Margaret

Kenneth Lonergan Fox Pathé Europa

On aurait aimé vous recommander la sortie en DVD de Margaret. Vraiment. D’abord parce que c’est un grand film, d’une ambition peu commune dans le cinéma américain ; ensuite parce que sa sortie salles a été littéralement sabotée, réduite à une exposition "technique" sur une poignée d’écrans en plein été et en VF. Sans parler du fait que cette version-là n’était pas celle voulue par Kenneth Lonergan, et qu’il s’est battu contre ce remontage durant huit longues années, donnant à Margaret le statut peu enviable de film maudit. Or, stupeur, alors que le DVD anglais (disponible depuis de nombreux mois) proposait la version la plus longue et la plus conforme aux souhaits du réalisateur (un montage de 179 minutes), c’est à nouveau celle de 2h23 qui figure sur le DVD français.

Avant de revenir sur le film, deux mots sur Kenneth Lonergan. Il vient de la scène, où il a été considéré comme un des grands dramaturges américains contemporains, notamment grâce à une pièce culte, This is our youth (un titre qui aurait aussi pu être celui de Margaret). En 2000, il se lance dans le cinéma avec Tu peux compter sur moi, bien accueilli par la presse et le public américain, et qui récolte une poignée de nominations aux oscars. La voie était toute tracée pour monter d’un cran et se placer comme un des espoirs du cinéma indépendant US ; d’autant plus que Margaret, au départ, est entouré de deux bonnes étoiles : Anthony Minghella et Sidney Pollack, tous deux producteurs. Tourné en 2005, le film ne sortira pourtant qu’en 2011 aux États-Unis, après trois procès compliqués qui opposèrent le cinéaste à l’un des producteurs du film. Difficile de savoir où le bât a blessé : Lonergan n’a pas respecté les termes de son contrat et s’est montré particulièrement indécis et inefficace lors de la post-production, mais le producteur a outrepassé ses pouvoirs et commis l’erreur incompréhensible de refuser l’aide providentielle de Martin Scorsese, venu à la rescousse du film avec sa monteuse Thelma Schoonmaker.

On a parlé de l’ambition du film. Elle ne tient pas qu’à sa durée fleuve mais aussi à son envie de faire le point sur l’Amérique après le 11 septembre en se concentrant — ce qui n’est un paradoxe qu’en apparence — sur une poignée de personnages pris dans un microcosme et regardés à des périodes charnières de leur existence. En cela, Margaret est contemporain de nombreuses tentatives littéraires du même ordre (de Franzen à McInerney), même si Lonergan en tire des conclusions bien différentes. C’est un pays divisé qu’il montre à l’écran, idéologiquement déboussolé, où l’égoïsme et l’absence de communication sont à la fois un thème central de l’œuvre et la principale dynamique de sa mise en scène. Car non seulement Margaret est éblouissant dans ses dialogues, mais il est aussi bourré d’idées de cinéma assez expérimentales. La plus puissante consiste à noyer le texte principal sous une foule de dialogues saisis dans les arrières plans (ou le hors champ) des séquences, provoquant une cacophonie sonore qui rappelle Robert Altman et vient détourner la focalisation de l’action. Ce travail sur le son se retrouve aussi lorsque, en fin de scène, Lonergan remplace le dialogue par de la musique, en plein milieu d’une conversation.

Aussi étonnantes que soient les trouvailles stylistiques du cinéaste, son film tient au contraire par l’extrême rigueur avec laquelle il travaille le parcours romanesque de ses personnages. Au centre, Lisa Cohen (Anna Paquin, à l’époque encore X-woman et pas encore vampiresse), adolescente a priori protégée, faisant ses études dans un lycée privée pour «juifs de la middle-class», fille d’une comédienne de théâtre divorcée (J. Cameron Smith, la compagne de Lonergan à la ville), s’entretenant au téléphone avec son père parti animer des séminaires sur la côte ouest du pays. Lisa est témoin d’un accident de bus qui coûte la vie à une femme ; se sentant partiellement responsable de sa mort, elle dédouane dans son témoignage le conducteur du bus (Mark Ruffalo). Prise de remords, elle va vouloir rectifier sa version, puis se lancera dans une croisade judiciaire pour tenter de le faire virer par sa compagnie de transports. En parallèle, on suit sa relation conflictuelle avec sa mère et ses premiers émois sexuels avec un pote un peu stone (Kieran Culkin) et un jeune prof séduisant (Matt Damon).

Lonergan ne laisse aucun de ses personnages sur le bas-côté de l’histoire ­— ce qui lui valut le reproche, assez stupide, de «fouillis» — et se concentre sur leurs atermoiements moraux. Mais, en grand peintre de la nature humaine, il montre à la fois leur beauté et leurs limites. Ainsi, la révolte de Lisa apparaît d’abord légitime et touchante, avant que l’on comprenne qu’il s’agit avant tout d’une crise d’adolescence, avec ce que cela implique d’égocentrisme et de négation des autres. Deux scènes, à ce titre, sont exceptionnelles : la première la montre s’engueulant avec sa mère, qui entame une nouvelle relation amoureuse tout en débutant une nouvelle création sur les planches. Elle cherche le soutien de sa fille, mais se heurte à un mur ; Lisa lui renvoie son incapacité à se mettre à sa place et sa mère la défie en imitant ses réactions froides et distantes. Jamais l’incommunicabilité entre parent et enfant n’aura été si bien saisie, grâce à un crescendo dramatique qui, en effet, montre les origines théâtrales (au sens noble du terme) de Lonergan.

L’autre grand climax du film est la rencontre entre Lisa et le conducteur de bus chez lui, avec sa femme et son enfant. Là encore, tout est affaire de montée dramatique : Lisa débarque chez lui avec comme objectif premier de partager sa culpabilité. Mais lui ne se souvient plus d’elle — du moins, c’est ce qu’il prétend. Lisa ne peut pas supporter cette absence de réciprocité, et le ton s’envenime. Le génie de Lonergan, qui résume assez bien le caractère unique de Margaret, c’est d’arriver à nous faire osciller entre les deux points de vue, celui de Lisa et celui du chauffeur, sans que nous n’arrivions jamais à choisir notre camp, trouvant des raisons, bonnes et mauvaises, à chacun des camps en présence.

Rejaillit alors la grande idée du film : l’Amérique est irréconciliable car elle est fracturée à sa base, et non pas à son sommet. La chute du World Trade Center n’est pas une entaille dans ce qui était jusqu’ici un bloc de granit, une nation unie autour de valeurs communes : elle a seulement fait surgir le chaos latent qui faisait vaciller son socle. Lonergan montre dans Margaret tous les fossés qui peuvent exister entre deux êtres : fossé culturel (la mère de Lisa et son nouvel amant à l’Opéra), fossé existentiel (Lisa et ses différents amants), fossé judiciaire (l’accident est finalement réglé par des compensations financières, ce qui frustre Lisa, avide de châtiment, mais ravit la famille de la victime, résolument cupide)… Il faudra attendre le dernier plan, bouleversant, pour qu’enfin deux mains se rapprochent, deux émotions se synchronisent ; l’espoir fragile de voir renaître un lien.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 11 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Mardi 18 février 2020 Quand des lanceurs d’alertes et la Loi peuvent faire plier une multinationale coupable d’avoir sciemment empoisonné le monde entier… Todd Haynes raconte une histoire vraie qui, étrangement, revêt une apparence patinée dans l’Amérique de Trump.
Mardi 12 novembre 2019 Seul Américain à avoir remporté Le Mans, Carroll Shelby s’est reconverti dans la vente de voitures. Quand Henry Ford junior fait appel à lui pour construire la voiture capable de détrôner Ferrari, il saute sur l’occasion. D’autant qu’il connaît le...
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la troisième phase de l’Univers cinématographique...
Mardi 9 janvier 2018 Et si l’humanité diminuait pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce reductio ad absurdum, Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et les faux prophètes. Une miniature perçante.
Mercredi 27 janvier 2016 De Tom McCarthy (ÉU, 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Mardi 20 janvier 2015 Histoire vraie, acteurs visant la performance, mise en scène arty, sous-texte politique lourdement appuyé : Bennett Miller se montre incapable de légèreté pour traiter cette histoire de mentor toxique cherchant à transformer un lutteur en futur...
Jeudi 12 septembre 2013 Pour ses adieux au cinéma, Steven Soderbergh relate la vie du pianiste excentrique Liberace et de son dernier amant, vampirisé par la star. Magistralement raconté, intelligemment mis en scène et incarné par deux acteurs exceptionnels. Christophe...
Samedi 17 ao?t 2013 Une fable futuriste sombre, furieuse et politique, nourrie à la culture cyberpunk et filmée par le cinéaste de District 9 : une réussite qui tranche par son ambition thématique et son absence de compromis avec les superproductions américaines...
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occuper à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Lundi 15 avril 2013 Sur un sujet ô combien actuel — l’exploitation du gaz de schiste — Gus Van Sant signe un beau film politique qui remet les points sur les i sans accabler personne, par la seule force d’un regard bienveillant et humaniste sur ses...
Vendredi 13 juillet 2012 De Kenneth Lonergan (ÉU, 2h30) avec Anna Paquin, J Smith Cameron, Matt Damon...
Mercredi 11 avril 2012 Un père de famille endeuillé achète un zoo pour offrir une nouvelle vie à ses enfants et se retrouve d’une communauté en souffrance. Superbe sujet à la Capra, que Cameron Crowe transforme en fable émouvante où l’on apprend à rêver les yeux ouverts...
Jeudi 3 novembre 2011 Un virus mortel se répand sur la surface de la planète, provoquant paranoïa, actes de bravoure et moments de lâcheté. Dans une mise en scène à l’objectivité scrupuleuse, Steven Soderbergh signe un thriller inquiétant et implacable. Christophe...
Mercredi 16 février 2011 Avec "True Grit", leur premier western, Joel et Ethan Coen reviennent à un apparent classicisme, même s’il est strié par des lignes obscures et intrigantes. Du grand spectacle et du grand cinéma. Christophe Chabert
Mercredi 12 janvier 2011 Du drame surnaturel en forme de destins croisés que le sujet autorisait, Clint Eastwood ne conserve que les drames individuels de ses personnages, dans un film d’une grande tristesse et d’une belle dignité. Christophe Chabert
Vendredi 9 avril 2010 De Paul Greengrass (ÉU, 1h55) avec Matt Damon, Amy Ryan…
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Samedi 9 janvier 2010 Toujours au sommet, Clint Eastwood réussit avec classicisme et émotions l’évocation du premier défi lancé au président Mandela : réunir l’Afrique du Sud autour de son équipe de rugby durant la coupe du monde 95. Christophe Chabert
Jeudi 1 octobre 2009 Drôle de film à défaut d’être un film drôle, le nouveau Soderbergh raconte l’escroquerie (moyenne) d’un Américain (moyen) au cœur d’un monde si rigide qu’il est incapable de gérer l’ingérable. Christophe Chabert
Mardi 30 septembre 2008 Une épidémie de cécité conduit à des mesures sanitaires radicales : une fable au futur récent signée Fernando Meirelles, soutenue par une mise en scène expérimentale et terrifiante. Christophe Chabert
Mercredi 30 mai 2007 Avec "Zodiac", qui retrace l'enquête pour démasquer, sans succès, un tueur en série mythique des années 70, David Fincher élargit l'horizon de son cinéma et signe un film dont la maîtrise souveraine cache des montagnes de doutes. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !