Les cimes de Cimino

L’Institut Lumière propose un petit événement : la première intégrale consacrée à Michael Cimino. Certes, sept films en quarante ans, ça ne paraît pas compliqué à réunir ; mais les vicissitudes de sa carrière ont longtemps plongé le cinéaste dans un semi oubli. Et pourtant… Christophe Chabert

La séance de clôture du dernier festival Lumière vit Michael Cimino monter sur la scène de la Halle Tony Garnier pour présenter la version intégrale et restaurée de son film-maudit, La Porte du Paradis. L’émotion manifeste du cinéaste était bien compréhensible : l’œuvre de sa vie, échec monumental à sa sortie, fut longtemps sa douleur ; sa renaissance, devant 7000 spectateurs maintenant conquis par son indéniable splendeur, était comme une revanche. L’Institut Lumière a donc décidé de finir le job en ce début 2013, en proposant aux Lyonnais la première intégrale Cimino. Qui reviendra du coup à Lyon le 20 février.

Voyage au bout de Hollywood

Alors qu’il n’est que scénariste sur Magnum force, Clint Eastwood se prend d’amitié pour ce type bizarre, déjà gonflé d’ambition et dans les starting blocks pour devenir réalisateur. Eastwood accepte de produire et d’interpréter Le Canardeur et, alors que tout pouvait laisser craindre que ces fortes personnalités allaient se prendre le bec, la collaboration se passe à merveille. Le film est un road movie typique du cinéma 70’s auquel Cimino confère un lyrisme qui signe déjà son envie d’être à la fois le meilleur des modernes et l’héritier des classiques. En 1976, il devient le maître du Nouvel Hollywood avec Voyage au bout de l’enfer : plus qu’un film sur le Vietnam, c’est un film sur une communauté brisée par la guerre et qui va se recomposer par-delà ce traumatisme. La structure, tout comme la mise en scène de Cimino, offre une synthèse inédite entre la liberté qui souffle sur Hollywood et le goût du grand récit américain à la John Ford. Le film est un triomphe critique et public, qui ouvre à Cimino une voie royale pour tourner La Porte du Paradis. On connaît la suite… Curieusement, là où on imagine le cinéaste dans un long purgatoire, il en sort cinq ans plus tard avec L’Année du dragon. Polar abordant à nouveau le conflit entre plusieurs générations d’immigrants, c’est un des films américains majeurs des années 80, à redécouvrir impérativement. Cimino n’avait rien perdu de son talent et aurait tout à fait pu reprendre une carrière flamboyante. L’erreur de son film suivant est d’autant plus cruelle : prendre Christophe Lambert pour jouer un chef mafieux dans Le Sicilien. Les deux films suivants sont tout aussi inégaux : un remake impersonnel de La Maison des otages, Desperate hours, et un road movie sans souffle, Sunchaser. Ensuite, c’est un long silence, fait de rumeurs et d’apparitions spectrales… Jusqu’à aujourd’hui, où La Porte du Paradis s’ouvre à nouveau pour Cimino.

Intégrale Michael Cimino
À l’Institut Lumière, jusqu’au 3 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 mars 2018 Dans Tiens ferme ta couronne, dernier Prix Médicis, Yannick Haenel lance son héros à la poursuite d'une obsession qui le projettera dans mille aventures : celle de faire réaliser un film sur Herman Melville au cinéaste américain Michael Cimino. Tout...
Mardi 21 juillet 2015 Dans un été riche en belles et grandes reprises, le retour sur grand écran dans une version restaurée et supervisée par son auteur de "Sorcerer" va permettre de découvrir enfin ce film maudit et génial de William Friedkin.
Mardi 6 janvier 2015 On vous parle un peu partout ailleurs dans ce numéro des rencontres Sport, cinéma et littérature organisées par l’Institut Lumière. Qui, suractif en plus de (...)
Mardi 2 septembre 2014 La rentrée cinéma, c’est aussi celle du cinéma de patrimoine. Et il y en a partout : à l’Institut Lumière, chez UGC, dans les salles du GRAC… Du rare, du classique, des incontournables : que du bon ! Christophe Chabert
Mardi 3 juin 2014 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des (...)
Mardi 31 décembre 2013 Et si l’année 2013 était une année historique pour le cinéma ? Par la quantité de grands films vus, la santé de ses auteurs et la richesse des propositions, on a tendance à le croire… Tout en sachant que les meilleurs crus sont aussi souvent des...
Vendredi 23 ao?t 2013 Le cinéma de patrimoine, par-delà le festival Lumière, va-t-il devenir le prochain enjeu de l’exploitation lyonnaise ? En attendant d’aller voir de plus près ce qui se passe en la matière, revue des classiques à l’affiche dans les mois à venir et...
Jeudi 21 février 2013 Cette semaine, l’Institut Lumière termine sa rétrospective consacrée à Michael Cimino avec la version restaurée de La Porte du Paradis, supervisée par Cimino lui-même. Entretien avec cette légende vivante du cinéma américain. Propos recueillis et...
Mercredi 30 janvier 2013 Dans les années 80, la question asiatique taraude Hollywood. La menace est à la fois économique (de grands groupes industriels japonais lorgnent sur les (...)
Jeudi 25 octobre 2012 La 4e édition a été fréquentée par près de 100 000 personnes en six jours (du 15 au 21 octobre) avec 72 000 spectateurs de films, 27 000 visiteurs des villages (...)
Jeudi 11 octobre 2012 Morceau de choix pour terminer le festival : la version restaurée et intégrale de "La Porte du Paradis", film maudit devenu film mythique, date-clé de l’Histoire du cinéma qui marque la fin d’une utopie hollywoodienne mais aussi le purgatoire d’un...
Jeudi 27 septembre 2012 Tout obnubilés que nous étions par la séance de clôture consacrée à La Porte du Paradis, nous en avions presque oublié qu'il restait un événement du festival Lumière (...)
Jeudi 6 septembre 2012 Plus éclatée que lors des éditions précédentes, la programmation de Lumière 2012 ménagera films monstres, raretés, classiques restaurés, muets en musique et invités de marque. Christophe Chabert
Lundi 27 ao?t 2012 Prix Lumière à Ken Loach, hommages à Max Ophüls, Vittorio De Sica, Dean Martin et Max Von Sydow, versions intégrales et restaurées de "La Porte du Paradis" et d’"Il était une fois en Amérique", ciné-concert autour de "Loulou" : le prochain festival...
Mercredi 20 juin 2012 En l’absence d’annonce du prochain Prix Lumière, repoussée sine die, la programmation du prochain festival Lumière fait figure de poulet sans tête : on ne commentera donc que les plumes et les pattes. Christophe Chabert
Mercredi 20 septembre 2006 Jean-Baptiste Thoret, écrivain, critique et professeur de cinéma, dirige la revue Panic et pose, avec "Le Cinéma américain des années 70", un jalon définitif dans l’évaluation d’une période clé de l’histoire du cinéma. Propos recueillis par...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !