The Immigrant

The Immigrant
De James Gray (EU, 1h57) avec Marion Cotillard, Joaquin Phoenix...

Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la Statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens attendant leur visa… C’est aussi une image forte venue du cinéma américain, celle qui ouvrait Le Parrain II. En se transportant au début du XXe siècle, James Gray semble promettre une grande fresque en costumes, éminemment romanesque, qui le placerait en descendant naturel de Coppola. Mais une fois ses rôles principaux distribués — d’un côté Ewa, Polonaise prête à tout pour retrouver sa sœur restée en quarantaine sur l’île, et de l’autre Bruno, souteneur qui lui promet de l’aider si elle accepte de rejoindre sa «famille» —, le film se jouera avant tout en intérieurs : un théâtre burlesque, des bains publics ou l’appartement de Bruno Weiss, qui devient une nouvelle prison pour Ewa.

En cela, The Immigrant tient plus du roman russe que de la reconstitution hollywoodienne, et la mise en scène de Gray, somptueuse, d’une sidérante fluidité, préfère l’intimisme à la démesure. Chaque miroir, chaque vitre est à la fois un cadre enserrant Ewa à l’intérieur du cadre, mais aussi une paroi sale ou rayée qui semble vouloir ternir son image. Vierge devenue putain mais cherchant à garder une pureté d’âme, elle se heurte au tempérament ombrageux et dominateur de Bruno, qui ne sait plus s’il doit l’aimer ou la souiller, la préserver de la corruption du monde ou en faire l’attraction principale de son show. Ce duo — qui est aussi un formidable tandem d’acteurs, Cotillard et Phoenix, tous deux exceptionnels — renvoie au meilleur du cinéma de Gray, et lui permet d’explorer un très puissant conflit moral où le salut naît d’une haine de soi qui se fracasse contre une inexplicable bienveillance.

La limite de The Immigrant, c’est qu’entre son premier acte magistral et son dernier déchirant, Gray a besoin d’en passer par le personnage-fonction d’Orlando le magicien, figure presque irréelle d’un récit qui n’a pas besoin de cet artifice pour conjurer ses tentations réalistes. Dans Two lovers, le triangle amoureux ne négligeait jamais la profondeur du personnage, pourtant ingrat, de Vinessa Shaw ; à l’inverse, Jeremy Renner n’est ici qu’un élément superficiel dans une œuvre qui, au contraire, s’avère d’une infinie profondeur. On mesure toutefois le chemin accompli par James Gray : jamais il n’a été si proche d’un cinéma où la narration, le souci du rythme et l’obsession du détail se mettraient au service de l’expression la plus juste de l’âme des personnages. On a souvent dit que Gray était un néo-classique ; devant The Immigrant, on se dit plutôt qu’il est le dernier des modernes.

The Immigrant
De James Gray (Fr-ÉU, 1h59) avec Marion Cotillard, Joaquin Phoenix, Jeremy Renner…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes,...
Mardi 12 novembre 2019 Le réalisateur Mathieu Rochet porte sa passion pour le hip-hop à l’écran depuis des lustres. Autodidacte empli d’humour, le Lyonnais a fait ses gammes avec Gasface. Lost in Traplanta, son dernier bijou de websérie, fait le buzz sur Arte : qui se...
Mardi 8 octobre 2019 La douloureuse naissance de l’antagoniste de Batman en mode rite initiatique sadique et parcours contre-résilient. Bouc émissaire virant bourreau, Joaquin Phoenix est plus qu’inquiétant dans cette copie-carbone du cinéma des 70’s. Un interloquant...
Mardi 22 mai 2018 Quelque part, dans le sud. Mère célibataire d’Elli, qu’elle appelle Gueule d’ange, Marlène tient pour prioritaires sa vie de jeune femme et ses sorties. Un (...)
Mardi 14 février 2017 Quand Guillaume Canet comprend qu’il fait figure, pour la nouvelle génération, de mec installé et pépère dans sa vie de famille comme dans son métier, le (...)
Mardi 3 janvier 2017 Pour son cinquième long-métrage en tant que réalisateur, le comédien Guillaume Canet revient en France et devant la caméra avec ce qui s’annonce comme une (...)
Mardi 3 mars 2015 En adaptant "Vice caché" de l’immense Thomas Pynchon, Paul Thomas Anderson prouve, après "The Master", qu’il n’aime rien tant qu’aller à l’encontre de sa maîtrise, éprouvée et incontestable. De fait, ce polar pop, enfumé et digressif est un plaisir...
Mardi 20 mai 2014 Nouvel uppercut des frères Dardenne, qui emprunte les voies du thriller social pour raconter comment une ouvrière tente de sauver son travail en persuadant ses collègues de renoncer à une prime, et interroger ce qui reste de solidarité dans la...
Mardi 18 mars 2014 En racontant l’histoire d’amour entre un homme solitaire et une intelligence artificielle incorporelle, Spike Jonze réussit une fable absolument contemporaine, à la fois bouleversante et effrayante, qui fait le point sur l’humanité d’aujourd’hui du...
Mardi 31 décembre 2013 Et si l’année 2013 était une année historique pour le cinéma ? Par la quantité de grands films vus, la santé de ses auteurs et la richesse des propositions, on a tendance à le croire… Tout en sachant que les meilleurs crus sont aussi souvent des...
Mardi 19 novembre 2013 "The Immigrant" n’est que son cinquième film, mais James Gray est déjà une sorte d’institution cinéphile, un auteur vénéré et une exception culturelle au sein d’un cinéma américain qui l’ignore encore royalement. Rencontre avec un cinéaste...
Vendredi 21 juin 2013 Le Festival Lumière lancé, il est temps pour l’Institut Lumière de sortir de son Cinéma Lumière (malheur du journaliste qui abhorre les répétitions, tout (...)
Lundi 27 mai 2013 En couronnant ce qui est incontestablement le meilleur film de la compétition, "La Vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche, Steven Spielberg et son jury ont posé un beau point final à un 66e festival de Cannes passionnant en son centre, sinon dans ses...
Mardi 14 mai 2013 De quoi le 66e festival de Cannes (du 15 au 26 mai) sera-t-il fait ? Les films français et américains trustent majoritairement les sélections, les grands cinéastes sont au rendez-vous de la compétition et les sections parallèles promettent leur lot...
Mercredi 2 janvier 2013 Après «There will be blood», Paul Thomas Anderson pousse un cran plus loin son ambition de créer un cinéma total, ample et complexe, en dressant le portrait d’un maître et de son disciple dans une trouble interdépendance. Un film long en bouche mais...
Mardi 18 septembre 2012 L’odyssée de Jason Bourne (et la patience de Matt Damon) arrivée à son terme, Tony Gilroy se voit confier la mission de relancer la franchise en inventant un récit parallèle. C’est raté sur toute la ligne : bavard, mal raconté, pauvre en action et...
Vendredi 18 mai 2012 Définitivement dans le cercle des meilleurs cinéastes français en activité, Jacques Audiard arrive à ne presque pas décevoir après Un prophète tout en abordant, avec une intelligence constante de la mise en scène, les rivages du mélodrame. Un grand...
Jeudi 14 octobre 2010 De Guillaume Canet (France, 2h34) avec François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel
Dimanche 11 juillet 2010 L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film protoype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe...
Vendredi 18 septembre 2009 Le grand retour de Kathryn Bigelow derrière la caméra permet un regard aussi inédit que pertinent sur le conflit irakien, tout en faisant preuve d’une tension cinématographique constante. François Cau
Lundi 6 juillet 2009 Marion Cotillard, actrice, trouve dans Public enemies son premier grand rôle américain, ou comment une comédienne consacrée par un mythe français se mue, promo comprise, en star internationale. Christophe Chabert
Vendredi 3 juillet 2009 De Michael Mann (Éu, 2h11) avec Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard…
Mardi 11 novembre 2008 Sublime drame romantique signé James Gray, Two Lovers impose en douceur une idée forte : la vie n’est faite que de choix illusoires dictés par les origines sociales et culturelles. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !