Only God forgives

Only God forgives
De Nicolas Winding Refn (Fr-Dan, 1h30) avec Ryan Gosling, Kristin Scott Thomas...

Nicolas Winding Refn rate le virage post-Drive avec ce film vaniteux qui ressemble à l’œuvre d’un chef décorateur surdoué cherchant sans y parvenir quelque chose à raconter. Christophe Chabert

Quand on avait découvert Drive, Nicolas Winding Refn n’était plus un inconnu : la trilogie Pusher et le génial Bronson avaient déjà montré l’étendue de son talent et de ses ambitions. Si surprise il y avait, c’était celle d’un cinéaste qui synthétisait dans une forme pop et romantique un creuset d’influences et de codes qu’il arrivait à régénérer.

Avec Only God forgives, Winding Refn tombe dans son propre maniérisme et ce qui hier relevait du plaisir se transforme ici en effort désespéré pour faire autre chose que de l’imagerie pure et simple. L’argument, en soi, n’est pas plus original que celui de Drive : en Thaïlande, deux frères vivotent entre matchs de boxe et trafics de drogue. Le plus âgé, dans un coup de folie, tue une prostituée, avant d’être à son tour massacré par le père éploré, poussé dans son geste par un flic sadique adepte du karaoké. Débarque alors la maman de la fratrie, qui va pousser le frangin survivant à accomplir sa vengeance.

Destockage à Bangkok

Passons sur le sous-texte psychanalytique absolument balourd que Winding Refn place dans les interstices du récit — quoique cela donne la scène la plus réussie du film, avec un numéro particulièrement bouffon de Kristin Scott Thomas. Laissons tomber le folklore de Bangkok comme une jungle de néons pourrie par le vice, tant l’affaire sent le cliché touristique. Il faut surtout souligner l’inflation décorative qui saisit Winding Refn, ce fétichisme du plan composé qui ressemble au délire d’un scénographe remplissant chaque centimètre avec un fatras d’objets en série. Au milieu de cette brocante géante, les acteurs sont réduits à des figures impassibles, à leur tour transformés en bibelots. C’est particulièrement le cas de Ryan Gosling, filmé un coup en bleu, un coup en rouge, un coup en vert, mais toujours avec la même absence d’expression.

Comme un mauvais metteur en scène de théâtre, Winding Refn s’empare de la moindre idée pour la répéter trois ou quatre fois, pensant produire un effet hypnotique mais soulignant surtout la profonde vanité de son projet, qui s’égare en ralentis opératiques et en poses concernées, dégageant un esprit de sérieux proportionnel au vide abyssal de son script. On sent surtout le cinéaste danois écartelé entre son désir de reconnaissance internationale et son envie d’expérimentations radicales. Avant Drive, Valhalla rising souffrait déjà du même mal. Tout n’est peut-être pas perdu, donc…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 24 janvier 2017 À Los Angeles, cité de tous les possibles et des destins brisés, l’histoire en cinq saisons de Mia, aspirante actrice, et Seb ambitionnant d’ouvrir son club de jazz. Un pas de deux acidulé vers la gloire ou l’amour réglé à l’ancienne par l’auteur du...
Mardi 7 juin 2016 Retour en grâce pour NRW — c’est ainsi qu’il sigle son nom au générique — avec un conte initiatique : celui d’une gamine partant à la conquête du monde de la mode. Le récit d’une ambition dévorante et dévorée, à la superbe… superbe.
Mardi 6 octobre 2015 Lorsque que vous aurez découvert le hobby de Nicolas Winding Refn, vous ne serez plus étonné par la musique qu’il choisit pour habiller ses œuvres — ni par (...)
Jeudi 18 juin 2015 Immense cinéphile et cinéaste majeur, Martin Scorsese avait depuis le début le profil d’un prix Lumière parfait. Son sacre aura lieu au cours de l’édition 2015 du festival Lumière, dont la programmation, même incomplète, est déjà...
Mardi 7 avril 2015 Après un petit tour en salle de montage, le premier long de Ryan Gosling arrive sur les écrans dans une version sensiblement plus digeste que celle vue à Cannes. Et s’avère un objet singulier, dont la poésie noire se distille au gré de ses...
Vendredi 19 avril 2013 Sorti d'une hype assez discrète par le succès planétaire de son "Nightcall" en ouverture du "Drive" de Nicolas Winding Refn, le Parisien Kavinsky poursuit pied au plancher avec l'album "Outrun", bande-son rétro-futuriste des pires et meilleurs...
Mercredi 13 mars 2013 Après "Blue valentine", Derek Cianfrance retrouve Ryan Gosling pour un ambitieux triptyque cherchant à ranimer la flamme d’un certain cinéma américain des années 70 tout en en pistant l’héritage dans l’indépendance contemporaine. Pas toujours à la...
Jeudi 4 octobre 2012 Ce lundi, le festival Lumière démarre à la Halle Tony Garnier avec sa rituelle soirée d’ouverture pleine de "stâââârs" qui monteront sur scène pour en donner le (...)
Mercredi 3 octobre 2012 De François Ozon (Fr, 1h45) avec Fabrice Luchini, Kristin Scott-Thomas, Emmanuelle Seigner…
Jeudi 6 septembre 2012 Plus éclatée que lors des éditions précédentes, la programmation de Lumière 2012 ménagera films monstres, raretés, classiques restaurés, muets en musique et invités de marque. Christophe Chabert
Mercredi 28 septembre 2011 Déjà remarqué avec la trilogie Pusher et le brillant Bronson, Nicolas Winding Refn s’empare d’un polar de série B trouvé par son acteur Ryan Gosling et le transforme en magnifique geste de mise en scène, jouissif d’un bout à l’autre, remettant au...
Mardi 7 juin 2011 De Derek Cianfrance (ÉU, 1h54) avec Ryan Gosling, Michelle Williams…
Jeudi 9 juillet 2009 Avec un acteur principal habité et de circonvolutions esthétiques incroyablement maîtrisées, Nicolas Winding Refn nous démontre avec brio que oui, une biographie filmée peut avoir un point de vue dans sa mise en scène. François Cau

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X