Thor : le monde des ténèbres

Thor : Le Monde des ténèbres
D'Alan Taylor (ÉU, 2h10) avec Chris Hemsworth, Natalie Portman...

Écrit n’importe comment et sans aucune ligne artistique, ce nouveau Thor est sans doute ce que les studios Marvel ont fait de pire. Mais est-ce vraiment du cinéma, ou seulement de la télévision sur grand écran ? Christophe Chabert

Une intro pompée sur Le Seigneur des anneaux, du rétrofuturisme médiéval, de la comédie romantique, de la destruction massive, des monstres… Le brassage de ce nouveau Thor pourrait être qualifié de «pop» si on considérait qu’il y avait autre chose que des décideurs derrière. On préfèrera donc parler de pot-pourri marketing où une armée de scénaristes réunis en pool tentent de faire entrer des carrés dans des ronds avant qu’un cinéaste venu de la télé n’aille illustrer l’affaire à la va-comme-je-te-pousse — qui pourra par exemple expliquer cette succession de mises au point ratées, à moins que ce ne soit la post-production qui ait saccagé certains plans ?

Il n’est pas compliqué de mettre en pièces ce blockbuster poussif et vain à côté duquel le premier volet signé Kenneth Brangah, pourtant très moyen, prend soudain une intégrité indéniable. Par exemple, son absence totale de ligne artistique, qui peut passer d’un combat titanesque platement mis en scène dans un champ banal et sans ligne de fuite à un univers entièrement numérique complètement baroque et sans horizon, de Londres à Asgard, où la ville semble avoir été repêchée dans les décors vacants de Game of thrones — Alan Taylor, le réalisateur, en vient. Le film en a conscience, et ne cesse de noyer le poisson en accumulant les péripéties scénaristiques et les cliffhangers, au mépris de la plus absolue logique, changeant régulièrement de route et d’enjeux pour éviter que le spectateur ne regarde concrètement ce qui se passe sur l’écran.

A tout cela, Taylor et ses scénaristes ont ajouté ce qu’ils appellent sans doute de «l’humour», et qui n’est rien d’autre qu’un mépris profond pour la mythologie qu’ils manient. Déjà dans le premier volet, la deuxième partie faisait entrer une dose de ridicule dans l’histoire en confrontant les Dieux descendus de l’Olympe et quelques ploucs de l’Amérique profonde. Ici, la dérision s’insinue à tous les niveaux ; le personnage de Thor n’est pas épargné, lançant des vannes ridicules ou faisant rigoler en accrochant son marteau à un portemanteau ; mais les humains ne sont pas mieux traités, avec notamment un acharnement sur ce pauvre Stellan Skarsgard, condamné à se promener à poil ou en slip pendant une grande partie du film.

Mais le sentiment qui domine en voyant Thor : le monde des ténèbres, c’est celui de s’être fait flouer. Par la misère du spectacle proposé, certes, mais surtout par la prétention à le vendre comme du cinéma. Or, le film fonctionne exactement comme une série télé, et pas la meilleure, ça va de soi. Primat de l’écriture — conçue comme rouleau compresseur narratif qui écrase tout sur son passage — sur l’idée même de développer une mise en scène. De fait, on passe tellement de temps à essayer de suivre ce qui se raconte que rien n’imprime vraiment la rétine. Il n’y a aucune sidération visuelle, aucun plan, aucune séquence qui surnage de cette bouillabaisse (télé)visuelle. Car, malgré ses effets spéciaux, son scope, son IMAX et sa 3D, Thor est avant tout fait pour être apprécié sur des petits écrans, chez soi ou sur son téléphone portable, découpé en autant de morceaux que de stations de métro ou de fenêtres mal fermées.

Bien sûr, entre temps, Gravity est passé par là. On a beaucoup entendu à son propos que le film «manquait de scénario» ; étrange reproche pour un film qui vise si clairement l’épure et la stase visuelle, qui prend le temps non pas de la surenchère mais de l’immersion dans un univers et dans le drame d’un personnage, qui n’oublie jamais d’écrire parfaitement par le dialogue la quotidienneté des situations et qui, surtout, propose au spectateur une expérience de contemplation qui est l’essence même du cinéma depuis son invention. Pendant que Cuarón réinventait le cinéma fait pour le cinéma, Marvel, Taylor et ses sbires sans talent ne font que du home cinéma, c’est-à-dire un avatar médiocre de ce que la télévision propose déjà jusqu’à l’overdose, et qu’aujourd’hui les studios américains produisent en série — et la scène post-générique indique que l’on n’est pas près d’en voir la fin.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 janvier 2019 La rencontre de deux êtres à la monstruosité apparente, une enquête sur des monstruosités cachées et des éveils sensuels peu humains… Chez Ali Abbassi, la Suède est diablement fantastique et plus vraie que nature. Prix Un Certain Regard Cannes...
Mardi 13 février 2018 En attendant l'été, et pour la première fois, Jazz à Vienne a décidé de prendre du 10 au 12 avril ses quartiers de printemps là où l'hiver dure un peu plus (...)
Mercredi 17 janvier 2018 Nul besoin de vous rappeler à quel point nous avions apprécié le documentaire de Jean-Baptiste Thoret, We blew it (consacré à l’évolution des États-Unis des années (...)
Mardi 29 ao?t 2017 À chaque circuit, son événement de rentrée. Chez Pathé, septembre annonce le retour de la Fête du e-billet avec sept avant-premières étalées sur deux semaines (...)
Mardi 13 octobre 2015 Dans le landerneau des organisateurs de concerts, ce mois d'octobre 2015 est si dense en propositions qu'il est surnommé "Octobrute". Un nickname d'autant plus approprié qu'une bonne partie d'entre elles fait plus dans le jean élimé que dans la...
Mardi 17 mars 2015 Ce devait être le grand retour de Michael Mann après le décevant "Public Enemies", mais ce cyber-thriller ne fait oublier un scénario aux enjeux dramatiques faibles et aux personnages superficiels que lors de ses scènes d’action époustouflantes et...
Mardi 10 mars 2015 De Bent Hamer (Norv-All-Fr, 1h30) avec Ane Dale Thorp, Laurent Stocker…
Mardi 1 avril 2014 Visuelle par excellence, la littérature policière est l'une des plus solubles dans le neuvième art. La très belle collection d'adaptations que co-éditent (...)
Lundi 27 janvier 2014 Adaptation surprenante et réussie de la pièce de Shakespeare par Joss Whedon qui, après "Avengers", fait circuler son artisanat pop du centre d’Hollywood à ses marges avec la même sincérité. Christophe Chabert
Vendredi 24 janvier 2014 De et avec Kenneth Branagh (ÉU, 1h45) avec Chris Pine, Keira Knightley…
Mercredi 11 décembre 2013 Ce deuxième épisode retrouve les défauts d’"Un voyage inattendu", même si Peter Jackson a soigné et densifié en péripéties son spectacle, seul véritable carte dans sa manche pour faire oublier qu’au regard de la première trilogie, ce "Hobbit" fait...
Lundi 23 septembre 2013 Autour de la rivalité entre Niki Lauda et James Hunt, Ron Howard surprend en signant un film à la fois efficace et discret où, par-delà l’affrontement sportif, l’important est de se trouver un meilleur ennemi. Christophe Chabert
Jeudi 25 avril 2013 Ce troisième volet des aventures de Tony Stark n’est pas à la hauteur des deux précédents, et l’arrivée de Shane Black derrière la caméra s’avère plutôt contre-productive, partagé entre retrouver son mauvais esprit des années 80 et s’inscrire dans...
Jeudi 22 novembre 2012 Voilà du théâtre qui crisse, qui ne prend pas le spectateur par la main avec un gant de velours. D’ailleurs Denis Lavant est de la partie et il n’a pas (...)
Mercredi 25 avril 2012 La réunion des super-héros Marvel, pas toujours très bien servis séparément lors de leurs aventures individuelles, trouve en Joss Whedon l’homme de la situation : un amoureux des récits multiples et des comics, un cinéaste à la fois efficace,...
Vendredi 23 mars 2012 C'est l'histoire, de plus en plus courante, du jeune blanc-bec qui, après avoir tâté du hip-hop (le Britannique Plan B), ou pas (Eli «Paper Boy» Reed), (...)
Jeudi 9 février 2012 Tout grand film américain est un grand film sur l’Amérique, dit-on. Bernard Bénoliel (ancien des Cahiers du cinéma et aujourd’hui pilier de la Cinémathèque (...)
Mercredi 21 décembre 2011 Sur la centaine de votants, on constate dans un premier temps que les tendances cinéphiles de l’année se confirment dans les grandes largeurs. Le match (...)
Mercredi 20 avril 2011 De Kenneth Branagh (ÉU, 1h54) avec Chris Hemsworth, Natalie Portman…
Mardi 1 février 2011 Une jeune danseuse introvertie cherche à se dépasser pour incarner le double rôle d’une nouvelle version du "Lac des cygnes". Sans jamais sortir d’un strict réalisme, Darren Aronofsky fait surgir le fantastique et le trouble sexuel dans un film...
Vendredi 29 janvier 2010 De Jim Sheridan (ÉU, 1h45) avec Tobey Maguire, Natalie Portman, Jake Gyllenhaal…
Mercredi 20 septembre 2006 Jean-Baptiste Thoret, écrivain, critique et professeur de cinéma, dirige la revue Panic et pose, avec "Le Cinéma américain des années 70", un jalon définitif dans l’évaluation d’une période clé de l’histoire du cinéma. Propos recueillis par...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !