Gatsby le magnifique

Gatsby le Magnifique
De Baz Luhrmann (ÉU, 2h22) avec Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire...

Cinéaste de l’imagerie pop, Baz Luhrmann surprend agréablement en trouvant la puissance romanesque nécessaire pour transposer le Gatsby de Fitzgerald. Et trouve en Di Caprio un acteur à la hauteur du personnage. Christophe Chabert

Gatsby le magnifique version Baz Luhrmann ressemble, dans sa première heure, à ce que l’on pouvait en attendre. Ou presque. Le réalisateur de Moulin Rouge retrouve ce qui a fait sa marque  - c’est loin d’être un défaut en période de standardisation : promenade pop à l’intérieur d’une époque à coups de grands mouvements de caméra impossibles, anachronismes musicaux, jeu sur les surfaces et sur la profondeur faisant ressembler sa mise en scène à un livre pop up, et le film dans son entier à un carnaval pop. L’ajout de la 3D intensifie tous ses partis pris – comme si le cinéma de Luhrmann avait toujours désiré cet artifice, mais pouvait enfin en avoir la jouissance – et il serait facile de ne voir là qu’épate visuelle et pyrotechnie gratuite.

Mais que raconte Gatsby le magnifique sinon l’histoire d’un homme qui use et abuse de cette pyrotechnie pour attirer l’attention d’une seule personne, et qui déploie un faste sans égal pour mieux disparaître, se fondre dans la masse et faire oublier qui il est vraiment. En cela, Luhrmann a sans doute trouvé un sujet idéal, et ce n’est pas un hasard s’il aborde Gatsby avec beaucoup plus de sincérité et de premier degré que dans ses œuvres précédentes.

Gatsby or not Gatsby

Il faut malgré tout souligner le point faible de son adaptation : le choix de Tobey Maguire dans le rôle de Nick  Carraway, à la fois narrateur et spectateur du drame qui s’est joué dans ce New York idyllique au début des années 20. Courtier en bourse profitant de l’argent qui coule à flot à Wall Street, écrivain frustré plus que raté, Carraway se retrouve, par un lointain lien de parenté, au centre du mélodrame impliquant sa cousine Daisy, l’époux de celle-ci, Tom, et le mystérieux Gatsby, qui donne des fêtes orgiaques dans son immense propriété en bord de lac. Si Luhrmann a la bonne idée de lui faire raconter toute l’histoire dans un souvenir qui est à la fois thérapeutique et littéraire, il se heurte au manque de charisme de son interprète, qui ère hébété au milieu d’un monde décadent dont il ne sait s’il doit s’y abandonner ou le laisser à distance.

C’est une idée défendable durant la première moitié de Gatsby, beaucoup moins lorsque monte en puissance le personnage de Gatsby lui-même et son interprète, un très impressionnant Leonardo Di Caprio qui confirme qu’il est l’acteur le plus doué de sa génération. Luhrmann ne l’aide pas forcément en choisissant d’abord un montage particulièrement haché, où Maguire ne semble être qu’une figure de cire au milieu des décors somptueux. Ce protagoniste évanescent laisse du coup toute la place à de vrais morceaux de bravoure filmiques : la scène de beuverie dans l’appartement new-yorkais, où Luhrmann déploie une mise en scène à son tour grisante, où la séquence où Carraway pénètre dans la propriété des Buchanan, avec ses rideaux qui volent comme une danse des mille voiles, moment troublant renforcé par l’apparition érotique de Carey Mulligan dans le rôle de Daisy.

Les cendres du temps

Alors que les enjeux dramatiques de son récit se dessinent, Luhrmann choisit de tempérer son imagerie débridée et de se recentrer sur la puissance romanesque à l’œuvre dans le roman de Fitzgerald. Livrant assez tôt dans un flashback une première version du passé de Gatsby, il n’a plus qu’à dérouler l’histoire d’amour entre lui et Daisy, qui reprend comme si rien, ni mariage, ni guerre, ne l’avait laissée cinq années en suspens. A l’ivresse de l’époque répond la griserie de l’amour, et le style du film se teinte peu à peu d’une surprenante gravité.

La virtuosité de Luhrmann ne consiste plus à multiplier les plans ou à raffiner jusqu’au moindre accessoire sa direction artistique ; elle tient avant tout à l’espace et à la durée des séquences, jusqu’à ce climax dramatique où tous les personnages, enfin réunis dans une minable chambre d’hôtel étouffée de chaleur, vont pouvoir déballer leurs rancœurs et révéler leur véritable visage. Moment éblouissant et inattendu de la part du cinéaste, qui laisse lentement monter l’émotion, retrouvant le meilleur du cinéma classique hollywoodien en s’interdisant d’un coup toute affèterie ou tout effet de manche, focalisé sur les sentiments des personnages et la manière dont les acteurs les subliment.

Gatsby le magnifique se dénude ainsi en cours de route, va chercher l’essence noire et amère du roman, afin d’en faire la matière visuelle d’un final assez bouleversant, où des années 20 et de leur insouciance ne restent plus que les mots de Fitzgerald / Carraway qui se dissolvent dans un océan de regrets.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 juin 2016 Journaliste à L'Équipe, où il suit l'Olympique Lyonnais depuis plus de 25 ans, Vincent Duluc est le co-commissaire de l'exposition Divinement Foot présentée aux musées Gadagne et l'auteur d'Un printemps 76. Portrait d'un fan atavique des Verts...
Jeudi 26 novembre 2015 Il a inspiré à Fitzgerald Gatsby le Magnifique, soufflé à l'oreille de Churchill l'idée d'une coalition internationale, offert à Anne Frank son livre (...)
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Mercredi 30 octobre 2013 Nouvelle merveille des frères Coen, l’odyssée d’un chanteur folk raté des années 60 qui effectue une révolution sur lui-même à défaut de participer à celle de son courant musical. Triste, drôle, immense… Christophe Chabert
Lundi 27 mai 2013 En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, "La Vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, sinon dans ses...
Vendredi 17 mai 2013 Le festival de Cannes a à peine commencé, et il est déjà temps de pointer les déceptions et les bonnes surprises de sa sélection qui, une fois n’est pas coutume, ne sont pas là où on les attendait. Christophe Chabert
Mardi 14 mai 2013 De quoi le 66e festival de Cannes (du 15 au 26 mai) sera-t-il fait ? Les films français et américains trustent majoritairement les sélections, les grands cinéastes sont au rendez-vous de la compétition et les sections parallèles promettent leur lot...
Jeudi 10 janvier 2013 Django unchained, hommage ou remix ? Les deux et plus encore. Au commencement il y a Django, légende du western italien. Année 1966 : dans la foulée de Pour (...)
Lundi 7 janvier 2013 Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, «Django Unchained» n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire...
Vendredi 6 janvier 2012 Clint Eastwood revient à son meilleur avec cette bio de J. Edgar Hoover, dont la complexité et la subtilité sont à la hauteur de cette figure controversée de l’histoire américaine. Christophe Chabert
Jeudi 1 décembre 2011 Révélé par l’uppercut "Hunger", le tandem Steve McQueen (réalisateur) et Michael Fassbender (acteur) enfonce le clou avec "Shame", portrait entre extase et agonie d’un trader atteint de dépendance sexuelle, porté par un geste de cinéma...
Mercredi 28 septembre 2011 Déjà remarqué avec la trilogie Pusher et le brillant Bronson, Nicolas Winding Refn s’empare d’un polar de série B trouvé par son acteur Ryan Gosling et le transforme en magnifique geste de mise en scène, jouissif d’un bout à l’autre, remettant au...
Mercredi 23 février 2011 Adaptation pertinente d’un roman de Kazuo Ishiguro par Alex Garland au scénario et Mark Romanek à la mise en scène, cette fable glaçante et complexe sur l’aliénation à la norme invente une science-fiction au passé qui, malgré ses tics, frappe par...
Dimanche 11 juillet 2010 L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film protoype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe...
Mardi 16 février 2010 Réalisée par Lone Scherfig et scénarisée par le génial Nick Hornby, cette comédie d’apprentissage sur une jeune Anglaise qui découvre l’amour et son amertume dans le Londres coincé du début des années 60 est une petite merveille. Christophe Chabert
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert
Vendredi 29 janvier 2010 De Jim Sheridan (ÉU, 1h45) avec Tobey Maguire, Natalie Portman, Jake Gyllenhaal…
Mardi 13 janvier 2009 Cinéma / De Sam Mendes (ÉU, 2h05) avec Leonardo Di Caprio, Kate Winslet, Michael Shannon…
Lundi 3 novembre 2008 À travers une complexe histoire d’espionnage au Moyen-Orient, Ridley Scott tente d’analyser le cynisme de la CIA dans sa lutte contre le terrorisme. Mouais… Christophe Chabert
Mercredi 5 septembre 2007 Francis Scott Fitzgerald / Grasset, «Les Cahiers rouges»

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter