Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Sartre, c'est les autres

Huis clos

Espace 44

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pas besoin de décor. Même les plus grands, comme Claude Régy ou Bob Wilson, se contentaient d’un espace vide. Des cubes feront office de canapé. Sven Narbonne, jeune metteur en scène d’une toute jeune compagnie, La Onzième, au-delà d'un jeu d’ombres bien mené, ne s’encombre pas d’artifice pour son Huis clos. Bonne idée. Les déplacements qui auraient pu faire de la pièce une vaste gesticulation sont même assez maîtrisés et ramassés. Restait à trouver un ton. Robert Hossein avait alourdi la pièce en la cuisinant à la sauce boulevard. Narbonne opte lui pour une ambiance plus neutre et de fait plus dure.

Car si Sartre avait cru écrire une comédie, il n’en est rien. Les uns après les autres, les personnages du journaliste Garcin, de l’employée des postes Inès et de la mondaine Estelle entrent dans une antichambre de la mort accompagnés par un quasi mutique garçon d’étage (ici une femme, sans que le parti pris de mise en scène en soit vraiment changé). C’est alors aux comédiens de composer, tout repose sur eux. Dans un rôle difficile, Aurélie Chamfroy (Inès) emporte le morceau, parvenant à laisser une trace de son personnage plus par son incarnation que par les paroles qu’elle prononce - les deux autres, Guillaume Col et Clémentine Wert, campent des personnages pas moins retors (Garcin a torturé sa femme, Estelle a jeté le bébé qu’elle a eu avec son amant pour ne pas nuire à son rang), mais moins dérangés en apparence. Devant souvent jouer le malaise ou la colère rentrée, c’est son corps légèrement contorsionné et son regard, constamment noir, qui dessinent son rôle de manière forte et mémorable

 

Nadja Pobel

Huis clos
A l’Espace 44, jusqu’au dimanche 22 décembre.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 24 février 2021 Quel avenir pour le Lavoir Public ? Les candidats à sa reprise ont jusqu’au 16 avril pour se faire connaître auprès de la mairie du 1er arrondissement, qui a présenté l’appel à projets en conseil d’arrondissement le 17 février dernier. Avec pour...
Mardi 7 novembre 2017 Homme de théâtre, agitateur de talent, il dirige de main de maître Le Lavoir Public, l'un des lieux les plus excitants de la ville, où il a mis en scène un Huis clos qu'il a dépoussiéré, et où il organise quelques fêtes mémorables. On lui...
Mardi 24 octobre 2017 Transposant Huis clos dans un nightclub, Olivier Rey utilise au mieux son espace incongru et donne une nouvelle fraîcheur à un texte vieillissant.
Mardi 5 septembre 2017 C'est ce qui s'appelle une passation de pouvoir réussie. À 29 ans, la metteuse en scène Louise Vignaud succède à Élisabeth Saint-Blancat à la tête des Clochards Célestes avec bienveillance et cohérence et propose une saison plus qu'alléchante dédiée...
Mardi 7 octobre 2014 De toute évidence, ce qu'Olivier Borle fait pendant 1h20 sur la scène du théâtre de l'Elysée est prodigieux. Membre de la troupe permanente du TNP depuis une (...)
Jeudi 3 janvier 2013 Alors que les rétrospectives Chaplin et Cassavetes se prolongent durant tout le mois de janvier, et que sa toute neuve galerie de la rue de l’Arbre Sec (...)
Vendredi 25 mai 2012 Béjart, Cunningham, deux possibilités de réviser ses «classiques» et, surtout, de se rendre compte avec joie que les œuvres de ces chorégraphes n’ont pas pris une ride, voire surprennent toujours. Jean-Emmanuel Denave

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter