Blue Jasmine

Blue Jasmine
De Woody Allen (ÉU, 1h38) avec Alec Baldwin, Cate Blanchett...

Aussi surprenant que "Match point" en son temps dans l’œuvre de Woody Allen, "Blue Jasmine" est le portrait cruel, léger en surface et tragique dans ses profondeurs, d’une femme sous influence, une Cate Blanchett géniale et transfigurée. Christophe Chabert

Le titre du dernier Woody Allen est en soi un formidable puzzle : Jasmine, son héroïne, possède entre autres lubies une passion monomaniaque pour la chanson Blue Moon. Mais c’est aussi son état d’esprit lorsque le film commence : bluesy et déprimée suite à la rupture avec son mari, sorte de Bernie Madoff ruiné par la crise financière. Elle, la femme entretenue, rumine à voix haute sa déconvenue : elle doit quitter son standing new-yorkais pour s’installer chez sa sœur prolo à San Francisco.

Il y a peut-être un dernier sens derrière ce Blue-là : Jasmine semble débarquer de nulle part, out of the blue, ou du moins la savante construction dramatique du film laisse un noir — ou un bleu — sur un passé qu’elle rabâche mais qu’elle est peut-être surtout en train de réinventer. Car dans la première partie du film, Jasmine est une victime, femme bafouée que ce déclin entraîne au bord de la folie et qui cherche à tout prix à retrouver sa dignité mais surtout son rang, cette place sociale qu’elle estimait avoir durement conquise.

Petits arrangements avec soi-même

La question de la lutte des classes n’est pas neuve chez Allen ; mais elle prend ici un tour singulier car elle est annexée à la personnalité de Jasmine, qui méprise sa sœur et son nouvel amant car ils lui renvoient l’image de ce qu’elle ne veut pas (re)devenir. Là où le héros criminel et dostoievskien de Match point s’en remettait au hasard pour espérer conserver ses nouveaux privilèges, Jasmine cherche au contraire à tout contrôler, gommant les traces encombrantes d’un passé douloureux et préparant un futur radieux au prix de gros arrangements avec la vérité.

Ce qu’Allen réussit, c’est à déployer ce fond particulièrement sombre et quasi-Bergmanien sans jamais sombrer dans le tragique. Le film avance avec allégresse, légèreté et vivacité, ne rendant que plus cruel le moment de la révélation finale. Cette réussite, le cinéaste la doit beaucoup à son actrice, Cate Blanchett, impressionnante. Blanchett arrive à incarner les deux facettes de Jasmine — la folie douce et la folie pure — dans un même mouvement de nervosité inquiète, faisant exister physiquement sa capacité à l’auto-persuasion. Elle aussi paraît se perdre dans le bleu — que ce soit les bleus à l’âme de son personnage ou le trompeur bleu du ciel du formidable dernier plan.

Blue Jasmine
De Woody Allen (ÉU, 1h38) avec Cate Blanchett, Sally Hawkins, Alec Baldwin…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 19 janvier 2016 Un nouveau rendez-vous mensuel cinématographique voit le jour, et c’est l’université Lyon 2 qui en accouche — plus précisément l’association Mise en Fil, portée (...)
Mercredi 2 octobre 2013 Pendant solaire de son précédent "Vénus Noire", "La Vie d’Adèle" est pour Abdellatif Kechiche l’opportunité de faire se rencontrer son sens du naturalisme avec un matériau romanesque qui emmène son cinéma vers de nouveaux horizons poétiques. Ce...
Jeudi 22 ao?t 2013 Alors que la rentrée cinéma est majoritairement dominée par des cinéastes entre 40 et 60 ans, deux octogénaires vont surprendre par la vigueur de leurs derniers opus, aussi inattendus que flamboyants de maîtrise : Woody Allen avec "Blue Jasmine" et...
Mercredi 4 juillet 2012 Poursuivant son exploration des métropoles européennes après Londres, Barcelone et Paris, Woody Allen se montre bien peu inspiré face à Rome, se contentant d’un poussif récit multiple où tout sent la fatigue et le réchauffé, à commencer par sa...
Mardi 28 septembre 2010 Crise matrimoniale, peur de la vieillesse, stérilité créative, folie douce et raison forcenée : Woody Allen retrouve le plaisir des récits gigognes dans cette excellente comédie hantée par la gravité. Christophe Chabert
Mardi 27 janvier 2009 Avec "L’Étrange histoire de Benjamin Button", David Fincher confirme le virage «classique» amorcé avec "Zodiac". Derrière le beau catalogue d’images numériques et les grands sentiments, le film surprend par son obsession à raconter le temps qui...
Mardi 30 septembre 2008 En visite à Barcelone, Woody Allen propose une nouvelle variation, faussement convenue, autour de ses thèmes favoris : le couple et la fatalité culturelle. Christophe Chabert
Mercredi 5 décembre 2007 I'm not there : le titre d'une chanson de Dylan, mais aussi le premier rébus d'un film à clé particulièrement bien verrouillé... I'm not her, I'm not he, I'm (...)
Mercredi 19 janvier 2005 Interview / Avec Melinda et Melinda, son 36e film, Woody Allen tente un grand pont théorique. Comme il y a 15 ans avec Crimes et Délits, il fait cohabiter comédie et tragédie dans une même fiction. Le résultat, mineur mais séduisant, montre un Woody...
Mercredi 19 janvier 2005 Rétro / Avec Melinda et Melinda, Woody Allen s'offre une récréation théorique qui jette un éclairage nouveau sur son œuvre, longtemps admirée, récemment décriée. À contre-courant de la production américaine, elle mérite qu'on s'y replonge, au moment...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !