Thérèse Desqueyroux

Avec cette adaptation de François Mauriac, Claude Miller met un très beau point final à son œuvre : réquisitoire contre une bourgeoisie égoïste, cruelle et intolérante, le film fait vaciller son rigoureux classicisme par une charge de sensualité et d’ambiguïté. Christophe Chabert

Quatre gouttes d’arsenic dans un verre d’eau. C’est le rituel quotidien qu’effectue Bernard Desqueyroux, riche bourgeois girondin un peu hypocondriaque, pour calmer ce qu’il pense être des alertes cardiaques. Pour sa femme Thérèse (Audrey Tautou, dans un grand rôle à sa mesure), avec qui il s’est uni par intérêt, ce rituel est comme le reflet d’un ordre qui l’étouffe. Un jour, elle décide de le fausser et son geste va tout faire vaciller. À commencer par la mise en scène de Claude Miller : jusqu’ici, il racontait avec un classicisme élégant l’histoire de Thérèse Desqueyroux, préférant la chronologie aux flashbacks du roman de Mauriac.

Le trouble venait d’ailleurs : de cette ouverture pleine de sensualité où deux jeunes adolescentes se livraient à des jeux aux relents érotiques, baignées dans la lumière dorée de l’été aquitain ; de ce voilier qui passe au loin et dont le propriétaire, Jean Azevedo, n’est qu’un «juif» pour Bernard Desqueyroux ; dudit Azevedo qui séduit la sœur de Bernard, passion fougueuse qui ébranle un temps la discipline bourgeoise de la famille. C’est d’ailleurs lors d’une lune de miel pétrifiée dans l’ennui de Baden Baden que Miller introduit le ver dans le fruit : tandis que Thérèse lit les lettres de Marie, l’image de son amie entre les bras de son amant ne cesse de la hanter.

Politique du papier peint

Miller raconte donc le retour de la complexité émotionnelle dans un monde (la grande bourgeoisie française des années 30) qui les a en horreur. Thérèse est un être pensant, nourri de littérature et de poésie, emprisonné dans un matérialisme où le maître mot est «simple».

Préserver les apparences, se tenir éloigné du scandale à tout prix, cela revient à enfermer ceux qui peuvent le déclencher. Dans sa deuxième partie, Thérèse Desqueyroux a des accents presque polanskiens : un papier peint qui se décolle longuement filmé en très gros plan, matérialise visuellement tous les désordres intérieurs de Thérèse. Et l’incroyable cruauté qui se déverse sur elle ne conduit pas Miller à une condamnation facile de ses personnages.

L’épilogue, magnifique, qui vient donc conclure toute son œuvre, rend soudain Bernard bouleversant (car presque bouleversé, ce que Gilles Lellouche joue admirablement). C’est aussi une ouverture vers la liberté, la vraie, celle que ce cinéaste de l’inquiétude n’a cessé de chercher tout au long de sa carrière.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 décembre 2018 Alors que l’expo Jeunet/Caro se poursuit au Musée de la Miniature, révisez vos classiques en renouant avec la petite fée urbaine qui valut en 2002 au (...)
Mardi 14 février 2017 Quand Guillaume Canet comprend qu’il fait figure, pour la nouvelle génération, de mec installé et pépère dans sa vie de famille comme dans son métier, le (...)
Mardi 10 janvier 2017 Farandole joyeusement erratique à travers un Paris nocturne sublimé, cette déambulation d’un directeur de théâtre aussi fantasque qu’impécunieux signe le retour du cinéaste-interprète Édouard Baer pour un film-synthèse superlatif : la plus...
Mardi 7 juillet 2015 Un road movie dans une voiture bricolée avec deux ados en marge de la jeunesse versaillaise : Michel Gondry signe un film simple et très personnel, qui carbure à l’humour et à la nostalgie.
Mardi 3 février 2015 De Vincent Garenq (Fr, 1h46) avec Gilles Lellouche, Charles Berling, Laurent Capelluto…
Mardi 4 février 2014 De Fred Cavayé (Fr, 1h30) avec Vincent Lindon, Gilles Lellouche…
Vendredi 6 décembre 2013 De et avec Valérie Lemercier (Fr, 1h38) avec Gilles Lellouche, Marina Foïs…
Vendredi 29 novembre 2013 De Cédric Klapisch (Fr, 1h54) avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France…
Jeudi 5 septembre 2013 De Julien Leclercq (Fr, 1h53) avec Gilles Lellouche, Tahar Rahim, Riccardo Scamarcio…
Jeudi 25 avril 2013 Avec cette adaptation du roman culte de Boris Vian, Michel Gondry s’embourbe dans ses bricolages et recouvre d’une couche de poussière un matériau littéraire déjà très daté. Énorme déception. Christophe Chabert
Mardi 21 ao?t 2012 De septembre à décembre, le programme de la rentrée cinéma est riche en événements. Grands cinéastes au sommet de leur art, nouveaux noms à suivre, lauréats cannois, blockbusters attendus et peut-être inattendus. Morceaux de choix à...
Dimanche 26 février 2012 De Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Michel Hazanavicius, Emmanuelle Bercot, Éric Lartigau, Alexandre Courtès, Fred Cavayé (Fr, 1h48) avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche…
Vendredi 16 décembre 2011 De David et Stéphane Foenkinos (Fr, 1h48) avec Audrey Tautou, François Damiens…
Mercredi 9 mars 2011 De Cédric Klapisch (Fr, 1h45) avec Karin Viard, Gilles Lellouche…
Mercredi 1 décembre 2010 De Pierre Salvadori (Fr, 1h45) avec Audrey Tautou, Sami Bouajila, Nathalie Baye…
Vendredi 26 novembre 2010 De Fred Cavayé (Fr, 1h25) avec Gilles Lellouche, Roschdy Zem…
Mercredi 23 septembre 2009 Claude Miller explique l’étonnante gestation de 'Je suis heureux que ma mère soit vivante', du fait-divers initial raconté par Emmanuel Carrère à sa coréalisation avec son fils Nathan. Propos recueillis par CC
Mercredi 23 septembre 2009 Après le fastidieux 'Un secret', Claude Miller cosigne avec son fils Nathan un film inattendu, sec et noir, qui emmène le fait-divers initial vers des abîmes d’ambiguïté. Et révèle un très grand acteur, Vincent Rottiers. Christophe Chabert
Mardi 14 avril 2009 D’Anne Fontaine (Fr, 1h53) avec Audrey Tautou, Benoît Poelvoorde, Alessandro Nivola…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !