To Rome with love

Poursuivant son exploration des métropoles européennes après Londres, Barcelone et Paris, Woody Allen se montre bien peu inspiré face à Rome, se contentant d’un poussif récit multiple où tout sent la fatigue et le réchauffé, à commencer par sa propre prestation d’acteur. Christophe Chabert

La familiarité avec le cinéma de Woody Allen, autorisée par la livraison annuelle d’un nouvel opus, permet à l’amoureux de ses films de vite reconnaître quand le maître (osons le mot, il n’est pas volé) est en pleine santé ou quand, au contraire, il est en petite forme. Il ne faut pas longtemps pour s’apercevoir que To Rome with love appartient à la deuxième catégorie, tant il transpire le manque d’inspiration, le programme mécanique et l’agrégat poussif d’idées plus ou moins bonnes.

Ainsi, si les cartes postales qui ouvraient Minuit à Paris (un vrai grand Allen, celui-là) n’étaient qu’un trompe-l’œil, le film s’acharnant ensuite à en montrer le caractère illusoire, celles que le cinéaste compile sur Rome ne seront jamais vraiment déchirées par le récit. Pire, elles conduisent à une accumulation de petites intrigues véhiculant leur lot de clichés, là où Allen n’avait besoin que d’un solide concept pour dérouler celle du film précédent. Ce n’est d’ailleurs par la première fois que, dans ses mauvaises années, Allen se repose sur les récits multiples comme sur une canne, espérant que dans l’ensemble, quelques-uns surnagent de la mollesse ambiante. Ce n’est hélas ! pas le cas, et si certaines histoires ont un point de départ original, un thème pertinent ou quelques scènes amusantes, aucune ne tient vraiment la route d’un bout à l’autre.

Leur assemblage répond à la même logique dilettante, alternant à un rythme frénétique les mésaventures d’un homme ordinaire qui devient célèbre sans raison (Benigni, comme ressorti d’un autre âge du cinéma), les tourments sentimentaux d’un jeune architecte (Jesse Eisenberg, qu’on aurait aimé voir dans un Allen plus stimulant) hésitant entre sa copine légitime (Greta Gerwig) et la meilleure amie fantasque et libérée de celle-ci (Ellen Page), et un vaudeville longuet entre deux jeunes époux italiens, coincés mais forcés de se dévergonder au gré de quiproquos improbables. Dans les trois cas, le déjà-vu est flagrant avec d’autres jalons de la filmo allenienne : Harry dans tous ses états, Vicky Cristina Barcelona et Minuit à Paris traçaient les mêmes sillons. Dans le dernier (le vaudeville), cette reprise en mode mineure est même doublement décevante : non seulement le recours à l’adultère comme fable sur l’incapacité à apprécier ce que l’on a pour toujours lui préférer ce que l’on rêve d’avoir est beaucoup plus attendue que le jeu entre le passé et le présent d’une ville culturellement mythifié dans Minuit à Paris, mais il permet à Allen de remettre tout le monde à sa «juste» place plutôt que de leur offrir l’évasion sociale promise à Owen Wilson.

Ce n’est pourtant pas le plus grave dans To Rome with love. Ce qui frappe ici, c’est à quel point tout transpire l’effort et le labeur, là où Allen avait réussi récemment à remettre du plaisir et de l’énergie dans son cinéma. À commencer par sa propre prestation d’acteur : on ne l’a jamais vu si lent pour lancer ses répliques, plutôt oubliables par ailleurs, si statique dans sa manière d’occuper l’espace, si peu habile pour faire sonner sa musique. Son jeu n’est que l’écho d’une mise en scène elle aussi engourdie, malgré le rappel de l’excellent Darius Khondji en tant que chef opérateur, dont la signature ne transpire pas à l’écran — seul détail amusant, il reprend le fulgurant procédé inventé au premier plan du Amour de Haneke qui consiste à éclairer les acteurs principaux dans un plan large sur le public d’un théâtre pour faire en sorte que l’on ne voit qu’eux au milieu des spectateurs.

On n’osera pas dire que ce film-là, aussi raté soit-il, marque un début de déclin pour Woody Allen, tant il nous a habitué, au cours des quarante dernières années, à sortir ses plus grands chef-d’œuvres après de brefs tunnels de disette créative (Maris et femmes ou Match Point, pour ne citer qu’eux…).

To Rome with love
De Woody Allen (It-Esp-ÉU, 1h52) avec Alec Baldwin, Ellen Page, Jesse Eisenberg, Roberto Benigni, Judi Dench…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 29 mai 2020 Un jeune couple pris au piège dans une maison-témoin diabolique doit élever jusqu’à l’âge adulte un bébé tyrannique comme tombé du ciel. Une fable de circonstances, entre "Le Prisonnier", "La Malédiction" et le mythe de Sisyphe. En VOD.
Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 15 juillet 2014 De Richard Aoyade (Ang, 1h33) avec Jesse Eisenberg, Mia Wasikowska…
Mardi 22 avril 2014 Kelly Reichardt suit patiemment trois terroristes écolos qui décident de faire sauter un barrage dans un thriller au ralenti où la dilatation du temps, la beauté de la mise en espace et les soubresauts des désirs qui animent le trio confinent à...
Lundi 6 janvier 2014 Réalisé par Stephen Frears, mais écrit, produit et interprété par un Steve Coogan excellent, ce buddy movie mélodramatique slalome avec talent entre les écueils de son sujet pour construire une œuvre humaniste, souvent drôle mais surtout d’une...
Mardi 17 septembre 2013 Aussi surprenant que "Match point" en son temps dans l’œuvre de Woody Allen, "Blue Jasmine" est le portrait cruel, léger en surface et tragique dans ses profondeurs, d’une femme sous influence, une Cate Blanchett géniale et transfigurée. Christophe...
Jeudi 22 ao?t 2013 Alors que la rentrée cinéma est majoritairement dominée par des cinéastes entre 40 et 60 ans, deux octogénaires vont surprendre par la vigueur de leurs derniers opus, aussi inattendus que flamboyants de maîtrise : Woody Allen avec "Blue Jasmine" et...
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occuper à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Vendredi 13 juillet 2012 Où Xavier Giannoli veut-il en venir avec cette fable où un Monsieur Tout-le-Monde (Kad Merad, choix presque trop évident, même si l’acteur s’en sort avec (...)
Jeudi 3 mai 2012 De John Madden (Ang, 2h04) avec Judi Dench, Tom Wilkinson, Bill Nighy...
Mardi 28 septembre 2010 Crise matrimoniale, peur de la vieillesse, stérilité créative, folie douce et raison forcenée : Woody Allen retrouve le plaisir des récits gigognes dans cette excellente comédie hantée par la gravité. Christophe Chabert
Vendredi 20 novembre 2009 De Ruben Fleischer (ÉU, 1h20) avec Jesse Eisenberg, Woody Harrelson…
Mardi 30 septembre 2008 En visite à Barcelone, Woody Allen propose une nouvelle variation, faussement convenue, autour de ses thèmes favoris : le couple et la fatalité culturelle. Christophe Chabert
Mercredi 19 janvier 2005 Interview / Avec Melinda et Melinda, son 36e film, Woody Allen tente un grand pont théorique. Comme il y a 15 ans avec Crimes et Délits, il fait cohabiter comédie et tragédie dans une même fiction. Le résultat, mineur mais séduisant, montre un Woody...
Mercredi 19 janvier 2005 Rétro / Avec Melinda et Melinda, Woody Allen s'offre une récréation théorique qui jette un éclairage nouveau sur son œuvre, longtemps admirée, récemment décriée. À contre-courant de la production américaine, elle mérite qu'on s'y replonge, au moment...
Mercredi 13 février 2008 On va se faire lyncher, mais tant pis : la seconde réalisation de Jason Reitman n'est pas l'œuvre culte annoncée partout, mais juste un divertissement sympathique. François Cau

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !