Gravity

Gravity
D'Alfonso Cuarón (ÉU-GB, 1h30) avec Sandra Bullock, George Clooney...

En propulsant le spectateur en apesanteur aux côtés d’une femme perdue dans l’immensité sidérale, Alfonso Cuarón ne réussit pas seulement une révolution technique, mais donne aussi une définition nouvelle de ce qu’est un film d’auteur. Et marque une date dans l’Histoire du cinéma. Christophe Chabert

Le silence, la Terre, et un panoramique excessivement lent, comme si la caméra elle-même flottait dans l’espace. On distingue ensuite une silhouette lointaine dans un scaphandre, tournant autour d’une station spatiale arrimée au satellite Hubble, en cours de réparation. Mission de routine pour ces astronautes américains ; l’un, Matt Kowalsky, chevronné et effectuant sa dernière sortie — un Georges Clooney égal à lui-même, c’est-à-dire dans un professionnalisme hawksien et une décontraction absolue — l’autre, Ryan Stone, passant pour la première fois du laboratoire aux travaux pratiques dans l’immensité spatiale — Sandra Bullock, fabuleuse, transmuée par un rôle qui la pousse vers une gamme complète d’émotions.

D’ailleurs, durant cette introduction déjà furieusement immersive, le dialogue, remarquablement écrit, cherche une simplicité que l’on retrouvera dans la ligne claire de son récit et relève du badinage ordinaire ; Stone supporte mal le tangage lié à l’apesanteur, Kowalsky raconte des histoires sur sa jeunesse et sa femme, un troisième astronaute s’amuse à faire des pirouettes et Houston — Ed Harris, une voix sans visage — guide la mission en se mêlant aux plaisanteries de Matt.

Alfonso Cuarón offre alors un ballet élégant de corps délestés de toute gravité, dans leurs mouvements comme dans leur expression, évoluant dans un décor sans limite que la caméra de son fidèle chef opérateur Emmanuel Lubezki explore à 360 degrés, libre elle aussi. Puis vient l’incident : les débris d’une station spatiale russe se dirigent vers l’équipage et menacent de causer des dégâts catastrophiques.

Peur primaire et cri primal

Il faut préciser que durant ces 15 premières minutes qui passent de la sidération à la terreur, Cuarón ne pratique aucune coupe de montage : c’est un plan-séquence stupéfiant qui enfonce ce que le cinéaste avait réussi dans son déjà impressionnant Les Fils de l’homme. Cette quête du plan unique et du temps réel est exceptionnelle techniquement, mais elle fonde surtout l’approche du cinéaste face à son sujet : un réalisme absolu fondé sur une suspension d’incrédulité complète du spectateur, qui oublie la fabrication du film pour vivre intensément l’expérience qu’on lui propose.

D’ailleurs, Gravity n’est pas, contrairement aux apparences, un film de science-fiction ; c’est une fiction se déroulant de nos jours dans l’espace. Cuarón ne fait jamais appel à l’anticipation ni, conséquence logique de sa démarche, à la transcendance métaphysique telle que Kubrick l’a envisagée dans 2001. Le réalisme de Gravity vise aussi à s'approcher de l’essence des émotions humaines les plus primaires : effroi, désespoir, deuil et, visée ultime de l’édifice, sensation de renaissance. Car si Ryan Stone s’enfonce dans le cosmos en puisant dans ses ultimes réserves d’oxygène, sa dérive et son asphyxie avaient commencé longtemps avant, sur Terre, dans sa voiture, le long d’une route où elle tentait d’oublier la mort de sa fille.

La richesse visuelle de Gravity tient ainsi autant à sa manière de repousser les frontières figuratives du spectacle qu’à sa capacité à faire surgir un sous-texte de la matière même de ses images : c’est ce cordon ombilical qui relie Stone et Kowalsky, ce moment où Stone, enfin à l’abri dans un Soyouz russe, se dépare de sa combinaison et s’endort brièvement dans une position fœtale, ou encore cette séquence, bouleversante, où elle laisse couler des larmes qui vont à leur tour flotter dans l’espace comme des gouttes de rosées en lévitation.

Unique

En cela, non seulement Cuarón redéfinit en profondeur l’idée admise du blockbuster, livrant un cas unique de prototype achevé, ouvrant une brèche tout en y installant un monde abouti, mais il prolonge surtout les thèmes les plus personnels de sa filmographie. À savoir, l’idée que la femme est l’avenir de l’homme, puissance créatrice dotée d’un instinct de vie et source d’un espoir fondateur. La MILF atteinte d’un cancer qui choisissait d’effectuer un dernier road trip avec deux ados dans Y tu mama tambien et la jeune noire qui se découvrait première femme enceinte de l’humanité depuis 18 ans dans Les Fils de l’homme, sont les deux précédents visages de Ryan Stone.

Dans un ultime tour de force, Cuarón synthétise tout cela par un nouveau plan séquence admirable, mais nettement plus discret : il y fait descendre son héroïne aux confins de la solitude et du renoncement, pour ensuite lui donner la force de chercher une dernière issue pour survivre. Pour passer de l’un à l’autre, Cuarón prend un risque, celui de briser une fois, une seule, la stricte vraisemblance des événements qu’il décrit. Mais c’est justement par le continuum temporel, cette loi du plan unique qui, soudain, n’est plus un gage de réalisme mais une ouverture vers l’onirisme, qu’il parvient à hisser Gravity encore au-dessus de ses précédents chefs-d’œuvre.

Cuarón réconcilie ainsi les frères Lumière et Georges Méliès, L’Arrivée du train en gare de la Ciotat et Le Voyage dans la Lune, l’observation du réel et la plongée dans l’imaginaire, le cinéma du spectacle et le film d’auteur intime, l’émotion esthétique et l’émotion romanesque. Pour tout cela, et mille autres choses, Gravity est bien une date dans l’Histoire du cinéma.

Gravity
D’Alfonso Cuarón (ÉU, 1h31) avec Sandra Bullock, George Clooney…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 24 février 2016 Délaissant comme Tarantino les déserts arides au profit des immensités glacées, Alejandro González Iñárritu poursuit sa résurrection cinématographique avec un ample western épique dans la digne lignée d’Arthur Penn et de Sydney Pollack. Un survival...
Mardi 13 octobre 2015 “Dans l’espace, personne ne vous entendra crier“ menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan, en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mardi 23 décembre 2014 Ridley Scott réussit là où Darren Aronofsky avait échoué avec "Noé" : livrer un blockbuster biblique où la bondieuserie est remplacée par un regard agnostique et où le spectacle tient avant tout dans une forme de sidération visuelle. Christophe...
Mardi 4 novembre 2014 L’espace, dernière frontière des cinéastes ambitieux ? Pour Christopher Nolan, c’est surtout l’occasion de montrer les limites de son cinéma, en quête de sens et d’émotions par-delà les mathématiques arides de ses scénarios et l’épique de ses...
Lundi 31 mars 2014 Moins foireux que les derniers Iron Man et Thor, ce nouveau Captain America séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les incohérences...
Mardi 18 février 2014 Romancier, peintre, critique mais surtout passionné de science-fiction et de fantastique, Jean-Pierre Andrevon sort une intimidante et définitive encyclopédie consacrée à «100 ans et plus de cinéma fantastique et de SF». Une somme qui lui a pris...
Mercredi 15 janvier 2014 Pas évident d’organiser en janvier un festival consacré au cinéma français quand celui-ci garde ses meilleurs films pour Cannes… Drôle d’endroit pour des (...)
Mardi 31 décembre 2013 Et si l’année 2013 était une année historique pour le cinéma ? Par la quantité de grands films vus, la santé de ses auteurs et la richesse des propositions, on a tendance à le croire… Tout en sachant que les meilleurs crus sont aussi souvent des...
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 Gravity d’Alfonso Cuarón Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen Mud de Jeff Nichols Spring breakers d’Harmony Korine L’Inconnu du lac (...)
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 Django unchained de Quentin Tarantino Gravity d’Alfonso Cuarón La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche Mud de Jeff (...)
Mardi 3 décembre 2013 Le réalisateur de "Margin call" surprend avec cet étonnant huis clos à ciel ouvert où un homme seul, sans nom et sans passé lutte pour sa survie face à un océan hostile. Un film d’aventures minimaliste qui est aussi un documentaire sur son acteur...
Mercredi 13 novembre 2013 Avec un ultra-réalisme saisissant et une constante tension dramatique, Paul Greengrass reconstitue à travers une polyphonie de points de vue une prise d’otages au large des côtes somaliennes, où la star Tom Hanks se fond dans le dispositif...
Samedi 2 novembre 2013 Écrit n’importe comment et sans aucune ligne artistique, ce nouveau Thor est sans doute ce que les studios Marvel ont fait de pire. Mais est-ce vraiment du cinéma, ou seulement de la télévision sur grand écran ? Christophe Chabert
Mercredi 16 octobre 2013 Le triomphe de Gravity sonne pour Alfonso Cuarón les cloches d’une renommée tardive, après pas mal de rendez-vous manqués. Christophe Chabert
Mardi 20 ao?t 2013 Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet...
Jeudi 11 juillet 2013 De Paul Feig (ÉU, 1h57) avec Sandra Bullock, Melissa McCarthy…
Mardi 21 ao?t 2012 De septembre à décembre, le programme de la rentrée cinéma est riche en événements. Grands cinéastes au sommet de leur art, nouveaux noms à suivre, lauréats cannois, blockbusters attendus et peut-être inattendus. Morceaux de choix à...
Mardi 17 janvier 2012 À Hawaï, un architecte voit sa vie basculer après l’accident qui plonge sa femme dans le coma… Sur le fil de la tragédie et de la comédie, entre cinéma à sujet et chronique intimiste, Alexander Payne s’affirme comme un auteur brillant et George...
Mercredi 20 octobre 2010 George Clooney, tueur à gages américain mélancolique, effectue sa dernière mission en Toscane : un polar atmosphérique et cinéphile signé Anton Corbijn. Christophe Chabert
Jeudi 4 mars 2010 La première réalisation de Grant Heslov s’acquitte avec les honneurs d’un pari audacieux : créer une extrapolation fictionnelle autour des enquêtes hallucinantes de Jon Ronson, dans une farce que n’auraient pas reniée les frères Coen. François Cau
Mercredi 20 janvier 2010 De Jason Reitman (ÉU, 1h50) avec George Clooney, Vera Farmiga…
Mercredi 3 décembre 2008 Après la claque "No country for old men", les frères Coen allaient-ils se reposer sur leurs lauriers ? Pas du tout… Cet habile détournement des codes du film d’espionnage offre la conclusion rêvée à leur “trilogie de la bêtise“ après "O’Brother" et...
Jeudi 25 septembre 2008 Début cette semaine de la troisième édition du festival Hors-écran, qui fait preuve d’une ambition raisonnable mais sérieuse, entre patrimoine et découverte de films inédits. Christophe Chabert
Mercredi 24 octobre 2007 De Tony Gilroy (ÉU, 1h59) avec George Clooney, Tilda Swinton, Sidney Pollack...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !