Gare du Nord

Gare du Nord
De Claire Simon (Fr, 1h59) avec Nicole Garcia, Reda Kateb...

Claire Simon tente une radiographie à la fois sociologique et romanesque de la gare du nord avec ce film choral qui mélange documentaire et fiction. Hélas, ni le dialogue trop écrit, ni les récits inventés ne sont à la hauteur de la parole réelle et des vies rencontrées… Christophe Chabert

Pensant probablement le naturalisme en bout de course pour raconter le monde contemporain, deux réalisatrices tentent en cette rentrée de faire se croiser réalité documentaire et fiction intime. Si Justine Triet avec sa Bataille de Solférino s’en tire grâce à l’élan vital débraillé qui irrigue sa fiction, le dispositif de Gare du Nord échoue à hisser le romanesque à la hauteur de la réalité.

Il y a d’abord un prétexte très artificiel véhiculé par le personnage de Reda Kateb, étudiant en sociologie faisant une thèse sur la gare du Nord comme «place du village global», justification scénaristique facile pour le montrer abordant commerçants et usagers. Ensuite, la structure chorale du film, avec ses trois histoires entremêlées — une femme malade tombe amoureuse d’un homme plus jeune qu’elle, un père cherche sa fille fugueuse, une agent immobilière ne supporte pas d’être séparée de son mari et de ses enfants — paraît là aussi dictée par une intention trop appuyée, celle de faire se croiser dans un microcosme à la fois unique et mondialisé des destins singuliers. Que Claire Simon ait recours à un procédé devenu éculé pour souligner une idée déjà martelée dans le dialogue traduit l’excès de théorie qui pèse sur l’ensemble du film.

Caméra pas assez cachée

C’est en fin de compte quand la cinéaste revient à ses racines de documentariste que Gare du Nord trouve sa raison d’être. Les inconnus qui témoignent de leur passé et de leur activité présente — un ancien dealer reconverti dans la vente de fringues, un Népalais en exil tenant un kiosque de bonbons, un agent de sécurité relatant les tentatives des migrants pour rejoindre l’Angleterre clandestinement en Eurostar — font résonner une parole d’une sauvage authenticité, et magnétisent littéralement le regard par leur présence physique.

Avec eux, le film réalise son projet : dire le monde et ses flux depuis les coursives souterraines d’un lieu de transit. Mais cette parole et ces corps d’une criante vérité rendent d’autant plus faibles les enjeux dramatiques et faux le texte écrit pour les acteurs. Exemplairement, à deux reprises, François Damiens est reconnu comme François l’embrouille, à qui on demande s’il n’est pas en train de faire une de ses caméras cachées. Même si le film tente de se rattraper en greffant une séquence (ratée) avec son agent, le mal est fait : Damiens n’arrive jamais à rendre crédible son personnage, et la réaction des "vrais gens" à l’écran sonne comme un écho à celle du spectateur, qui reste désespérément sur le quai de la fiction.

Gare du Nord
De Claire Simon (Fr, 1h59) avec Nicole Garcia, Reda Kateb, François Damiens…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 11 février 2020 Le combat de personnages pour pouvoir survivre après la défection de leur public épouse celui d’un père pour rester dans le cœur de sa fille. Beau comme la rencontre fortuite entre Princess Bride et une production Pixar dans un film d’auteur...
Mardi 2 juillet 2019 Enseignant français exilé au Québec, Georges le taciturne vit avec son épouse à la campagne. Un jour, il surprend un gamin déscolarisé fouillant leur maison, Zack. Georges va jeter son dévolu sur cet ado un brin pervers et tenter de lui faire...
Mercredi 26 juin 2019 Sophia vient de soutenir sa thèse et devant elle s’ouvre : le vide. Sans emploi ni relation sentimentale (mais enceinte d’un amant passé), elle squatte chez son frère Karim. Quand elle se résout à l’IVG, Karim flashe sur la gynéco. Les sentiments...
Mardi 23 mai 2017 À l’occasion de la rétrospective de l’intégrale de son œuvre de cinéaste, Nicole Garcia fait escale au Lumière Terreaux afin de présenter son adaptation du (...)
Mardi 1 septembre 2015 La vérité fait parfois mal à entendre : Dieu est misanthrope, sadique et résident bruxellois. S’épanouissant dans la création de catastrophes, ce pervers se (...)
Mardi 16 décembre 2014 Bons sentiments à la louche, pincée d’humour trash, mise en orbite d’une star de télé-crochet, célébration de l’art de Michel Sardou, regard pataud sur le handicap, populisme facile : Eric Lartigau signe un film dans l’air moisi du temps, qui donne...
Mardi 4 février 2014 De Nicole Garcia (Fr, 1h35) avec Pierre Rochefort, Louise Bourgoin, Déborah François…
Vendredi 13 décembre 2013 François Damiens, comédien belge adopté par le cinéma français, doublement à l’affiche du plaisant "Je fais le mort" et du magnifique "Suzanne", est passé en six ans de "sorti de nulle part" à "présent partout", sans dévier de ses principes et de...
Mercredi 11 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...
Mardi 3 décembre 2013 De Jean-Paul Salomé (Fr-Belg, 1h42) avec François Damiens, Géraldine Nakache, Lucien Jean-Baptiste…
Mercredi 4 septembre 2013 De Serge Bozon (Fr, 1h46) avec Isabelle Huppert, François Damiens, Sandrine Kiberlain…
Vendredi 16 décembre 2011 De David et Stéphane Foenkinos (Fr, 1h48) avec Audrey Tautou, François Damiens…
Jeudi 23 juin 2011 De Pascal Rabaté (Fr, 1h20) avec Jacques Gamblin, Maria De Medeiros, François Damiens…
Mardi 7 juin 2011 De Katia Lewkowicz (Fr, 1h39) avec Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia…
Lundi 13 décembre 2010 De Nicole Garcia (Fr, 1h45) avec Jean Dujardin, Marie-Josée Croze…
Vendredi 31 octobre 2008 De Claire Simon (Fr, 2h) avec Nathalie Baye, Michel Boujenah…
Jeudi 25 septembre 2008 Début cette semaine de la troisième édition du festival Hors-écran, qui fait preuve d’une ambition raisonnable mais sérieuse, entre patrimoine et découverte de films inédits. Christophe Chabert
Mercredi 12 décembre 2007 François Damiens, acteur, star de la télé belge, découvert dans Dikkenek et OSS 117, montre dans Cow-boy qu'il est surtout un comédien subtil et émouvant. Christophe Chabert
Mercredi 12 décembre 2007 Après Les Convoyeurs attendent, Benoît Mariage retrouve Benoît Poelvoorde pour une nouvelle comédie douce-amère ; la comédie est ratée, mais valorise la peinture attachante et jamais méprisante des petites gens belges. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !