Alice au pays des mères vieilles

Trésor caché dans la filmographie de Martin Scorsese, "Alice n’est plus ici" est de retour sur les écrans, et il ne faut pas louper ce conte réaliste aux accents country folk, sans doute le film le plus estampillé Nouvel Hollywood du réalisateur de "Raging Bull". Christophe Chabert

Écran carré, technicolor, décor de studio à la facticité étudiée, costumes aux étoffes chamarrées, musique toute de cordes lyriques : la première scène d’Alice n’est plus ici ressemble à un sample tiré d’un mélodrame des années 50, quelque part entre Minnelli et Michael Powell. C’est le fantasme d’Alice enfant, que le monde ressemble à une féerie hollywoodienne, un conte aux couleurs sucrées où les rêves de petites filles deviennent réalité. Rupture. L’écran s’allonge de quelques mètres, les couleurs se font ternes, la musique vire au groove funky, et la petite maison sur la colline typiquement américaine s’est transformée en bicoque branlante aux murs défraîchis. C’est le quotidien d’Alice (Ellen Burstyn), avec un gamin capricieux, un mari fatigué par un travail abrutissant, et pas grand-chose d’autre à faire que le ménage et la cuisine. En un clin d’œil, Martin Scorsese fait basculer son film de l’Eden perdu du cinéma classique au réalisme sans fard du Nouvel Hollywood. Alice n’est plus ici est l’œuvre où ce changement de paradigme s’exprime ouvertement, même si Scorsese crée au fil du récit un dialogue beaucoup plus subtil que ce contraste de départ.

La réalité du rêve

Car il faut un "incident déclencheur" pour sortir le film du lit de la chronique et lui donner une ampleur romanesque digne des mélos d’antan. Un accident coûte la vie au mari d’Alice. Veuve avec enfant et sans emploi, elle choisit de quitter sa maison, de prendre la route et d’accomplir son rêve : devenir chanteuse. Le road movie, typique du cinéma américain des années 70, se greffe sans problème sur une structure scénaristique classique qui ferait le bonheur de tous les Robert MacKee du monde : suite d’épreuves où Alice passe de la désillusion à l’espoir, puis de l’épanouissement au désenchantement ; équilibre précaire trouvé comme serveuse dans un restaurant et dans les bras d’un gars solide et bourru (Kris Kristofferson, caution country d’un film aux accents très folk) qui l’attire mais qu’elle se refuse à faire entrer pour de bon dans sa vie… Scorsese joue en virtuose avec les codes plutôt qu’avec sa caméra, plus sobre que d’ordinaire, et s’offre une relecture moderne du cinéma qui l’a fasciné adolescent. Alice n’est plus ici est un manifeste puissant en même temps qu’un vrai beau film d’émotions brutes. On a même le droit de verser une larme à la fin.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 octobre 2015 ​Proposer à un amateur de cinéma de faire escale au festival Lumière, c’est comme donner à un bec sucré l’opportunité de passer la nuit dans une pâtisserie. Et quand Martin Scorsese s’infiltre aux fourneaux, comment résister à la tentation de...
Mardi 1 septembre 2015 Frappé par la perte de son historien maison Raymond Chirat fin août, l'institut Lumière trompe son deuil en s'investissant sur tous les fronts. La frénésie scorsesienne semble contagieuse…
Jeudi 18 juin 2015 Immense cinéphile et cinéaste majeur, Martin Scorsese avait depuis le début le profil d’un prix Lumière parfait. Son sacre aura lieu au cours de l’édition 2015 du festival Lumière, dont la programmation, même incomplète, est déjà...
Mardi 3 juin 2014 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Jeudi 11 octobre 2012 Morceau de choix pour terminer le festival : la version restaurée et intégrale de "La Porte du Paradis", film maudit devenu film mythique, date-clé de l’Histoire du cinéma qui marque la fin d’une utopie hollywoodienne mais aussi le purgatoire d’un...
Mercredi 25 janvier 2012 De Sam Levinson (ÉU, 1h55) avec Ellen Barkin, Ellen Burstyn, Ezra Miller…
Mercredi 7 décembre 2011 Sous couvert d’un conte familial aux accents dickensiens, Martin Scorsese signe une œuvre ambitieuse et intemporelle, où il s’empare de la 3D pour redonner vie au cinéma des origines et à un de ses maîtres, Georges Méliès. Christophe Chabert
Mardi 16 février 2010 Musique / Lors des premiers plans de Shutter Island, on entend un bruit de cornes de brume assourdies accompagnant l’arrivée du bateau sur l’île. Ce n’est (...)
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X