Classique chic

Le cinéma de patrimoine, par-delà le festival Lumière, va-t-il devenir le prochain enjeu de l’exploitation lyonnaise ? En attendant d’aller voir de plus près ce qui se passe en la matière, revue des classiques à l’affiche dans les mois à venir et focus sur l’intégrale Desplechin proposée au Cinéma Lumière en septembre. Christophe Chabert

Le succès du festival Lumière aurait-il aiguisé les appétits ? Toujours est-il qu’il semble désormais certain que l’exploitation lyonnaise, saturée de multiplexes et peinant à trouver une solution à ce qu’il faut bien appeler le "blocage Moravioff", qui laisse les CNP dans une situation de précarité extrême, empêchant ainsi une exploitation décente pour l’ensemble du cinéma d’art et essai, regarde de près ce qui se passe sur le terrain du cinéma de patrimoine. UGC Ciné Cité Confluence et le Comoedia ont développé tout l’été une politique de programmation de classiques — parfois incongrus du côté de chez UGC, comme Trois femmes de Robert Altman — et Plein soleil a eu droit à une exposition sur les écrans comme on n’en avait pas vu depuis longtemps pour un film tourné il y a près de soixante ans !

L’Institut Lumière et Thierry Frémaux n’ont jamais caché leur envie de donner un petit frère à leur cinéma Lumière de la rue du Premier film, d’autres circuits semblent regarder de près l’évolution de ce nouveau marché. Qui aurait parié que le patrimoine cinématographique allait devenir à la mode ? L’engouement pour les versions restaurées de La Grande illusion ou de La Porte du Paradis ont prouvé qu’il y avait en tout cas une attente réelle du côté du public — fut-elle exceptionnelle et liée à des films vraiment mythiques.

Esprit de collection

Pionnier en la matière, le GRAC, qui regroupe un réseau de salles indépendantes, à Lyon et dans sa (très grande) périphérie, a développé ainsi un cycle baptisé Ciné-Collection : un film chaque mois qui voyage d’un écran à l’autre, tiré du répertoire et généralement très recommandable. La saison débute avec… Plein soleil, qu’on ne présente plus car on l’a déjà longuement présenté. Elle se poursuivra avec une rareté, sans doute un des meilleurs films espagnols tournés durant la période franquiste : Mort d’un cycliste de Juan Antonio Bardem, qui ressemble à du Chabrol filmé par Orson Welles, brassant avec dextérité intrigue policière, mélodrame et critique sociale. Très éclectique, la Ciné-Collection enchaînera ensuite avec l’inestimable Voyage à Tokyo de Ozu, bouleversante évocation du dernier âge de la vie, puis Docteur Jerry et Mister Love, le film le plus célèbre de Jerry Lewis où il s’offre une variation burlesque autour de Jekyll et Hyde. Enfin, inratable parmi les inratables, la version restaurée de Voyage au bout de l’enfer de Cimino conclura cette première moitié de saison. Que dire sinon que ce film-là tirerait des larmes même au plus insensible des spectateurs et que sa construction audacieuse, son évocation du trauma vietnamien et sa mise en scène à la fois ample et toujours à hauteur d’hommes en font un monument du cinéma américain ?

Des monuments, il y en aura aussi du côté du cinéma Lumière, avec cinq Hitchcock en copies neuves, qui vont de l’incontournable Vertigo au roué L’Homme qui en savait trop, dans ses deux versions, l’Anglaise de 1934 et l’Américaine de 1956 — comme quoi, non seulement on a toujours remaké à Hollywood, mais à une époque, c’était les cinéastes eux-mêmes qui refaisaient leurs films ! En plus du sidérant Désert des tartares et de l’intimidante Fille de Ryan de David Lean, tous deux déjà évoqués dans nos colonnes, Lumière proposera la copie restaurée de L’Arnaqueur de Robert Rossen, avec Paul Newman dans le rôle de Fast Eddie, vrai pro du billard se faisant passer, à ses risques et périls, pour un débutant afin d’entuber les joueurs alentour. Newman reprendra le rôle des années plus tard sous la direction de Martin Scorsese pour le mineur mais plaisant La Couleur de l’argent — comme quoi, les suites ne datent pas d’hier à Hollywood mais, à une époque, les plus grands cinéastes les réalisaient.

Un mois avec Desplechin

Le vrai gros morceau de la rentrée, c’est l’intégrale Arnaud Desplechin durant tout le mois de septembre au Cinéma Lumière. Alors que sort son très beau Jimmy P. le 11 septembre (et qu’il viendra le présenter en avant-première à Lumière le dimanche 8), un film où il a choisi de s’aventurer vers de nouveaux horizons (géographiques et historiques, puisqu’il se déroule dans l’Amérique des années 50, mais aussi esthétiques, le film assumant un classicisme inattendu et presque eastwoodien), il faut revenir sur ce qui a fait le style Desplechin, parfois moqué, mais souvent imité aussi.

De La Sentinelle, étonnant film d’espionnage métaphysique, jusqu’à Un conte de Noël, où il regarde les nœuds familiaux comme des cellules malades d’un grand corps bien vivant, c’est toujours un jeu entre l’esprit et la chair, entre la pensée et l’action, que son cinéma met en scène.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 29 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie de Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres. Quitte à...
Mercredi 8 juillet 2020 Généalogie d’une histoire d’amour entre deux garçons à l’été 85 qui débouchera sur un crime. François Ozon voyage dans ses souvenirs et lectures d’ado et signe son Temps retrouvé. Sélection officielle Cannes 2020.
Mardi 18 février 2020 (À lire à haute voix, façon Stéphane de Groodt) « —Prenons les paris, ce sera Roubaix. —Quoi donc ? —Le César, à Paris le 28 février. —Sauf si Ly l'a, (...)
Mardi 15 octobre 2019 En un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, les superproductions en 70mm et les grands classiques passaient à 20h30 sur les six chaînes hertziennes… mais plus dans les salles. Le point commun de ces films ? L’immensité au...
Mardi 20 ao?t 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Mardi 28 mai 2019 Juin étant à la fois le mois de la Fête de la Musique et celui de la Fête du Cinéma, les salles du réseau du Grac ont fait coup double avec leur dernière (...)
Mardi 9 mai 2017 Dans son Voyage à travers le cinéma français, Bertrand Tavernier révèle que son premier souvenir de cinéma se rattache à la vision de Dernier Atout (1942) de (...)
Mardi 11 avril 2017 Après 32 mois de travaux, la gare de Grenoble a retrouvé clarté et praticité le 14 février dernier. Au pied des montagnes, flanquée de son indispensable gare routière flambant neuve pour partir à l'assaut des cols, découverte de cette gare – pardon...
Mardi 19 mai 2015 Paul Dédalus, les jeunes comédiens, Roubaix, Mathieu Amalric et l’appétit pour les autres : le cinéaste Arnaud Desplechin aborde avec nous les grands sujets de son œuvre et de son dernier film, le sublime "Trois souvenirs de ma jeunesse". Propos...
Mardi 19 mai 2015 Conçu comme un prequel à "Comment je me suis disputé...", le nouveau et magistral film d’Arnaud Desplechin est beaucoup plus que ça : un regard rétrospectif sur son œuvre dopé par une énergie juvénile, un souffle romanesque et des comédiens...
Mardi 17 mars 2015 À cause d’une imposture littéraire devenue succès de librairies, un jeune auteur est entraîné dans une spirale criminelle ; Yann Gozlan signe une réussite inattendue du thriller hexagonal, avec un Pierre Niney excellent en héros négatif. Christophe...
Mardi 2 septembre 2014 La rentrée cinéma, c’est aussi celle du cinéma de patrimoine. Et il y en a partout : à l’Institut Lumière, chez UGC, dans les salles du GRAC… Du rare, du classique, des incontournables : que du bon ! Christophe Chabert
Mardi 1 avril 2014 Depuis sa réouverture, Écully cinéma multiplie les initiatives réjouissantes, notamment autour d’une thématique audacieuse mariant musique et cinéma. Cette (...)
Mardi 4 février 2014 Un coffret DVD regroupant l’intégrale de son œuvre, une biographie, la réédition de ses nouvelles inédites et la ressortie en salles d’une partie de ses (...)
Mercredi 11 septembre 2013 Rencontre avec Arnaud Desplechin autour de son dernier film, «Jimmy P.» et des nombreux échos qu’il trouve avec le reste de son œuvre, une des plus passionnantes du cinéma français contemporain. Propos recueillis par Christophe Chabert
Mercredi 4 septembre 2013 Changement d’époque et de continent pour Arnaud Desplechin : dans l’Amérique des années 50, un ethnologue féru de psychanalyse tente de comprendre le mal-être d’un Indien taciturne. Beau film complexe, Jimmy P. marque une rupture douce dans l’œuvre...
Jeudi 4 juillet 2013 Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil (...)
Vendredi 14 juin 2013 Le retour sur les écrans, dans une copie restaurée à pleurer de beauté, du Désert des tartares, film maudit qui marque à la fois le point d’orgue et le point (...)
Dimanche 29 janvier 2012 La synergie entre Positif et l’Institut Lumière, devenue co-éditrice de cette excellente revue, continue avec la nouvelle programmation de la rue du (...)
Vendredi 25 mars 2011 Film du mois dans la Ciné-collection du GRAC, "Le Feu follet" de Louis Malle (à qui l’Institut Lumière rendra aussi hommage ce trimestre) est un magnifique portrait de son acteur, Maurice Ronet, aussi énigmatique que mésestimé. Christophe Chabert
Mercredi 21 mai 2008 Avec cette tragi-comédie familiale aux accents mythologiques, Arnaud Desplechin démontre à nouveau qu’il est un immense cinéaste, entièrement tourné vers le plaisir, le romanesque et le spectacle. Christophe Chabert
Mardi 30 novembre 1999 Arnaud Desplechin, cinéaste, conclut l'année en beauté avec son film le plus abouti, "Rois et reine". Propos recueillis par Christophe Chabert et Emmanuel Alarco
Mardi 30 novembre 1999 Arnaud Desplechin creuse la veine romanesque de son cinéma avec ce double récit aux connexions discrètes où cohabitent tragédie et comédie, fantaisie et rigueur, pur plaisir de la mise en scène et virtuosité du langage. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !