The Brian Jonestown Massacre (A Records)

Aufheben (A Records/Differ-ant)

"Mea maxima culpa", comme disait l'autre – ce pourrait d'ailleurs tout à fait être le titre d'un album de BJM. C'est une faute que de ne pas avoir évoqué cet album avant. Cet album qui comme, l'indique le visuel de sa pochette, devrait être envoyé dans l'espace en direction de toutes les formes de vie extra-terrestres pour leur montrer de quel bois on s'échauffe les oreilles de ce côté-ci de l'univers.

 

Autrement dit sur cet planète où est né l'homo-antonnewcombus, ici revenu à cette très haute forme de psychédélisme de bon aloi qui a longtemps été sa marque de fabrique. Sans pour autant se démarquer des prétentions expérimentales et soniques de ses disques les plus récents Who Killed Sergent Pepper ? et My Bloody Underground. C'est donc un Anton Newcombe complet, une sorte de bréviaire du Massacre que l'on retrouve sur ce prodigieux Aufheben – d'ores et déjà à ranger parmi les classiques d'une pléthorique et massacrante discographie – où l'on croise instrument orientaux, drones et tout ce que la planète compte de variétés de flûtiaux propres à charmer les serpents ou à faire s'envoler les serpents à plumes – on y entend d'ailleurs des animaux, un coq notamment pour clore le premier titre Panic in Babylon.

 

On pourrait presque parler de world music, surtout si l'on ajoute que cet amoureux de l'Islande dont le disque porte un titre allemand s'essaie, pas tout seul certes, au finnois (Viholliseni Maala) puis au français (Gaz Hilarant, Illuminomi). Pour le reste, l'art du pastiche psychédélique cher à Newcombe – des Stones à Pink Floyd –, qui donne envie de se servir de ses doigts de pieds comme éventail pour disperser la fumée qui fait rire, est toujours bien présent jusque dans ses titres (I Wanna Hold your other hand, Blue Order New Monday). Mais cette fois peut-être davantage en retrait d'un songwriting post-pop absolument ahurissant, servi par une production aqueuse et une collaboration bienvenue avec Will Carruthers un ancien de Spacemen 3 et Spiritualized, autres rois de l'enfumage.

 

Brian Jonestown Massacre est grand et Anton Newcombe est son prophète. Qu'un jour la postérité, dont il se fout comme de sa première chtouille, rendra a sa juste grandeur.

 

Stéphane Duchêne

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 mars 2018 C'est tout l'art des Limiñanas que de convoquer sur un album des invités aussi disparates que Pascal Comelade, au piano, Peter Hook et sa basse mélodique, (...)
Mardi 20 mars 2018 Avec Shadow People, un disque détonnant produit par Anton Newcombe, le meilleur groupe garage catalan du monde, The Limiñanas, a livré en début d'année son album le plus abouti, le plus libre, et peut-être le plus personnel. Et frappé un gros coup...
Dimanche 12 février 2017 Invités à venir faire chauffer l'Épicerie Moderne, de leurs tubes, surtout, moins de leur dernier album, on ne peut s'empêcher, depuis la sortie d'un certain docu de 2004 baptisé Dig !, de raccrocher la trajectoire des Dandy Warhols de celle de...
Mardi 21 juin 2016 Est-ce parce qu'il a connu une vie faite d'excès et qu'on ne l'imaginait pas passer les christiques 33 ans que l'on n'a longtemps cessé de présenter chaque album d'Anton Newcombe, comme celui de la rédemption pour ne pas dire de la résurrection...
Lundi 13 juin 2016 En attendant d'entrer pleinement dans la saison des festivals, voici dix concerts à ne pas louper dans la ville.
Vendredi 9 avril 2010 Rock / Après avoir longtemps œuvré dans l’exploration-visitation du psychédélisme 60's (et de tout ce que cela implique en équipement pharmaceutique), le (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X