attendu, ont de l’allure. Même l’étrange géant diaphane qui se décompose au contact d’une substance noire et liquide, désintégrant jusqu’à son ADN, permet à Scott de déployer une certaine maestria visuelle.

Quand le film s’envole dans l’espace avec une troupe de scientifiques et de grouillots au panel très Benetton, on y croit encore. Scott glisse par exemple une idée étonnante : l’androïde David, interprété par Michael Fassbender (curieux, tout de même, d’avoir confié à l’acteur le plus physique et sexuel du moment un personnage robotisé et désincarné), choisit son look en référence à Peter O’Toole dans Lawrence d’Arabie. Comme si, autant que d’expliquer les fondements de la saga Alien, Ridley Scott voulait réinscrire la science-fiction dans une grande histoire de l’aventure hollywoodienne, avec David Lean comme patron.

Trop de scénario

Les choses se corsent quand Prometheus entre dans le vif de son scénario. Celui-ci, cosigné par Damon Lindelof, un des créateurs de la série Lost, est un vaste fourre-tout qui montre, à de nombreuses reprises, que l’auteur a bien du mal à oublier son passé télévisuel. Cela se traduit sur deux versants : d’abord, sa façon de faire durer les scènes en pure perte, quand il ne les envisage pas comme une simple pièce de la machine narrative qu’il est en train de construire. Ainsi doit-on parfois se farcir des tunnels de dialogue sans intérêt, comme lors de cette scène de cul entre Noomi Rapace et Patrick Wilson qui ne sert qu’à faire avancer péniblement l’action vers le dernier acte.

Par ailleurs, la structure de l’histoire hésite entre voler de ses propres ailes et coller à celle de l’Alien original. C’est à la fois incompréhensible et grotesque car l’action, qui se déroule trente ans auparavant, n’avait pas besoin de se caler dans de quelconques marques. En découle le sentiment bizarre d’assister à un film timoré, qui voudrait à la fois mettre le spectateur en terrain connu tout en lui vendant de l’inédit.

L’autre problème de Lindelof, plus grave, est sa tendance à faire de la philosophie de bazar. Ici, rayant d’un trait de plume Charles Darwin (au moins a-t-il la décence de le faire souligner par un des personnages), il invente une race extra-terrestre ayant créé l’homme à son image, en plus petit et moins livide. Dans le sens inverse, les scientifiques qui font cette découverte pour le moins révolutionnaire restent fermement attachés à leur croyance chrétienne et, tels les frères Bogdanoff, s’imaginent que derrière ces géants, il y a forcément le doigt de Dieu. À intervalles réguliers, la question revient dans le film, avec de très gros sabots et des références déjà usées grossièrement dans Lost à Descartes, Rousseau, Hobes… Comme si la métaphysique s’était arrêté au XVIIIe siècle, alors que l’on nous montre des humains archi-cultivés du quasi XXIIe siècle ; passons.

Des restes du futur

Que reste-t-il alors de l’ambition de départ, à savoir ce foutu retour aux origines d’Alien et, de fait, à celles de la carrière de Ridley Scott. Pour ce qui est des explications, le film, là encore, tente un grand écart : montrer d’où vient le mythique space jockey, et inventer une créature qui, si elle n’est pas l’alien, pourrait en être la source. Sans trop révéler la fin, disons que Scott et Lindeloff n’insultent pas l’avenir en arrivant in extremis à relier tout cela dans une dernière scène plutôt expédiée tout en laissant ouverte la possibilité d’une suite, donc en maintenant un gros blanc dans la chronologie des événements. Le truc est assez cynique, et on peut se sentir floué à la fin de la projection.

Mais il en va ainsi de la carrière de Ridley Scott depuis son come-back fulgurant avec Gladiator. Businessman avisé s’aventurant dans tous les genres et dans tous les budgets, n’hésitant pas à mettre ses pas dans ceux des cinéastes héros du moment (Hannibal, sa suite au Silence des Agneaux, en est le meilleur exemple) ou carrément à revenir sur ses propres traces (sa lamentable tentative de retrouver la grâce de Gladiator dans le pitoyable Robin des bois), Scott a aussi parfois de vrais coups de génie (comme dans ce film-monstre qu’est La Chute du faucon noir). Avec Prometheus, il n’a jamais autant exhibé cette schizophrénie créative : être à la fois à la pointe du divertissement hollywoodien et s’en démarquer par une forme de stase graphique qui n’aurait d’autre but que la sidération du spectateur.

Marier ces deux objectifs s’avère vite une mission impossible. En matière de spectacle, Prometheus est faible et ses morceaux de bravoure, concentrés dans la dernière demi-heure, paraissent bien maigres face aux envolées d’un Cameron ou même, pour rester dans l’actualité, à celle de Joss Whedon dans Avengers. En revanche, le Ridley Scott styliste marque des points, et c’est ce qui sauve le film de l’insignifiance. Il y a de réelles visions, uniques et inspirées, dans Prometheus : une césarienne effectuée par une machine, un flashback qui vient s’inscrire à même le présent de l’action, par le truchement d’images vidéo parasitées au réalisme amplifié par l’usage de la 3D.

C’est peut-être là que Scott prolonge le mieux les trouvailles d’Alien. Envisageant le futur comme un agglomérat entre des images passées et ses propres novations esthétiques, comme la rencontre entre une civilisation ancienne fondée sur un rapport organique à la matière et la technologie froide de l’innovation scientifique, Scott poursuit, dans la marge de Prometheus, son œuvre d’auteur singulier et visionnaire.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 11 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Mardi 21 janvier 2020 Patron de la très conservatrice chaîne d’infos Fox News, Roger Ailes impose à ses collaboratrices ses exigences et privautés, ainsi qu’une impitoyable loi du silence. Jusqu’à 2016, où la journaliste Gretchen Carlson, mise sur la touche, révèle ses...
Mardi 20 décembre 2016 Après avoir campé dans Steve Jobs un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo Assassin’s Creed le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la capuche de coproducteur. Il mise gros jeu…
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps, c’est bien lui le...
Mardi 2 février 2016 Après s’être égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (127 heures), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Le natif de Manchester fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première...
Mardi 13 octobre 2015 “Dans l’espace, personne ne vous entendra crier“ menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan, en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Vendredi 15 mai 2015 Une date dans le cinéma d’action ? Non, mais un bon blockbuster… Un grand film de George Miller ? Non, juste une efficace remise à jour de la franchise "Mad Max"… Bref, entre excitation et frustration, Fury Road laisse autant repu que sur sa...
Mardi 3 février 2015 De Lenny Abrahmson (Irl, 1h35) avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal…
Mardi 23 décembre 2014 Ridley Scott réussit là où Darren Aronofsky avait échoué avec "Noé" : livrer un blockbuster biblique où la bondieuserie est remplacée par un regard agnostique et où le spectacle tient avant tout dans une forme de sidération visuelle. Christophe...
Mardi 11 novembre 2014 Après l’électrochoc "Bullhead", Michael R. Roskam négocie habilement son virage hollywoodien avec ce polar à l’ancienne écrit par le grand Dennis Lehane, très noir et très complexe, servi par un casting parfait. Christophe Chabert
Lundi 13 octobre 2014 La saga Alien proposée pendant toute une nuit à la Halle Tony Garnier est non seulement l’occasion de revoir une des franchises les plus stimulantes du cinéma de SF américain, mais aussi la possibilité de constater les premiers pas de quatre...
Mardi 20 mai 2014 Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe...
Mardi 18 février 2014 Romancier, peintre, critique mais surtout passionné de science-fiction et de fantastique, Jean-Pierre Andrevon sort une intimidante et définitive encyclopédie consacrée à «100 ans et plus de cinéma fantastique et de SF». Une somme qui lui a pris...
Mercredi 15 janvier 2014 Après "Hunger" et "Shame", Steve McQueen adapte l’histoire vraie de Solomon Northup, homme libre devenu esclave, mais hésite entre grande forme hollywoodienne et effets de signature, entre son héros au parcours édifiant et l’esclavagiste fascinant...
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Vendredi 29 mars 2013 De Niels Arden Oplev (EU, 1h57) avec Colin Farrell, Noomi Rapace, Isabelle Huppert...
Vendredi 15 février 2013 Vaine tentative de Brian De Palma pour réactiver les fondamentaux de son cinéma, ce remake de "Crime d’amour" se traîne entre esthétique de feuilleton télé teuton et autoparodie sans queue ni tête. Catastrophe ! Christophe Chabert
Lundi 20 ao?t 2012 Vu de France ce n'est pas forcément évident mais, en Islande, Sigur Rós est le deuxième pilier de la musique locale – le premier étant une fausse rousse passée par (...)
Lundi 30 avril 2012 De Pal Sletaune (Norvège, 1h36) avec Noomi Rapace, Kristoffer Joner…
Mercredi 14 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Jeudi 1 décembre 2011 Révélé par l’uppercut "Hunger", le tandem Steve McQueen (réalisateur) et Michael Fassbender (acteur) enfonce le clou avec "Shame", portrait entre extase et agonie d’un trader atteint de dépendance sexuelle, porté par un geste de cinéma...
Mardi 31 mai 2011 Sous l’impulsion de Matthew Vaughn et de son producteur Bryan Singer, ce reboot de la saga mutante a le mérite de poser de bonnes questions, et nous venge avec les honneurs des récents blockbusters super-héroïques. François Cau
Mardi 8 septembre 2009 Pour son deuxième long-métrage, Andrea Arnold filme à juste distance du style et du réalisme la quête identitaire et familiale d’une ado sauvage qui se rêve danseuse de hip-hop. La révélation de la rentrée. Christophe Chabert
Mardi 18 novembre 2008 Premier film du plasticien anglais Steve McQueen, Hunger ressemble à un cri de rage d’autant plus puissant qu’il s’appuie sur une sidérante assurance dans sa mise en scène. Christophe Chabert
Lundi 3 novembre 2008 À travers une complexe histoire d’espionnage au Moyen-Orient, Ridley Scott tente d’analyser le cynisme de la CIA dans sa lutte contre le terrorisme. Mouais… Christophe Chabert
Mercredi 21 mars 2007 François Ozon renoue avec la veine de 8 femmes dans ce mélodrame en anglais qui ne craint ni les clichés, ni les excès, mais n'évite pas une ironie assez destructrice. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !