Festival du film court de Villeurbanne : Compétition, partie 2

Au terme de sa compétition, le festival du film court de Villeurbanne semble dessiner un boulevard pour le génial The Mass of men, qui a survolé la journée d’hier, malgré quelques belles révélations. Christophe Chabert

Il y a des films qui, dans une compétition festivalière, ne font pas de prisonniers et écrasent tout sur leur passage. The Mass of men, chef-d’œuvre de Gabriel Gauchet dont on parlait ici, a déjà raflé des grands prix à tire-larigot, à Locarno, Grenoble, Grenade, etc. Le film n’a pourtant rien d’une bête à concours ; il représente juste ce que tout court-métrage devrait être : un regard sur le monde qui tient autant à la qualité d’une écriture, à la maîtrise de la direction d’acteurs et à des choix de mise en scène qui permettent au spectateur de vivre l’action mais aussi de la décoder et de la mettre en perspective. À l’aune de The Mass of men, les faiblesses de ses concurrents apparaissent criantes : tel cinéaste se regarde filmer, tel autre a un sujet, mais le décline scolairement à l’écran ; et celui-ci, qui n’a pas écrit des dialogues suffisamment pensés pour ses acteurs, et qui se retrouve à galérer pour les rendre cinématographiques…

Qu’on soit clair, dans la compétition de Villeurbanne, si aucun film n’arrive vraiment à la hauteur de The Mass of men, c’est que des œuvres d’exception comme celle-là, il n’y en a pas tous les ans dans le court-métrage. Et que le genre est définitivement atomisé sur de multiples formes, comme on le disait hier. Mais, là encore, The Mass of men semble les synthétiser toutes : à la fois nouvelle cinématographique, film à chute, film dispositif, film à sujet… Tout y est, accompli à la perfection, et au-delà, puisque le film n’est fait que de séismes et de ratés, d’abîmes et de désolation.

Amour(s), colère et coléra

Donc, puisque les autres œuvres sont si diverses, autant les prendre pour ce qu’elles sont et les juger selon ce prisme : ainsi, une des jolies surprises de la compétition est venu d’un film modeste, Géraldine je t’aime d’Emmanuel Courcol, très bien écrit et servi par deux comédiens exceptionnels — Julie-Marie Parmentier et Grégory Gadebois. C’est une comédie douce-amère où, à la faveur d’une panne de voiture, un père divorcé, infirmier pédiatre dans un hôpital, croise le chemin d’une jeune banquière, jamais vraiment remise d’une très ancienne rupture sentimentale. Le programme est d’abord celui du non-dit, puis de l’écart qui se rétrécit au fil des trajets en commun, des qualités qui se dévoilent, des fêlures qui apparaissent et enfin du moment où les blessures cicatrisent par la bienveillance de celui qui les a rouvertes sans le vouloir. Si la mise en scène répond à quelques scories télévisuelles — malgré la photo de Lubomir Bakchev, ex-chef op’ de Kechiche, qui fait des merveilles pour filmer en numérique la nuit, sa grande spécialité, travaillant une profondeur de champ quasi-infinie — le film séduit malgré tout par sa petite musique joliment tenue jusqu’au «merci» final.

Rien, mais alors rien à voir du tout avec Cólera, une nouvelle petite bombe espagnole mêlant virtuosité et concision. En un seul plan séquence de 6 minutes complètement dingue — il y a du monde pour prendre la relève d’Alfonso Cuarón, visiblement — Aritz Moreno montre des villageois emmenés par l’ultra charismatique Luis Tosar, venus faire la peau à un monstre atteint du choléra et enfermé dans une cabane de fortune. La cruauté de cette réaction grégaire visant à «assainir» le village va de pair avec la bêtise profonde d’une horde qui, voulant régler un problème, le généralise. C’est donc très bref, mais visuellement stupéfiant, la caméra semblant faire absolument ce qu’elle veut, y compris passer sans coupe du point de vue de la foule à celui du monstre, puis y revenir…

Plan-séquence encore, mais d’un tout autre genre, avec Je sens plus la vitesse, premier film de Joanne Delachair, venu de la Fémis (département image, ce qui transpire un peu dans les limites de l’exercice). Lui aussi s’offre lui aussi un incroyable plan unique en noir et blanc, de 15 minutes celui-là, qui démarre dans ce qu’on prend pour une sorte d’auberge avec des poivrots déjà bien éméchés, parmi lesquels émerge un homme qui se met à soliloquer sur des dates ayant toutes quelque chose à voir avec sa femme, sa fille et surtout ses différentes voitures. C’est Denis Lavant qui condense ici ses rôles de Monsieur Oscar dans Holy Motors et du légionnaire danseur dans Beau travail de Claire Denis. Il finit par sortir du gourbi qui, miracle du cinéma et d’un montage invisible, débouche sur un vaste champ vide d’habitations mais peuplé d’une foule de gens et d’un musicien. Le lien entre les deux parties apparaîtra dans le dernier «acte» du film qui, à défaut d’être bouleversant, a au moins le mérite d’être inattendu. Delachair a visiblement vu les films de Bela Tarr, et Je sens plus la vitesse pourra être regardé, selon son humeur, comme un bel hommage ou comme une pâle imitation — nous, on trouve ça plutôt réussi.

Shavi Tuta, film géorgien de Gabriel Razmadze, est une chouette nouvelle d’apprentissage filmée dans un coin perdu du pays — un village et un téléphérique qui conduit à une mine en surplomb — et pas sans rapport dans son scénario — pas très original, il est vrai — avec 37°4 S vu la veille. Un garçon taciturne, qui rêve de construire des avions et se contente pour l’instant de maquettes dans sa chambre, rencontre une très jolie fille de son âge mais pas vraiment de sa classe sociale. Ils vont passer une journée ensemble qui pourrait promettre une histoire d’amour, si l’avenir de l’un n’était à la mine, et celui de l’autre à la ville. C’est très juste, très bien filmé, avec de jeunes acteurs excellents, rien n’est appuyé, la poésie s’immisce là où il faut… Mais c’est peut-être ce côté très formaté qui empêche de souscrire totalement à la proposition, qui aurait mérité d’être un peu plus risquée.

Déceptions

Enfin, dans la longue et souvent pénible litanie des films animés de cette compétition, on a vu le meilleur — Encore des changements de Barbara Maleville et Benoît Guillaume, tentative audacieuse quoiqu’un peu systématique de transcrire le moins figuratif des poètes français, Henri Michaux, par des images et y parvenir — et le pire — Méandres d’Élodie Bouedec, Florence Miailhe et Mathilde Philippon, interminable adaptation graphique des Métamorphoses d’Ovide, qui surcharge absolument tout, des images au texte et même à la musique du pourtant aimé Olivier Mellano rendant l’ensemble impossible à suivre, ce qui plonge le spectateur dans un état d’ennui incommensurable.

Pour le reste, on dira un mot du film de la Lyonnaise Géraldine Boudot, Faims. Le parcours de cet ado qui sort de son mal-être au contact d’une communauté de vendangeurs saisonniers est extrêmement appliqué à tous les niveaux : écriture, mise en scène, jeu, tout est très bien réglé, mais il n’y a ici aucune surprise, aucun accident, aucune rupture. Si bien que même si le film se regarde sans ennui ni déplaisir, son déroulé très programmatique empêche d’éprouver face à lui une véritable émotion.

Un mot aussi du seul documentaire de la compétition, Minerita, sur des femmes qui vivent autour et travaillent dans des mines dangereuses, que ce soit à l’intérieur à cause du gaz et de l’insalubrité, ou à l’extérieur, puisque les mineurs, généralement alcooliques, ne pensent qu’à les agresser. Leur moyen de défense est radical : la dynamite, qu’elles balancent à tour de bras. Le réalisateur, Raúl de la Fuente, observe ses femmes — une en particulier, la plus brave mais aussi la plus éprouvée — mais peine à donner un centre à son film, qui s’éparpille entre son sujet, un esthétisme façon Danny Boyle dernière période et un désir manifeste de fictionner au maximum son matériau.

Bilan

On ne parle pas de tout ce qu’on a vu — le reste, disons-le, est anecdotique ou franchement calamiteux — mais cela suffit pour tirer un bilan avant le palmarès de la compétition. Notre quatuor fétiche n’a pas vraiment été bouleversé par les autres films — dans l’ordre : The Mass of men, Avant que de tout perdre, Solitudes et L’Amour bègue — même si on a envie de rajouter à la liste des films authentiquement accomplis le puissant 45 degrés, le joli Buenos Aires, l’OVNI Petit Matin, et donc nos découvertes du jour, Cólera, Géraldine je t’aime et Je sens plus la vitesse. Soit 10 très bons films sur 41, ce qui n’est pas mal du tout ; c’est en tout cas un chiffre supérieur à la plupart des éditions précédentes, même si les gens qui aiment voir le verre à moitié vide diront qu’il y en a quand même 31 qui, à plus ou moins grande échelle, nous ont déçu. Certes.

Mais le court-métrage ne donne pas que des merveilles, malgré une production intense — à Villeurbanne, le comité de sélection dit avoir vu cette année plus de 1300 films. En revanche, d’un festival de courts à l’autre, le ratio reste le même : un quart de films vraiment marquants, trois autres plus dispensables. On verra donc ce soir comment le jury, qui ne remet que trois prix cette année — plus celui du public et des jurys parallèles — va trier dans tout cela. Mais bon, si The Mass of men repart bredouille, on sera aussi surpris que les supporters français le soir de France-Ukraine !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 18 novembre 2021 Dans H2G2, la bible de Douglas Adams, 42 était la réponse à la « question ultime sur le sens de la vie ». Peut-on alors parler hasard si le millésime 2021 du Festival du film court correspond à sa 42e édition ? Non point,...
Mardi 14 novembre 2017 Bientôt quadragénaire, le doyen des festivals de l’agglomération lyonnaise n’a rien d’un autarcique : depuis des années, il propose des séances délocalisées dans des (...)
Mardi 10 novembre 2015 ​Lancé à l’aube des années 1980 à Gerland puis installé dans la foulée au Zola de Villeurbanne, le Festival du Film Court a connu de nombreuses métamorphoses. Mais il demeure, à 36 ans, un phare précieux pour révéler les nouvelles générations....
Mardi 1 septembre 2015 Si le festival Lumière ouvre le bal des festivals de l’automne,  une cohorte de rendez-vous se pressera dans son sillage, célébrant toutes les (...)
Mardi 18 novembre 2014 Le festival du film court de Villeurbanne, manifestation phare du genre dans l’agglo, a commencé au Zola vendredi dernier et se poursuit jusqu’à dimanche. (...)
Vendredi 22 novembre 2013 À mi-parcours de sa compétition européenne, nos favoris au 34e festival du film court de Villeurbanne restent solidement en tête, malgré de jolies découvertes et un nouvel OVNI filmique de l’insaisissable Christophe Loizillon. Christophe Chabert
Jeudi 14 novembre 2013 La compétition du 34e festival du film court de Villeurbanne s’annonce passionnante, et plus que jamais ouverte sur le monde — et ses affres —, vu par des cinéastes en quête d’audace et d’efficacité. La preuve en quelques films majeurs. Christophe...
Mercredi 6 novembre 2013 C’est le début cette semaine de l’incontournable Festival du film court de Villeurbanne au Zola, qui s’annonce cette année comme un excellent cru. On dit ça (...)
Dimanche 11 novembre 2012 Pour sa 33e édition, l’excellent Festival du film court de Villeurbanne va faire, contre vents et marées, le panorama d’un genre en perpétuelle mutation et en pleine expansion. Avec déjà un gros coup de cœur dans sa compétition :«American...
Vendredi 9 novembre 2012 Rencontre avec Morgan Simon, auteur et réalisateur d’"American football", un premier court d’une grande maîtrise et d’une belle intelligence qui renouvelle habilement le genre classique du "boy meets girl" à la française. Tourné à Lyon, le film a...
Mercredi 9 novembre 2011 La révolution numérique a touché Le Zola et le Festival du film court de Villeurbanne ! Conséquence : une explosion du nombre de films présentés en présélection… Reste à savoir si la qualité de la compétition suivra, mais les à-côtés du festival...
Lundi 29 novembre 2010 Bilan du 31e festival du film court de Villeurbanne : pas de véritable choc dans la compétition française, mais quelques films réussis qui dessinaient de beaux univers d’auteurs, sur la forme ou sur le fond. Christophe Chabert
Jeudi 11 novembre 2010 Local / Chaque année, le festival du film court de Villeurbanne laisse une place aux films tournés dans la région par de jeunes cinéastes. Si cette production (...)
Jeudi 11 novembre 2010 Cinéma / 31 ans à proposer le meilleur de la production française et européenne en matière de court-métrage, cela relève de l’amour. Rien d’étonnant à ce que cela devienne le slogan et le thème du festival du film court de Villeurbanne, dont...
Dimanche 22 novembre 2009 Festival / Christophe Loizillon et son film 'Corpus / Corpus' sont les grands vainqueurs du 30e festival du film court de Villeurbanne au sein d’une compétition inégale, avec néanmoins quelques très bonnes surprises. Christophe Chabert
Vendredi 6 novembre 2009 Événements / Le festival du film court de Villeurbanne a choisi comme parrain de son trentième anniversaire une personnalité exceptionnelle du cinéma français : (...)
Jeudi 5 novembre 2009 Cinéma / Pour ses trente ans, le festival du film court de Villeurbanne se tourne vers son passé et fait le bilan en films de trois décennies de court métrage. Mais par-delà cet anniversaire, les compétitions de 2009 affirment avec force la vitalité...
Dimanche 23 novembre 2008 Le palmarès du Festival du film court de Villeurbanne a conclu avec panache une édition de très bonne tenue, couronnée par un réel engouement du public. CC
Vendredi 7 novembre 2008 Quelques Grands Prix du festival ces dix dernières années, dont les cinéastes ont depuis passé le cap du long-métrage.
Vendredi 7 novembre 2008 Hors compétition / Comme chaque année, le festival propose en dehors de ses trois compétitions une flopée de séances illustrant la diversité, ancienne ou récente, (...)
Vendredi 7 novembre 2008 Cinéma / Sur fond de crise des festivals de cinéma, la 29e édition du Festival du film court de Villeurbanne tient bon la barre, attentive aux bouleversements du genre, désireuse de montrer de vrais films à ses spectateurs. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !