Malavita

Malavita
De Luc Besson (ÉU-Fr, 1h51) avec Robert De Niro, Michelle Pfeiffer...

Pur fantasme d’un Luc Besson emballant à la va-vite des concepts de plus en plus boiteux, "Malavita" tente de greffer en Normandie la mythologie du film de mafia new-yorkais. Écrit n’importe comment, sans angle ni point de vue, cette comédie pas drôle sent le naufrage. Christophe Chabert

Un film d’animation pour enfants, une bio d’Aung San Suu Kyi, une comédie de mafia avec De Niro… La filmographie de Luc Besson prend des allures d’inventaire à la Prévert, alignant les versions premium des produits cheaps livrés par EuropaCorp, dont il assure lui-même la réalisation en y apposant un savoir-faire de moins en moins flagrant. Malavita, adapté d’un roman de Tonino Benacquista, portait pourtant en lui une belle promesse : celle de faire se rencontrer la mythologie phare du cinéma américain, celle des films de mafieux new-yorkais façon Scorsese, et la réalité de la France d’aujourd’hui.

On y voit ainsi une famille de repentis s’installer dans un bled paumé en Normandie et tenter d’y faire profil bas, même si le naturel revient toujours au galop. De tout cela, il ne sort qu’une médiocre comédie policière, nonchalante dans ses enjeux, incroyablement mal écrite, et où seuls les deux acteurs principaux (De Niro et Pfeiffer) réussissent à tirer leur épingle du jeu en ne cherchant ni à être des parodies de leurs personnages mythiques, ni des pantins au service d’un film opportuniste.

Dégénéré

Car Besson ne tire absolument rien de son argument, y compris ce qui paraissait le plus évident : le choc du langage, par exemple, est inexistant. Au lycée, tous les gamins normands parlent un anglais parfait, et les autres habitants se contentent de forcer leur accent français, ce qui est aussi grotesque qu’incohérent. Pas de conflit, pas de gag, rien du tout. Va-t-il se rattraper sur le choc culturel ? Pas plus… Au maximum, Malavita se contente de faire des Français des êtres rustres, méchants, sales, lâches et moches, au point de rendre particulièrement sympathique la famille de criminels endurcis et fière de l’être qui doit se coltiner ce peuple d’arriérés.

Par une décision surprenante — mais c’est peut-être juste de la flemme —, Besson a choisi de ne pas transposer l’époque où se passait le roman, ce qui ajoute une couche de ridicule à cette caricature déjà chargée : on paie encore en francs, on appelle depuis des cabines téléphoniques, on s’habille à la mode des années 90… Cela conduit même à une absolue idiotie, lorsque De Niro se retrouve à commenter au cours d’une séance de ciné-club Les Affranchis, présenté comme un classique — alors que le film, selon cette logique, n’avait même pas dix ans d’âge !

Ce passage en dit par ailleurs assez long sur l’absence de point de vue de Besson sur son matériau. Pour lui, le cinéma de Scorsese est comme une réalité documentaire dont il offrirait la version dégénérée et caricaturale, l’autorisant ainsi à en reproduire tous les clichés sans aucun état d’âme — le vieux boss emprisonné, les tueurs patibulaires…

Vite fait, mal fait

Surtout, Malavita sent régulièrement le bâclage. En atomisant la famille en autant de micro-intrigues ineptes, de l’amourette entre la fille et son prof au business monté par le fils auprès de ses camarades de classe, le film se présente comme un pilote de série télé avortée, dont on aurait écrit à la va-vite un climax spectaculaire pour en boucler la fin. Il faut voir par exemple comment la famille se fait «repérer» par ceux qui la traquent — une gazette scolaire qui voyage de la Normandie jusqu’à une prison américaine — pour juger du degré de boulot fourni par Besson.

On lui a souvent reproché de rédiger ses scripts à la vitesse d’un employé de fast-food fabriquant un hamburger — la fameuse parodie des Guignols ; avec Malavita, c’est comme s’il faisait tout pour leur donner raison. À l’heure actuelle, il est en train de filmer Scarlett Johansson dans une variante futuriste bourrée d’effets spéciaux de son Nikita. La vraie question étant : comment des comédiens pareils peuvent-ils se laisser abuser par une telle escroquerie ? 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 octobre 2019 La douloureuse naissance de l’antagoniste de Batman en mode rite initiatique sadique et parcours contre-résilient. Bouc émissaire virant bourreau, Joaquin Phoenix est plus qu’inquiétant dans cette copie-carbone du cinéma des 70’s. Un interloquant...
Mardi 12 septembre 2017 Thriller fantastique aux échos polanskiens, cette réflexion sur les affres effroyables de la création est aussi une puissante création réflexive. Et le récit du voyage aux enfers promis à celles et ceux qui gravitent trop près autour d’un·e artiste....
Mardi 6 octobre 2015 De Nancy Meyers (ÉU, 2h01) avec Robert De Niro, Anne Hathaway, Rene Russo…
Mardi 3 juin 2014 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des (...)
Vendredi 25 janvier 2013 Des personnages borderline dans une comédie romantique dont la mise en scène s’autorise à son tour toutes les hystéries visuelles : David O’Russell fait dans le pléonasme et l’emphase pour camoufler sa progressive absorption par la norme...
Mercredi 23 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet, mais le «Lincoln» de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Lundi 17 septembre 2012 Une main qui tire les ficelles d’une marionnette invisible. Une trompette étouffée qui interprète une mélodie aux accents italiens. Une phrase devenue (...)
Vendredi 16 décembre 2011 de Garry Marshall (USA, 1h58) avec Hilary Swank, Michelle Pfeiffer, Robert De Niro, Zac Efron, Katherine Heigl…
Mercredi 23 novembre 2011 De Luc Besson (Fr-Ang, 2h07) avec Michelle Yeoh, David Thewlis…
Mardi 14 juin 2011 Reprise / "Il était une fois en Amérique", le chef-d’œuvre de Sergio Leone, ressort en copies neuves. Christophe Chabert
Jeudi 2 juin 2011 De Neil Burger (ÉU, 1h45) avec Bradley Cooper, Robert De Niro…
Mardi 3 mai 2011 De John Curran (ÉU, 1h45) avec Robert De Niro, Edward Norton…
Mardi 23 novembre 2010 De Robert Rodriguez et Ethan Maniquis (ÉU, 1h45) avec Danny Trejo, Robert De Niro, Jessica Alba, Steven Seagal…
Jeudi 9 avril 2009 Cinéma / Tiré d’un roman noir de James Lee Burke, ce film américain de notre Tavernier national ne manque ni d’ambition, ni de bons acteurs, mais d’un rythme suffisamment prenant pour faire tenir ensemble son complexe écheveau d’intrigues. CC
Mercredi 1 octobre 2008 de Jon Avnet (ÉU, 1h40) avec Al Pacino, Robert De Niro, John Leguizamo…
Mercredi 30 janvier 2008 Avec "No country for old men", les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter