A coeur ouvert

Quatre ans après A l'Aveuglette, Françoiz Breut est de retour avec "La Chirurgie des Sentiments" et un concert à l'Epicerie Moderne. À cette occasion, elle se confie de bon cœur sur ce disque du changement dans la continuité. Et sur le reste : la musique, l'écriture, la vie, Bruxelles... Texte et entretiens: Stéphane Duchêne.

La Chirurgie des sentiments est un titre qui pourrait facilement résumer votre discographie...
Françoiz Breut :
Sans doute parce que je continue d'y décortiquer le sentiment amoureux. Mais j'y parle aussi de plein d'autres choses (rires). Je travaille un peu par phases : les idées arrivent et d'autres par-dessus, puis elles reviennent. Je construis mes textes et mes albums à partir de cette succession d'idées. Quant à la chanson qui donne son titre à l'album, elle parle du fait qu'on a beau essayer d'être rationnel, le cœur est toujours là qui nous fait faire des choses auxquelles on n'aurait pas forcément pensé. Et c'est très bien, parce qu'au fond, on en a besoin.

Le premier titre de l'album, BXL Bleuette, est consacré à Bruxelles, où vous vivez. L'amour des villes, la géographie, le voyage, c'est une autre constante de votre œuvre...
C'est vrai : depuis le premier disque, je suis passée par Tarifa, par Portsmouth, par Dunkerque. J'ai aussi parlé des villes en général dans La ville allongée sur le dos. Cette chanson sur Bruxelles, c'est une déclaration d'amour à cette ville qui m'a happée depuis douze ans. Après toutes les chansons qui lui ont été consacrées, de Brel à Dick Annegarn, j'étais contente de pouvoir faire la mienne, d'y dire ce que je ressens de cette ville, ce qu'elle est aujourd'hui.

Comme premier extrait de ce disque, vous avez choisi une reprise, en l'occurrence Werewolf de Michael Hurley... Pourquoi une reprise et précisément celle-ci ?
J'aimais bien l'idée, moi qui chante la plupart du temps en français, de mettre en avant une chanson en anglais. J'ai découvert Michael Hurley sur le myspace d'Alela Diane et je me suis demandé, en écoutant cette chanson, pourquoi elle n'était pas plus connue que ça. C'est vraiment un classique avec une mélodie magnifique. Je l'ai beaucoup jouée en concert, très dénudée, je veux dire la chanson, pas moi (rires)... J'ai ensuite découvert qu'elle avait été reprise par Cat Power, Violent Femmes... C'est une chanson sur les loups-garous et, même si je ne sais pas trop ce que Michael Hurley a voulu y mettre, j'ai choisi d'y voir une métaphore sur l'étranger qu'on doit apprendre à connaître plutôt que de s'en méfier.

Comment s'est déroulée votre collaboration avec Stéphane Daubersy qui a réalisé cet album avec vous ?
Stéphane avait terminé avec moi la tournée d'À l'Aveuglette (2008). Je n'avais jamais été dans la création avec lui. En fait, tout est parti d'une manière différente de travailler. Avant, j'avais mes textes et j'essayais de trouver des mélodies en guitare-voix ou piano-voix. Là, j'avais envie de quelque chose de plus ludique. Je suis allée piocher dans ma collection de 45 tours utilisés sur scène pour des interludes : des bruitages, des extraits musicaux, des publicités, des cours d'anatomie... On en samplait de petits extraits. Je chantais aussi des mélodies à Stéphane qui les reproduisait et on est parti de cette base-là. Ça s'est fait un peu comme un jeu, un ping-pong, une succession de collages, de bricolages, d'où est sortie une grosse matière musicale. Plus importante même que les textes que j'avais à disposition !

Quelle a été la touche apportée par le producteur Nicolas Laureau aka Don Nino ?
J'ai fait appel à lui parce qu'il a cette double-casquette de jouer dans un projet acoustique plutôt influencé par Nick Drake ou Syd Barrett et, avec son frère qui a mixé l'album, dans une formation plus expérimentale et électronique [NLF3, Ndlr]. Nicolas a apporté beaucoup d'idées, notamment celle de ne pas ré-enregistrer tout le matériel musical que nous avions sous forme de démos, mais de partir directement de ces sons, chose à laquelle nous n'avions pas pensé. Ça a beaucoup influencé l'atmosphère de l'album ainsi que la structure des morceaux et même de mes textes.

Au début de votre carrière, vous n'étiez qu'interprète... Comment est venue l'écriture, et comment êtes-vous parvenue à garder une cohérence avec vos albums d'avant A l'Aveuglette, votre premier en tant qu'auteur ?
Pour ce qui est de la cohérence, quand je travaillais avec des auteurs, j'étais quand même attachée à un certain style d'écriture, aux mots que j'avais envie de porter. Bien sûr, j'ai eu très peur de me lancer dans l'écriture et d'avoir à être comparée avec des auteurs reconnus et doués. Ça a d'ailleurs été très difficile de chanter les premières chansons que j'avais écrites moi-même, alors que pour moi l'interprétation est un exercice facile. Mais une fois passée cette barrière, c'était un vrai plaisir de voir le squelette d'une chanson prendre forme, de constater qu'après un travail qui peut être long, ça fonctionne.

Vous avez longtemps eu une image de «deuxième voix», via de nombreux duos et collaborations – de Dominique A à Calexico, en passant par Julien Ribot, Yann Tiersen, Louise Attaque et plus récemment Fránçois & the Atlas Mountains... Comment expliquez-vous que vos pairs vous réclament à ce point ?
Il faut croire que mon timbre de voix est apprécié (rires). C'est vraiment une chance d'avoir eu toutes ces propositions. J'aimerais d'ailleurs qu'on m'en fasse beaucoup plus et les plus variées possibles, au-delà même du rock et de la pop. Chacune de ces expériences est intéressante parce qu'elle me permet de voir comment on peut utiliser la voix, la manière dont elle peut être transformée par la langue, la musique.

Dans quelle mesure ces expériences ont-elles enrichi votre propre inspiration ?
C'est toujours difficile de déterminer comment les influences se traduisent concrètement, même si un titre comme Les Jeunes Pousses sur A l'Aveuglette porte clairement la marque de Calexico. Je pioche forcément des idées à droite à gauche. Mais pour moi ce n'est pas encore suffisant, je ne vais pas encore assez vite dans les compositions. Quatre ans entre chaque disque, pour moi ce n'est pas assez, je ne produis pas suffisamment de morceaux, il faut encore travailler (rires).

C'est ce qui explique que vous n'ayez produit que cinq albums en quinze ans ?
D'abord, il y a le fait que je suis également illustratrice, mon premier métier. J'ai aussi des enfants. Pour moi, quatre ans c'est hyper rapide. Et puis un disque ne s'arrête pas comme ça tout de suite : même si on n'entend plus parler de nous, on continue à faire des dates. Après A l'Aveuglette, il y a eu des tournées jusqu'à fin 2009 puis une petite tournée aux Etats-Unis, et entre les deux des dates régulières. On peut rapidement être happé par une spirale infernale de concerts, jusqu'à en perdre le plaisir, tellement c'est usant. C'est une vie palpitante mais qui peut vous anéantir. Je suis parfois obligée de faire des pauses pour me ressourcer, parce que physiquement je ne tiens pas le coup.

Au départ, vous vous destiniez plutôt à l'illustration... Comment la musique, rencontrée par hasard, est-elle devenue indispensable à votre vie ?
C'est vrai que la musique n'était pas du tout un rêve de petite fille. Mais c'est aussi ce qui est chouette dans la vie. Les rencontres hasardeuses font que les choses tiennent à peu de choses et c'est très excitant. Et puis, très vite, j'ai pris goût à la scène. C'est quelque chose de physique. Quand j'arrête de faire des concerts, il y a un truc très étrange qui se passe : j'ai l'impression que tout s'arrête, même si je fais d'autres choses par ailleurs. La musique m'est devenue nécessaire pour appréhender la vie. Désormais, je ne peux plus m'en passer.

Françoiz Breut + Angil & the Hiddentracks
À l'Epicerie Moderne, jeudi 4 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 novembre 2018 Dominique A l'affirme dans l'interview qu'il nous a accordé : il a toujours été vieux. C'est pourtant vers une seconde jeunesse que le musicien de 50 (...)
Mardi 6 novembre 2018 À l'occasion de ses cinquante ans, Dominique Ané dit A n'a pas fait les choses à moitié avec deux albums explorant deux versants de sa palette esthétique et un livre qui retrace sa vie et son parcours en chansons. L'occasion, au moment de sa...
Mardi 20 mars 2018 De retour à l'Épicerie Moderne, les arizonards de Calexico viendront présenter leur dernier morceau de bravoure The Thread that keeps us, où s'agitent les fantômes de l'Amérique de Trump vécue comme une fin du monde.
Mardi 9 janvier 2018 La trêve des confiseurs à peine achevée, la dinde à peine digérée, voilà que redémarre déjà la saison des concerts. Pour vous éviter une autre indigestion, nous avons sélectionné pour vous, d'une main innocente, incontournables et découvertes de...
Jeudi 19 octobre 2017 Alors qu'un single un peu déroutant (diablement efficace mais étrangement étiqueté indie pop façon Nada Surf) intitulé End of the world with you vient tout juste (...)
Mardi 7 mars 2017 Qui aurait cru que l’ultime film d’Emmanuelle Riva, récemment disparue et abonnée aux drames intimistes, serait une farce enfantine ? Noyade, valse, Canada et Pierre Richard sont au programme de ce conte aussi déglinguant que déglingué.
Mardi 24 mai 2016 Avec un album léger comme l'air, baptisé Zoo, Françoiz Breut livre un nouveau chapitre d'une cartographie des sentiments en forme de contes de fées valant tickets pour l'infini étoilé.
Mercredi 4 mai 2016 Harold Martinez Alors que l'on vient d'apprendre la venue à l'automne du Wovenhand de David Eugene Edwards, on pourra patienter durant ce mois de mai (...)
Mardi 19 avril 2016 Alternative rock, indie folk, Americana, Tex-Mex, alternative country, post-rock : lorsqu'on jette un œil sur la catégorie musicale dans laquelle l'ami Jean-Christophe Wikipédia classe le dernier album du groupe, Edge of the Sun, voici...
Jeudi 14 avril 2016 Sortez vos agendas : voici dix concerts à ne pas manquer ce mois-ci ; du show latino où emmener votre maman à l'indie pop dépressive où s'oublier. Par Stéphane Duchêne & Sébastien Broquet.  
Mercredi 2 mars 2016 Fascinante théorie des degrés de séparation mise en application par l'Épicerie Moderne. Françoiz Breut collabora en son temps avec Calexico (à Feyzin en avril). (...)
Mardi 2 février 2016 La bande de Joey Burns et John Convertino en concert, c'est toujours quelque chose. Ce fut le cas en 2009 à l'Épicerie Moderne et en 2003 à Fourvière. (...)
Mardi 26 janvier 2016 Y Revenir était le titre d'un précédent livre de Dominique A, évoquant le lieu de son enfance. C'est pourtant à Lyon (ou dans ses environs) que le chanteur de (...)
Mardi 5 janvier 2016 Entre Polna, Neil Young, les Insus et même le retour du plus si jeune Jon Spencer (porté pâle au printemps), les aînés seront là en force en 2016. Mais la jeune garde veille et ne s'en laissera pas compter.
Mercredi 24 juin 2015 Il est des festivals qui parviennent à concilier l'inconciliable. C'est le cas de Musilac qui, en bordure d'un lac cher à Lamartine, parvient à mélanger l'eau de l'exigence populaire et l'huile d'actes de bravoure artistiques, nécessité économique...
Mardi 9 juin 2015 Dominique A sera cette année l'une des têtes d'affiche de Fourvière et l'une de ses rares figures que l'on pourra qualifier de "rock". Pour son dixième album, "Eleor", classiquement beau, il n'en fallait pas moins. Pas moins non plus que "Regarder...
Vendredi 10 avril 2015 Le festival prévu du 10 au 13 juillet à Aix-les-Bains vient d’annoncer les derniers gros artistes programmés. On fait le point.
Mercredi 25 mars 2015 Des adieux, des retrouvailles, des rencontres : bien que moins surprenante que sa prédécesseur, la 22e édition des Nuits de Fourvière promet son lot d'émotions fortes. Benjamin Mialot
Mardi 23 septembre 2014 Rien que de très classique dans cette saison francophone. Du très bon, du bon, du moins bon, Kyo, et au milieu coule une rivière en Feu! Chatterton, inconcevable objet pop aux aspirations littéraires qui feront se gausser ou s'incliner. C'est à...
Mardi 25 mars 2014 Festival de chanson française, Les Chants de Mars est à l'image de cette dernière. On y trouve, pour qui a un rapport légèrement problématique à la chanson (...)
Jeudi 4 avril 2013 Après quelques livraisons faussement apaisées, Shannon Wright revient au Clacson avec la porte dans la main. Et un disque, "In Film Sound", qui confirme les tendances bipolaires de son rock, autant à l'os qu'à fleur d'âme. Stéphane Duchêne
Mercredi 13 février 2013 Après avoir ouvert les hostilités musicales avec les excellents Elliott Brood, le festival Plug & Play attaque sa première semaine le pied au plancher et la tête dans les vapeurs de rock. Stéphane Duchêne
Vendredi 8 février 2013 Rien de tel qu'une bonne chanson pour se replonger dans une époque et tout ce qu'elle a pu représenter pour nous, sur une échelle allant de l'intime à (...)
Lundi 21 janvier 2013 Souvent qualifié de Dominique A lyonnais depuis l'époque King Kong Vahiné, Denis Rivet souffre la comparaison mais ne s'y réduit pas. Échappé en solitaire avec le très beau mini-album "Tout Proches", ce chanteur de l'entre-deux vient d'être...
Dimanche 30 décembre 2012 Des jeunes, des vieux, des stars, des quasi inconnus, des idoles, des têtes à gifles, des révélations, il y aura de tout à Lyon en ce début d'année 2013. Et surtout le meilleur. Stéphane Duchêne.
Jeudi 27 septembre 2012 Pour reprendre quelque mots de son classique "Si tu disais", et les retourner contre elle : si Françoiz Breut disait «on y va», on n'hésiterait pas, «que (...)
Jeudi 13 septembre 2012 À force, les salles lyonnaises sont un peu comme le PMU du coin de la rue, elles finissent par avoir des habitués. Ce qui en dit long sur la qualité de l'accueil de nos salles. Ou sur le fait que Lyon soit bel et bien réapparu sur la carte de France...
Jeudi 13 septembre 2012 En cette rentrée musicale, Lyon a, comme tout un chacun, le blues. Sauf qu'en l'espèce, c'est plutôt très bon signe et annonciateur d'un automne riche en fibre musicale. Stéphane Duchêne
Vendredi 8 juin 2012 Si l'on devait écrire une histoire capillaire et musicale de Dominique A, on dirait que sa musique s'est déployée au fil des ans à mesure que ses cheveux (...)
Jeudi 26 avril 2012 Avant de venir enchanter les Nuits de Fourvière en célébrant vingt d’une carrière rare (de La Fossette à Vers les lueurs) le 18 juin, Dominique A fera halte à (...)
Vendredi 13 avril 2012 Tucson Songs, l'album, «parrainé» par les incontournables Calexico et Giant Sand (qui clôt la marche), commence par un titre assez extraordinaire qui a le (...)
Vendredi 13 avril 2012 Avec "Tucson Songs", spectacle relayant l'album du même nom, l'Épicerie Moderne nous présente la relève de la scène musicale de Tucson, poussée entre cactus, vieux cow-boys à moustache et autres figures tutélaires (Giant Sand, Calexico, Jim Waters)...
Lundi 26 mars 2012 Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent d’excellentes surprises, qu’elles soient musicales ou théâtrales… Christophe Chabert
Vendredi 25 novembre 2011 Avec E Volo Love, Frànçois & the Atlas Mountains a trouvé sa voix dans l'égarement musical. Parti des Charentes, passé par l'Angleterre, étranger en pays étrange, il entraîne l'auditeur sur la trace d'un absolu pop aussi attachant que sans attache....
Mercredi 7 septembre 2011 De et avec Dominique Abel, Fiona Gordon, Bruno Romy (Fr-Belg, 1h33)
Jeudi 5 novembre 2009 Après un double album magnifique qui le replace tout en haut du rock français, Dominique A repart en tournée — arrêt local à L’Épicerie moderne vendredi 13 novembre. L’occasion de dire, encore et toujours, l’importance d’un artiste intègre et...
Vendredi 23 janvier 2009 Musique / Au Théâtre de Villefranche, Miossec et Yann Tiersen uniront leurs voix pour un spectacle composé de morceaux inédits écrits à quatre mains. Une première pour ces deux figures emblématiques d’une génération de rockers français. Christophe...
Vendredi 16 janvier 2009 À l’image d’une Amérique de retour à l’air libre, Calexico respire à nouveau à pleins poumons avec son album "Carried to Dust" qui reprend la route pour élargir le territoire. Stéphane Duchêne
Mercredi 7 janvier 2009 Musique / Aux côtés des plus grands (Miossec, Dominique A.) et des plus prometteurs (Psykick Lyrikah, Laetitia Shériff), à la barre de projets personnels, du ciné-concert à la musique contemporaine, Olivier Mellano est une figure discrète et...
Mardi 16 septembre 2008 Disques / Beaucoup de filles, un mort et quelques rescapés des époques précédentes au menu d’une rentrée discographique réservée à ceux qui croient encore en l’avenir du format album. CC
Jeudi 4 septembre 2008 de et avec Dominique Abel, Fiona Gordon, Bruno Romy (Fr-Belg, 1h17) avec Philippe Martz…
Mercredi 27 avril 2005 Une figure emblématique de la scène française et une jeune louve assoiffée de sons : Françoiz Breut et Camille se partagent la scène du Ninkasi Kao pour une soirée à coup sûr touchée par la grâce. Emmanuel Alarco
Mercredi 19 septembre 2007 Musique / Chaque année à la Starac' ou à Nouvelle Star, un jury ivre de sa science balance à des aspirants Calogero des trucs du genre «approprie-toi la (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !