Jeu, set et Smashed

Smashed

Théâtre de la Renaissance

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dans Smashed, neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues sur leur discipline. Un spectacle d'un raffinement et d'une fluidité impressionnants. Benjamin Mialot

Elle a poussé l'humanité à commettre son premier crime de lèse-déité, inspiré à Newton la loi de la Gravitation universelle et à Magritte son tableau le plus fameux, permis à Chirac de remporter l'élection présidentielle de 1995 et à Steve Jobs de faire prospérer sa secte... Y a pas à dire, la pomme est le fruit le plus influent de la Création. Cette assertion, le Gandini Juggling, troupe londonienne qui depuis le début des années 90 repousse les limites esthétiques et techniques de la jonglerie, lui donne encore un peu plus de crédit avec Smashed.

Et pour cause : ce spectacle, l'un de ses plus emblématiques (créé en 2011, il a déjà été joué plus de deux cents fois) se présente comme une transposition de la danse-théâtre, approche expressionniste du geste que la chorégraphe allemande Pina Bausch popularisa dans les années 70, en jonglage-théâtre, et repose, à un service à thé et une rangée de chaises près, uniquement sur le lancer et la passation de pommes. Voire sur leur escamotage. 

Les casseurs jongleurs

Les neufs interprètes de Smashed font en effet montre d'une telle adresse que leurs manipulations confinent parfois à la prestidigitation. Pour autant la prouesse, fut-elle parfaitement synchronisée ou autonome, n'est ici jamais gratuite. Au contraire, elle n'est que la partie émergée d'une chorégraphie des plus millimétrées, évocation toute en élégance et en humour pince-sans-rire, typiquement british en somme, des affres du quotidien.

Engoncés dans de ternes tenues de ville et accompagnés par une bande son toute aussi alternativement surannée et dramatique que leurs gestes (Bach et Vivaldi y côtoient la chanteuse country Tammy Wynette et le compositeur de musique de salon Little Jack Little), Sean Gandini, Kati Ylä-Hokkala (les deux fondateurs de la compagnie) et leurs partenaires s'ennuient puis se font la cour, jubilent puis se déchirent... et finissent par péter les plombs, en une apothéose destructrice aussi jubilatoire que troublante. Et qui sonne comme une approbation des mots prononcés par Jérôme Thomas en amont de la première de FoResT aux Nuits de Fourvière 2013 : «Les jongleurs qui m’intéressent sont ceux qui me montrent autre chose que ce qu’ils sont précisément en train de montrer. Il faut sortir de l’exploit pour entrer dans un univers onirique». A ceci près que Smashed n'a, on l'aura compris, rien d'un pensumassommant, au contraire de la dernière œuvre du "père de la jonglerie moderne".
 
Smashed

Au Théâtre de la Renaissance, vendredi 13 et samedi 14 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 juin 2014 D'une bataille de pigments en l'honneur des désormais octogénaires Gratte-Ciel à leur programmation musicale, pour le moins bariolée et forte en gueule(s), Les Invites de Villeurbanne s'annoncent plus polychromes que jamais. Balayage de...
Jeudi 5 septembre 2013 Le nouveau cirque n'est pas qu'un produit d'appel. C'est le constat qui s'imposait au terme de la saison 2012/2013, plutôt époustouflante en la matière. C'est le même qui se dessine en creux des plaquettes estampillées 2014. Benjamin Mialot

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !