Slatkin trouve l'ouverture

Le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon, Leonard Slatkin, a mijoté une saison qui tranche avec le passé. Pour l’ouverture, il a pris le pari audacieux de faire sonner le Requiem de Berlioz. Œuvre d’une puissance exceptionnelle et d’une religiosité toute singulière. Pascale Clavel

On ne l’attendait pas là ce Requiem. Peut-être pouvions-nous l’imaginer quelque part dans la saison, entre une œuvre symphonique et un concerto pour piano... Mais c’est peut-être cela le style Slatkin : un langage direct, un geste musical vigoureux et subtil à la fois. On connait son amour pour la musique américaine contemporaine, son penchant pour la musique française du début du XXe siècle. Nous ne connaissions pas encore le chef d’orchestre amoureux d’oratorio, prenant à bras le corps l’un des monuments de la musique religieuse d’une époque romantique en pleine révolution orchestrale. Slatkin et Berlioz réunis, c’est 350 musiciens sur scène, une masse orchestrale imposante, une fanfare de cuivres et des choristes comme s’il en pleuvait : le Chœur de Lyon-Bernard Tétu, un ensemble de Washington, un chœur de Londres. Que connaissent les mélomanes de Berlioz ? Son extravagante chevelure, son tempérament volcanique, sa Symphonie fantastique, son Traité d’harmonie, mais son Requiem, beaucoup moins. En pleine époque romantique, là où les sentiments les plus exacerbés s’expriment, Berlioz apparait comme LE compositeur providentiel même si certains de ses contemporains se moquent ouvertement de lui. Les critiques vont bon train, ainsi Rossini : «Quelle chance que ce garçon ne sache pas la musique, car il en ferait de bien mauvaise…»

Stupeur et tremblement

Berlioz a toujours été fasciné par les possibilités dramatiques du texte du Requiem, pendant un temps, il a même pensé à en faire un opéra. Aussi, lorsqu’il reçut la commande d’une grande messe des morts à la mémoire des victimes de la Révolution de 1830, il se sentit pousser des ailes.

Berlioz a bousculé les codes, n’a pas hésité à réécrire certains passages du texte, à en couper d’autres comme dans le Rex tremendae où le chœur pétrifié par la peur ne chante pas les derniers mots. La masse orchestrale choisie par Berlioz vient de sa volonté de remplir l’église des Invalides, son soucis d’acoustique passant bien avant ses préoccupations religieuses. Alternance de grands moments dramatiques et de passages doux et recueillis, cette œuvre reste pour le moins atypique. Chaque mouvement faisant appel aux cuivres et aux timbales est suivi d’un mouvement contemplatif. Le tumulte s’éteint et fait place à la prière, puis le tumulte revient. Des vagues incessantes où émergent beauté et drame, joie et tristesse, toute l’humanité concentrée.


Requiem de Berlioz
À l'Auditorium de Lyon
Mardi 4 et mercredi 5 septembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 janvier 2016 On vous a offert un agenda tout neuf pour 2016 ? Entre autres bonnes résolutions, vous allez pouvoir noter les rendez-vous classiques immanquables (...)
Mardi 22 septembre 2015 Cette saison, tous les lieux lyonnais consacrés aux musiques dites savantes affichent un programme qui ose, qui revendique, qui dénonce une époque contemporaine en plein repli. De belles expériences en perspective.
Mardi 16 juin 2015 Le cinéma regorge de duos fameux formés par un compositeur et un metteur en scène : Bernard Hermann et Alfred Hitchcock, Philippe Sarde et Claude (...)
Mercredi 29 avril 2015 L’Orchestre National de Lyon et l’Auditorium viennent de dévoiler une saison 2015/2016 monumentale et foisonnante dont les promesses vont ravir les mélomanes avertis comme ceux qui voudraient faire leurs premiers pas dans le répertoire symphonique....
Mardi 23 septembre 2014 A l'Auditorium cette saison, c’est champagne. Quarante bougies pour le lieu, soixante-dix pour son chef Leonard Slatkin, de nouveaux événements étonnants... De la musique comme s’il en pleuvait, de l’Amérique en découverte, de la danse, et même une...
Mardi 16 septembre 2014 Quand il ne mène pas son monde à la baguette, Leonard Slatkin, en bon Yankee, taquine un tout autre type de bout de bois, beaucoup plus robuste celui-ci : (...)
Vendredi 11 octobre 2013 Après quelques mois de travaux et autant de temps d’exil pour ses musiciens, l'Orchestre National de Lyon revient chez lui, à l'Auditorium. Pour fêter (...)
Vendredi 20 septembre 2013 Signe d’une grande et belle vitalité artistique, cette saison encore les plus grands interprètes seront à Lyon. De Grame à l’Auditorium en passant par l’Opéra, Piano à Lyon et tant d’autres, tous s’y mettent pour proposer à public exigeant toujours...
Jeudi 13 juin 2013 Le 21 juin, à moins d'être complètement sourd, on sent bien qu’il se passe quelque chose, que la musique est partout, qu’elle remplit les moindres espaces (...)
Lundi 6 mai 2013 Leonard Slatkin a un rêve : enregistrer toute l’œuvre avec orchestre de Ravel. Ce pari fou est déjà bien avancé, l’intégrale se fabriquant chez Naxos au fil (...)
Jeudi 17 janvier 2013 L’Heure espagnole et L’Enfant et les sortilèges, les deux opéras en un acte de Ravel, ne sont que très rarement donnés et encore plus rarement programmés (...)
Vendredi 10 décembre 2010 À y regarder de près, l’histoire d’un orchestre peut être palpitante. Le public ne saisit pas toujours l’importance de la cohésion du groupe, de l’esprit (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X