À Fourvière exactement

Anna

Théâtres romains de Fourvière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Emmanuel Daumas donne une seconde vie à "Anna", téléfilm culte de Pierre Koralnik diffusé en 1967. Exit Jean-Claude Brialy et Anna Karina (mais pas Serge Gainsbourg, auteur de la mythique bande son de cette histoire d'amour évitée) et place à d’anciens élèves de l’ENSATT, dont Cécile de France. En attendant de l'entendre interpréter "Sous le soleil exactement", entretien avec le metteur en scène et coup d'oeil sur les répétitions. Nadja Pobel

, D’où vient cette idée d’adapter le téléfilm Anna à la scène ? C’est une commande des Nuits de Fourvière ?
Emmanuel Daumas : Au départ c’est Jean-Marc Ghanassia [agent et producteur, NdlR] qui a eu l’idée. Quand il me l’a soumise, je ne connaissais pas le téléfilm, mais j’avais beaucoup écouté l'album de Gainsbourg, que j’aimais et connaissais même par cœur. Ce projet m’a donc tout de suite vraiment excité et je me le suis approprié facilement.

Dans le téléfilm, les deux protagonistes ne s’adressent pas la parole, ce qui est très peu théâtral. Comment peuvent-ils tenir tous les deux sur une même scène ?
C’est vrai que quand on voit le film, l’idée d'en faire un spectacle musical, une espèce de concert amélioré par ces petites histoires, peut paraître étrange. Le film est déstabilisant. En revanche, quand on lit le scénario, on se rend compte qu'il est très bien construit, que ce petit conte de personnages qui s’aiment et ne se rencontrent pas est efficace. J’ai pensé qu’on aurait beaucoup d’éléments à transformer ou de choses à ajouter mais ce n'est finalement pas le cas. On garde toute la chronologie, toutes les scènes, toutes les chansons et même les transitions musicales. Mais le film est tellement Nouvelle Vague, très éclaté, avec des divagations propres à l’époque et à la manière dont il a été fait...

Comment rendre cette atmosphère au plateau ?
Il y a un seul décor qui bouge. On se base sur l’atelier du personnage masculin principal, qui dans le film travaille dans la publicité et l’image. Ici, il est plus dans la vidéo. En fait, tout pourrait se passer comme si Anna était la muse qui l’incite à produire des images, des vidéos, des chorégraphies, un concert, des chansons... On fait aussi comme si ce lieu était à la fois son domicile, son bureau, l'intérieur de sa tête et sa white box.

Vous jouez vous-même dans de très nombreuses pièces de Laurent Pelly. Cette expérience vous sert-elle dans votre métier de metteur en scène ?
Ca me sert toujours. J’essaye au maximum, quand je mets en scène, de ne jamais oublier que quand on est sur scène, on a tellement de choses à gérer qu’on n’est jamais à 100% de ses capacités en répétition. J’évite donc de trop commenter ou d'être impatient avec les acteurs, car je sais qu’ils n’arrêtent pas de travailler et que c’est petit à petit qu’ils peuvent proposer ce dont ils ont envie. Je crois être un metteur en scène assez doux. Je suis avec eux, pas contre ni en parallèle. J’ai beaucoup joué cette année, je sais qu’avant d’avoir fait un geste cent fois sur le plateau, on n’est pas à l’aise. Ça ne sert à rien de presser les acteurs comme des citrons. Il faut leur faire sentir que quand on les regarde, on voit tout ce qu’ils font, qu’on est curieux d’eux.

Il y a quelque chose de pétillant chez Pelly. Ça joue en permanence. C’est aussi ce que vous cherchez ?
Oui, en plus c’est dans mon tempérament ! C’est pour ça qu’on a tant joué ensemble avec Laurent. Moi j’ai très souvent envie  de faire le con. Le jeu prime, ce qui ne nous empêche pas d'avoir une grande conscience de l’histoire qu’on raconte. C’est toujours très dramaturgique. Le challenge est avant tout de raconter une histoire. Il ne faut surtout pas perdre le spectateur, particulièrement dans Anna. Ce serait dommage, surtout que les chansons s’inscrivent dans cette narration. 

Anna se révèle

Ferme du Buisson, Noisiel, banlieue parisienne au bord de la Marne, lundi 17 juin.

À douze jours de la création aux Nuits de Fourvière, l’équipe d’Anna s’affaire. Et pour cause, le projet est assez technique. Les éléments de décor, des panneaux blancs mouvants figurant un bureau de vidéaste, servent aussi de supports de projection. À jardin est installée une mini estrade pour quatre musiciens qui joueront live. Au moment où on les découvre, ils ont rejoint cinq comédiens, grossissant les rangs d'une chorégraphie dirigée par le brillant touche-à-tout Pierre Rigal. Cécile de France est aussi de la partie, tandis que Grégoire Monsaingeon (dans le rôle interprété à l'époque par Brialy) part à sa recherche sans la voir - il ne connait d’elle qu’une photo rougie (l’affiche du spectacle) et ignore que son icône est une de ses collaboratrices. Si le comédien a gardé des accents "gainsbourgiens" sidérants, côté costumes, Emmanuel Daumas a délaissé cette touche pop typiquement sixties au profit de coupes très actuelles. Après encore quelques répétitions, la troupe retrouvera cette semaine le haut de la colline du cinquième arrondissement de Lyon, où elle s’est formée à l’ENSATT dans les années 90, avant de se côtoyer dans Mademoiselle Julie, pièce de Strindberg mise en scène par Gwenael Morin au Point du Jour en 2000.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 L’association parisienne Le Recho inaugurait, début mars à Lyon, la première étape de son Itinéraire Solidaire : un projet itinérant réunissant habitantes et habitants de plusieurs villes de France et personnes exilées, autour de la cuisine....
Mardi 15 mars 2022 Pas simple de restituer Pialat au théâtre tant il a éclaboussé le cinéma de son génie à diriger les acteurs. Dans ce spectacle énamouré adossé à À nos amours, Laurent Ziserman parvient à saisir l’infinie justesse qui émanait des films du...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Jeudi 2 décembre 2021 C’est un succès populaire, brandi pour prouver qu’on mange bien dans la nouvelle Part-Dieu (oui, le centre commercial). Ses ingrédients ? Un thème éphémère, et de la vraie cuisine, aussi. 
Mercredi 30 juin 2021 ​Précédemment, on évoquait l'alliance entre vinyles et vins natures : ça se passait chez Satriale, dans les Pentes. Cette semaine, une cave (nature encore, dans le 1er toujours, mais où l'on mange, cette fois) a ouvert à l’enseigne Micro...
Vendredi 12 mars 2021 École Nationale Supérieure à part à qui la Ville de Lyon commence à s’intéresser, la jeune CinéFabrique forme ses élèves aux métiers de l’image et du son. Mais aussi à une approche citoyenne et collective d’une industrie artistique très dynamique....
Mercredi 24 juin 2020 Axelle, Dominique et Conso, trois voisines du Nord de la France, franchissent la frontière belge chaque jour pour proposer leurs faveurs en maison close afin d’améliorer un ordinaire misérable. Les rêves en berne, l’usure morale le dispute à la...
Mardi 4 février 2020 Dix ans après sa création, Gallotta reprend à Lyon sa pièce rock et érotique, adaptation de l'album de Gainsbourg chanté par Bashung, L'Homme à tête de chou.
Mardi 21 janvier 2020 Jean-Pierre, qui s’est jadis rêvé comédien, a depuis rejoint avec succès le négoce des vins. Aîné d’une fratrie comptant Juliette (une prof démangée par l’écriture et tout juste enceinte), Mathieu, employé timide et Margaux, photographe en galère,...
Mardi 3 décembre 2019 L'exposition Drapé nous plonge parmi les plis et les drapés innombrables d'artistes de toutes époques. D'une étude de Michel Ange aux photographies de Francesca Woodman, d'un dessin de Dürer aux sculptures de Rodin, de Delacroix à Man Ray ou...
Mardi 15 octobre 2019 Travailleur letton émigré en Belgique, Oleg tombe dans l’illégalité et, pour son malheur, dans les rets d’une mafia polonaise dont il devient le larbin. Piégé, il doit accepter des tâches de plus en plus risquées et dégradantes…
Mardi 15 octobre 2019 Après la mort de son compagnon, Corine part au fin fond de la Mongolie pour se changer les idées. Alors qu’elle enregistre le son d’une cérémonie chamanique, elle entre dans une transe violente, révélant des dons de chamans insoupçonnés. Une lente...
Mardi 10 septembre 2019 Placé à l’orphelinat, Denis, 16 ans, est soudain récupéré par sa mère qui veut profiter de son “talent“. Insensible à la douleur, Denis est en effet contraint de se précipiter contre des voitures afin de faire condamner comme chauffards les...
Mardi 26 juin 2018 Si vous n’aimez pas la Coupe du monde, allez vous faire foot. C’est en substance ce que vous propose le Ciné-Rillieux en termes plus fleuris — ou gazonnés (...)
Mardi 10 octobre 2017 « Tellement fière d’être invitée à Lyon », l’icône danoise est à l’honneur au Festival Lumière où elle présentera sa première réalisation Vivre ensemble (1973), Une femme est une femme de Godard et un documentaire de Dennis Berry qui lui est...
Mardi 28 février 2017 Sa grand-mère Eugénie – la fameuse Mère Brazier – fut l’une des plus célèbres cuisinières de la gastronomie française, couronnée de trois étoiles dans ses deux restaurants, en 1933. Jacqueline Brazier, Jacotte pour ses amis, entend préserver son...
Mardi 20 décembre 2016 Créateur infatigable de grands spectacles jouissifs et épatants, Laurent Pelly trouve avec cet Oiseau vert de Gozzi une fable à sa mesure sans toutefois éviter quelques lourdeurs.
Mardi 22 novembre 2016 La première partie de l’indispensable œuvre de Costa-Gavras est à redécouvrir en DVD. Et l’homme, prodigieux d’humanité comme d’humilité, à rencontrer.
Mardi 5 avril 2016 Magnétique, la comédienne Anna Mouglalis, habituée des plateaux de cinéma pour des films plus (Mammuth, Gainsbourg (vie héroïque)) ou moins réussis (J’ai toujours (...)
Mercredi 10 février 2016 De Alain Gsponer (Sui, 1h50) avec Anuk Steffen, Bruno Ganz, Quirin Agrippi…
Mardi 15 décembre 2015 Très loin de se limiter à une chronique de l’anorexie — trouble qu’il décrit par ailleurs avec une admirable pudeur — le premier long métrage de Sanna Lenken capte de l’enfance une infinité de nuances. Sensible, et sans sensiblerie.
Mardi 8 septembre 2015 ​Avec Costa-Gavras, plus d’un demi-siècle d’images et d’histoire nous saisissent. L’institut Lumière lui rend hommage par une rétrospective, une exposition et deux soirées en son indispensable présence.
Samedi 18 juillet 2015 De Catherine Corsini (Fr, 1h45) avec Cécile De France, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky…
Mardi 23 juin 2015 Val est femme de ménage pour une famille bourgeoise de Sao Paulo, avec qui elle habite vingt-quatre heures sur vingt-quatre ; elle est même devenue (...)
Mardi 16 juin 2015 Peter Strickland met en scène une fable sado-masochiste au féminin comme un rituel répétitif et fétichiste, faisant écho à sa propre cinéphilie mais aussi à son goût pour les récits clos à tous les sens du terme : un exercice fascinant et, presque...
Mercredi 3 juin 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.
Mardi 5 mai 2015 Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : la release party du numéro 100 du magazine "Hétéroclite" au Lavoir, Tolouse Low Trax au Terminal et la label night Moonrise Hill Material au Sucre. Benjamin Mialot
Mardi 7 avril 2015 De Denis Dercourt (Fr, 1h30) avec Albert Dupontel, Cécile De France…
Mardi 10 mars 2015 Marjane Satrapi s’exile aux États-Unis pour s’approprier une commande de film d’horreur à petit budget qu’elle transforme en comédie sanglante et cinglante à l’esprit très 80’s. Sympathique même si l’affaire peine à tenir la longueur. Christophe...
Mardi 24 février 2015 De Jean-Jacques Annaud (Chine-Fr, 2h) avec Feng Shaofeng, Shawn Dou…
Mardi 15 avril 2014 Dans l’excellent magazine SoFilm, Maroussia Dubreuil se pose chaque mois cette question : «Doit-on tourner avec son ex ?». L’Institut Lumière la (...)
Vendredi 29 novembre 2013 De Philippe Garrel (Fr, 1h17) avec Louis Garrel, Anna Mouglalis…
Vendredi 29 novembre 2013 De Cédric Klapisch (Fr, 1h54) avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France…
Mercredi 6 novembre 2013 Hannah Reid n'a pas les cheveux turquoise, a dépassé l'âge de la majorité sexuelle et n'a jamais déclaré que le poireau était son légume préféré. Hanna Reid, en somme, (...)
Lundi 16 septembre 2013 Dix expositions à ne pas rater cette saison. Où l'on apprendra que les artistes figent l'eau de la Saône, passent le permis moto, trompent l'oeil parmi des friches, lisent Virginia Woolf, retournent angoissés en enfance ou bien encore résument en...
Jeudi 11 juillet 2013 Visage de déesse grecque et crinière de gorgone folk, Valerie June charrie par la seule grâce de sa voix, un univers rempli de disques sans âge et de bêtes du Sud sauvage. A la croisée des chemins entre Dolly Parton et gospel ensorcelleur. Stéphane...
Jeudi 11 juillet 2013 Au milieu d'une tournée dantesque dans la droite ligne du tellurique "Kveikur", les Islandais ascensionnels et sensationnels de Sigur Rós entendent bien, en quasi clôture des Nuits de Fourvière, faire trembler le Théâtre antique. Stéphane Duchêne
Mercredi 10 juillet 2013 De Denis Dercourt (Fr, 1h16) avec Anna Juliana Jaener, Matthieu Charrière…
Mercredi 3 juillet 2013 Quand la prouesse physique et technique est au service d’une histoire simple et racontée sans filtre, cela donne Pour le meilleur et pour le pire, (...)
Lundi 1 juillet 2013 Dans le cadre des Nuits de Fourvière et pour célébrer ses trente ans, le Cirque Plume investit le Parc de Parilly durant un mois avec "Tempus fugit ?", une décevante succession de numéros sans âme ni génie. Nadja Pobel
Vendredi 28 juin 2013 La folie douce ne semble pas décidée à déserter, après trente-quatre ans de carrière, la musique des forts bien nommés Madness, increvables figures de proue du ska britannique – et mondial. Pas plus que l'enthousiasme ne menace de quitter une...
Mardi 18 juin 2013 Sous la voûte céleste de Fourvière, Nick Cave et ses mauvaises graines vont tenter, le 27 juillet, de repousser les limites du ciel aux commandes d'un album bouleversant : le bien nommé "Push the Sky Away". Stéphane Duchêne
Vendredi 14 juin 2013 Amateurs d'old time music, cette discipline qui plante ses racines dans les collines des Appalaches, collectionneurs de 78 tours, de murder ballads et (...)
Mercredi 12 juin 2013 Le Comoedia s'associe aux Nuits de Fourvière et à l'INA pour présenter Anna (séance unique), de Pierre Koralnik avec Anna Karina, Jean-Claude Brialy, Marianne (...)
Vendredi 7 juin 2013 Du Spanish Harlem Orchestra à Marc Ribot en passant par le cintré Kid Creole, ce sont trois facettes de la très vivace tradition latino de New-York qu'entendent nous faire découvrir les Nuits de Fourvière. Stéphane Duchêne

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !