Rush

Rush
De Ron Howard (ÉU-All-GB, 2h03) avec Chris Hemsworth, Daniel Brühl...

Autour de la rivalité entre Niki Lauda et James Hunt, Ron Howard surprend en signant un film à la fois efficace et discret où, par-delà l’affrontement sportif, l’important est de se trouver un meilleur ennemi. Christophe Chabert

Pour toute une génération, Niki Lauda est ce champion de Formule 1 autrichien défiguré après un accident spectaculaire, un visage monstrueux autant qu’une légende de son sport. Diverses plaisanteries pas très fines ont achevé d’en faire un mythe, et Rush en ajoute une dernière, accessible au seul public français, en faisant incarner le coureur par l’excellent Daniel Brühl… Cette transformation est le pivot dramatique du film de Ron Howard, son climax un peu obscène — les scènes d’hôpital ne sont pas du meilleur goût en termes de mise en scène — mais c’est aussi là que se joue sa séduisante alliance d’efficacité et de subtilité.

Rush n’est pas exactement une bio filmée de Lauda, du moins est-elle couplée à une autre consacrée à son rival sportif et intime, l’Anglais James Hunt — très bon Chris Hemsworth, qui Thor ici le cou à ses détracteurs. La première partie pose leur antagonisme : Lauda est cérébral, impassible et pas très glamour, mais sa science de la mécanique et de la conduite le rendent imbattable sur les circuits ; Hunt est impulsif, dragueur, fêtard, beau gosse et, malgré ses audaces en course, il finit fréquemment dans le fossé ou dans la posture de l’éternel challenger. L’opposition culturelle n’est jamais loin du cliché pur et simple — la rigueur germanique contre la décadence british — mais cette superficialité est avant tout une distraction, aux deux sens du terme : divertissement et diversion.

Volte-face

Rush fonce ainsi droit au but, aussi rapide et vrombissant que les bolides des deux coureurs, refusant toute digression pour se concentrer entièrement sur son enjeu principal. Le film est d’abord rythmé par la succession des grands prix et par les amours de chacun des protagonistes — mariage raté côté Hunt avec une it girl anglaise, réussi côté Lauda avec une bourgeoise autrichienne. L’accident vient dérégler la mécanique bien huilée du récit en y faisant entrer une dimension insoupçonnée ; la disgrâce physique de Lauda est pour lui un accomplissement.

Comme s’il fallait qu’il aille à l’extrême de son rôle de double inversé de Hunt, ce visage abîmé devient le reflet du désir monstrueux qui les a tous deux animés : vaincre l’autre pour l’humilier. Ce qui entraîne prise de conscience d’un côté, culpabilité de l’autre, mais qui ouvre la porte à une pointe de mélancolie : s’il faut avoir un meilleur ennemi pour exister, que reste-t-il d’autre que de la tristesse si celui-ci vient à disparaître ?

Rush
De Ron Howard (ÉU, 2h03) avec Daniel Brühl, Chris Hemsworth…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 2 septembre 2016 Cela fait à présent quelques années que les cinémas ont gagné en polyvalence en s’ouvrant à toutes les formes de spectacles vivants (opéra, danse, théâtre, musique), (...)
Mardi 5 avril 2016 de Zaza Urushadze (Est/Geo, 1h26) avec Lembit Ulfsak, Elmo Nüganen, Georgi Nakashidze…
Mercredi 7 octobre 2015 Dites aux filles qu'il est de retour en ville. 20 ans de carrière, 10 albums, le moral toujours dans les chaussettes, l'échalas suédois, 46 ans, est toujours là et bien là, cachant derrière un masque de lassitude fait de chausse-trappes esthétiques...
Mardi 17 mars 2015 Ce devait être le grand retour de Michael Mann après le décevant "Public Enemies", mais ce cyber-thriller ne fait oublier un scénario aux enjeux dramatiques faibles et aux personnages superficiels que lors de ses scènes d’action époustouflantes et...
Mardi 6 janvier 2015 Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Max Cooper au Sucre, Dasha Rush et Randomer au Club Transbo et Milton Bradley à la Plateforme. Benjamin Mialot
Mardi 15 avril 2014 Giuseppe Ternatore, le réalisateur de "Cinema Paradiso", s’engouffre dans une production à visée culturelle internationale qui séduit par son storytelling efficace et déçoit par son absence d’émotion et la sagesse compassée de sa mise en...
Mardi 25 mars 2014 Des salles remplies, des films rares, des invités prestigieux : l’Institut Lumière a pleinement réussi ses premières Rencontres sport, cinéma et littérature. Retour sur cette manifestation qui s’est tenue du 16 au 19 mars et sera reconduite en...
Mardi 11 mars 2014 Inatteignable surhomme ou trop banal humain, le sportif est une figure mythique qui, loin de n’occuper que les journalistes et les fans, est aussi le sujet de nombreux films et livres. En consacrant un week-end au sport, l’Institut Lumière place...
Samedi 2 novembre 2013 Écrit n’importe comment et sans aucune ligne artistique, ce nouveau Thor est sans doute ce que les studios Marvel ont fait de pire. Mais est-ce vraiment du cinéma, ou seulement de la télévision sur grand écran ? Christophe Chabert
Mardi 8 octobre 2013 De David Soren (ÉU, 1h36) animation
Vendredi 27 septembre 2013 La cassette audio fêtait il y a peu ses 50 ans. L'occasion de souligner le regain d'intérêt que lui témoignent non seulement les mélomanes les plus avertis (...)
Vendredi 30 mars 2012 Festival Reperkusound / Sept, comme les sept jours de la Création. Sept, comme les sept merveilles du monde. Sept, comme le pH de l'eau pure. Sept, (...)
Mardi 3 mai 2011 De Ron Howard (ÉU, 1h51) avec Vince Vaugh, Kevin James…
Mercredi 20 avril 2011 De Kenneth Branagh (ÉU, 1h54) avec Chris Hemsworth, Natalie Portman…
Mercredi 26 janvier 2011 De Tom Hooper (Ang-Austr-ÉU, 1h58) avec Colin Firth, Geoffrey Rush, Helena Bonham Carter…
Mercredi 24 octobre 2007 de Brett Ratner (ÉU, 1h30) avec Jackie Chan, Chris Tucker...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter