Cannes - Jour 1 : attention ! film méchant…

"Heli" d’Amat Escalante

Il y a du monde cette année à Cannes. L’explication facile serait de dire que la présence de Steven Spielberg comme président du jury et l’annonce d’une pléthore de stars dans les divers films de la compétition ont attiré le chaland. Il n’a pas été déçu par la disponibilité dudit Spielberg, qui signait des autographes à la sortie de la conférence de presse, puis par la classe internationale d’un Leonardo Di Caprio dont l’étoffe d’acteur mythique, à la hauteur d’un Pacino ou d’un De Niro, se peaufine film après film — et sa prestation grandiose dans Gatsby le magnifique le prouve encore.

Il se trouve que, par ailleurs, il pleut cette année à Cannes. Et pas qu’un peu. Le souvenir du déluge tombé lors du premier dimanche de l’édition 2012 est dans toutes les têtes et les prévisions météo n’annoncent rien de bon pour les jours à venir. Le festivalier était donc déjà trempé jusqu’à l’os, et nous avons dû subir notre première longue queue au milieu d’une foule de parapluies serrés pour pouvoir accéder au  film en compétition de la soirée, Heli du Mexicain Amat Escalante.

Heli a pris d’entrée la place du film pas aimable de la sélection, occupée l’an dernier par Paradis : Amour d’Ulrich Seidl. Pire : après l’épreuve de la pluie, c’est une œuvre incroyablement hostile au spectateur qu’il a fallu subir 1h45 durant. L’impression était donc celle de s’être pris des bassines d’eau sur la tronche, puis de se recevoir un sceau de merde sur la gueule ; on a connu signal de départ plus sympa.

Disons-le d’entrée, Escalante repousse les limites du soutenable au cours d’une séquence particulièrement horrible où deux jeunes gens se font torturer, à coups coups de bâtons répétés avant une immolation de testicules. Il avait toutefois semé, tel le petit Poucet, quelques cailloux sur le chemin avant ce moment paroxystique : un entraînement militaire où l’on doit se rouler dans son propre vomi, puis être suspendu au-dessus d’un puits de merde, ou encore ce pauvre chiot qui se fait tordre le kiki sans sommation.

On l’avait déjà dit à l’époque de Los Bastardos, mais c’est encore plus flagrant ici : Escalante a vraiment la complaisance dans le sang, plaçant dès qu’il le peut une image racoleuse qu’il s’empresse de filmer dix ou vingt secondes de trop. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au Mexique, se dit-on après avoir déjà enduré les derniers Reygadas — ici producteur — et Michel Franco l’an dernier. On comprend aisément le désespoir des auteurs face à un pays qui s’enfonce dans la corruption et le chaos, mais aussi leur volonté de pointer la racine sociale d’un mal qui pousse même le plus innocent vers la violence et la frustration.

C’est d’ailleurs la piste qui pourrait sauver Heli : Heli lui-même, personnage taciturne, ouvrier modèle, à la fois fils, mari, père et frère dévoué à sa famille pour qui il se sacrifie sans broncher. Placé dans une spirale de brutalité, il va voir tous ses instincts ressurgir, ne pouvant plus réprimer ses sentiments. Au cours de la plus belle scène du film, Escalante laisse les larmes d’Heli couler, dans un moment de tendresse qui crée enfin une réelle identification à l’écran. Mais, incurable, il s’empresse de placer un détail cracra une séquence plus tard — une femme flic qui lui offre gentiment ses nénés et, face à son désintérêt, lui demande s’il n’est pas pédé.

Tout cela est assez désolant, mais c’est peut-être encore ailleurs qu’il faut chercher ce qui agace le plus dans Heli. Sans doute dans cette manière de construire un film sur l’équation "une scène = une information", conduisant à reproduire le schéma éculé de ce cinéma d’auteur mondialisé avec ses scénarios post-it et ses plans totalitaires où il faut toujours tout montrer, abolissant de facto l’idée même de hors champ. Il y a, dans n’importe quel rape and revenge movie — et Heli appartient, l’air de rien, à ce genre-là — un sens plus aiguisé de la montée dramatique, sans volonté de culpabiliser le spectateur mais en lui offrant une expérience vraiment cathartique. Rien de tout ça chez Escalante : une fois la noirceur du monde exposée sous toutes ses coutures, il referme son film sèchement avec le sentiment du devoir accompli. C’est un peu court, car ce mélange d’académisme et de provocation paraît déjà appartenir à un autre siècle…

Demain, il pleuvra encore… Espérons au moins que les films ramèneront un peu de soleil !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 novembre 2019 Kaboul, fin des années 1980. Errant dans les rues, Qoadrat vit d’expédients et n’a qu’une passion : les films de Bollywood. Serré par la police, il est expédié dans un orphelinat d’État où, entre rêve et réalité, il assiste aux prémices de la...
Mardi 19 novembre 2019 Deuxième volet d’une ambitieuse série portant sur l’histoire récente de l’Afghanistan, L’Orphelinat décrit, après le rural Wolf and Sheep, la vie d’adolescents (...)
Mardi 28 mars 2017 De l’enfance à l’âge adulte, le portrait chinois d’une femme jamais identique et cependant toujours la même, d’un traumatisme initial à un déchirement volontaire. Une œuvre d’amour, de vengeance et d’injustices servie par un quatuor de comédiennes...
Mardi 14 mars 2017 Il y a la première étoile qu’on accroche sur sa combi de ski, dès qu'on sait faire le "chapeau pointu". Et il y a celle qui comble les restaurateurs (et leurs carnets de réservation) qui intègrent, comme Jérémy Galvan, la sélection élitiste d’un...
Mardi 20 janvier 2015 À 40 ans, toujours vieux garçon, Yaacobi se réveille, envoie valdinguer sa partie de dominos et ses tee-parties sur le balcon de son ami Leidental qu'il (...)
Mardi 13 janvier 2015 Le récent trépas de Framboisier, le coureur permanenté qui tenait le micro des Musclés, est l'occasion de rappeler que sous leurs chemises criardes – à en (...)
Mardi 8 avril 2014 D’Amat Escalante (Mex-Fr, 1h45) avec Armando Espitia, Andrea Vergara…
Mardi 18 mars 2014 L’air de rien, les Reflets du cinéma ibérique et latino-américain du Zola fêtent cette année leur trentième édition. Une endurance remarquable qui ne s’accompagne (...)
Mardi 1 octobre 2013 D’Hélier Cisterne (Fr, 1h23) avec Zinedine Benchedine, Chloé Lecerf, Emile Berling…
Lundi 27 mai 2013 En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, "La Vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, sinon dans ses...
Mardi 21 mai 2013 "Shield of straw" de Takashi Miike. "The Last days on mars" de Ruairí Robinson. "Blue Ruin" de Jeremy Saulnier. "Borgman" d’Alex Van Warmerdam.
Dimanche 19 mai 2013 "Grand central" de Rebecca Zlotowski. "Jimmy P." d’Arnaud Desplechin. "Inside Llewin Davis" de Joel et Ethan Coen.
Samedi 18 mai 2013 Pour son premier film tourné hors d’Iran, Asghar Farhadi prouve à nouveau qu’il est un des cinéastes importants apparus durant la dernière décennie. Mais ce drame du non-dit et du malentendu souffre de la virtuosité de son auteur, un peu trop sûr de...
Samedi 18 mai 2013 "Stop the pounding heart" de Roberto Minervini. "Tel père, tel fils" d’Hirokazu Kore-Eda. "L’Inconnu du lac" d’Alain Guiraudie.
Vendredi 17 mai 2013 Le festival de Cannes a à peine commencé, et il est déjà temps de pointer les déceptions et les bonnes surprises de sa sélection qui, une fois n’est pas coutume, ne sont pas là où on les attendait. Christophe Chabert
Mardi 14 mai 2013 De quoi le 66e festival de Cannes (du 15 au 26 mai) sera-t-il fait ? Les films français et américains trustent majoritairement les sélections, les grands cinéastes sont au rendez-vous de la compétition et les sections parallèles promettent leur lot...
Jeudi 18 avril 2013 A l’occasion de deux expositions (Laurence Cathala à la Fondation Bullukian et "Le Dessin en couleurs" à la galerie Descours), nous avons voulu nous pencher sur le dessin. Le sujet est très à la mode, voire tarte à la crème. Aussi, pour lui redonner...
Dimanche 24 mars 2013 La galerie Jean-Louis Mandon présente une vingtaine de dessins, comme autant de nuits énigmatiques et ouvertes à l’éclosion de jours singuliers, de la jeune artiste lyonnaise Blanche Berthelier. Une très belle rencontre avec une œuvre en...
Jeudi 14 juin 2012 En 1961, Elio Petri, jusqu’ici scénariste, signe son premier film en tant que réalisateur, L’Assassin. Débuts prometteurs, même si Petri n’a pas encore abouti (...)
Mercredi 13 avril 2011 Entretien / Cyril Despontin, délégué général de l’association ZoneBis et d’Hallucinations collectives. Propos recueillis par CC
Vendredi 29 février 2008 de Juan Antonio Bayona (Espagne, 1h47) avec Belen Rueda, Fernando Cayo…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !