Nymphomaniac, volume 1

Nymphomaniac - Volume 1
De Lars von Trier (Dan-All-Fr-Bel, 1h50) avec Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgård...

Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane — dont voici les cinq premiers —, le cinéaste est toujours aussi provocateur, mais dans une tonalité légère, drôle et ludique qui lui va plutôt bien. Christophe Chabert

On avait laissé Lars von Trier sur la fulgurante dernière image de Melancholia, parvenu au bout de sa dépression et affirmant que le meilleur moyen d’apaiser ses tourments, c’était encore de voir le monde voler en éclats. Au début de Nymphomaniac, après avoir plongé longuement le spectateur dans le noir et une suite de bruits anxiogènes, il révèle le corps de Joe — Charlotte Gainsbourg, réduite dans ce premier volet au statut de narratrice des exploits de son alter ego adolescente, la troublante Stacy Martin — dans une ruelle sombre, ensanglantée et amochée. Passe par là un brave bougre nommé Selligman — Stellan Skarsgard — qui la recueille chez lui et lui demande ce qui s’est passé. «Ça va être une longue histoire» dit-elle, après avoir affirmé qu’elle était une «nymphomane»…

En fait, l’histoire tient en deux films décomposés en huit chapitres comme autant de récits obéissant à des règles esthétiques propres, utilisant une panoplie d’artifices — ralentis, split screen, retours en arrière — et changeant sans cesse de formats — pellicule et numérique, scope et 1.85, couleur et noir et blanc — de style — caméra à l’épaule ou compositions méticuleuses — mais surtout d’humeurs.

Let’s talk about sex

L’humeur, c’est ce qui étonne à la vision de Nymphomaniac : contrairement à ce que son introduction pouvait laisser croire, von Trier sort ici de la noirceur qui marquait ses deux derniers films et retrouve une santé insolente, maniant la légèreté et l’humour tout en restant, on ne se refait pas, très provocateur. Ce n’est un mystère pour personne : Nymphomaniac devait assouvir son fantasme de tourner un porno sophistiqué débordant de sexe explicite. Celui-ci est-il passé à la trappe de la version «censurée» et du montage «non supervisé mais approuvé» par von Trier ? Toujours est-il qu’à part quelques plans effectivement hard et une collection de bites plus pédagogique que vraiment choquante, ce premier volume parle de sexe plus qu’il ne le filme.

C’est bien la parole qui est ici le moteur de l’action, sinon de la fiction, et plus exactement la longue conversation entre Joe et Selligman, qui assure le lien entre les différents chapitres. C’est là que se joue la part la plus drôle et retorse du film : d’un côté, Joe qui se blâme de son comportement ; de l’autre Selligman, plus rationnel que libidineux, qui cherche au contraire à lui montrer que tout cela est très naturel, qu’une femme a naturellement besoin d’assouvir ses pulsions sexuelles… En inversant les rôles, en faisant de la collectionneuse d’amants la gardienne d’un ordre moral et du vieux beau compassé un défenseur tranquille d’une liberté des mœurs, von Trier se livre à un commentaire politique comme il les affectionne, dénonçant l’hypocrisie vis-à-vis de la sexualité en la poussant jusqu’à l’absurde. Une hypothèse qui, toutefois, devra être confirmée avec le second volume, tant l’ami Lars semble élaborer une dialectique taquine et farceuse…

Mythomaniac ?

Ce qui, en revanche, ne fait pas de doute dans cette première partie, c’est la façon dont le cinéaste instaure un rapport très ludique à l’idée de "récit". Le chapitre 1 est ainsi lancé par une anecdote de Selligman sur la pêche à la ligne, ce qui permet à Joe de raconter comment, avec sa meilleure copine, elle est allée harponner — «hook», à la fois «hameçon» et «putain» en anglais — dans un train des hommes pris au hasard, avec à la clé pour celle qui en ramènerait le plus un sachet de bonbons. Le tout est illustré de mille trouvailles, comme la règle des questions en «Wh…», qui viennent s’incruster à l’écran.

Les associations d’idées entre les commentaires de Selligman et les histoires de Joe deviennent des associations d’images entre le texte et les plans de von Trier, qui pioche dans des archives pour aller au bout de son délire figuratif. Parfois, cette profusion marque le pas comme dans le chapitre le plus grave et le plus sobre, celui de l’agonie du père ; parfois, elle se met intelligemment en sourdine pour laisser toute la place à un impressionnant numéro d’Uma Thurman en femme trompée qui renverse la situation pour en faire une leçon de vie pour ses trois enfants. Souvent, elle dessine un arrière monde passionnant qui tient presque entièrement dans les diverses apparitions de Jérôme — Shia La Beouf, pour la première fois excellent à l’écran, révélant lui aussi une nature comique insoupçonnée !

Premier amant, mais aussi objet d’amour inatteignable, il surgit dans les chapitres comme un deus ex machina mal géré par la narration. Ce qui jette un voile de soupçon sur l’authenticité de ce qui nous est raconté, qu’on serait tenté de rebaptiser — et Selligman n’est pas loin de le faire — Mythomaniac. Les points de suspension du cliffhanger nous laissent avec cette stimulante perplexité, mais aussi avec une certitude : Nymphomaniac est un film en pleine forme d’un cinéaste longtemps malade, et peut-être enfin guéri !

Nymphomaniac volume 1
De Lars von Trier (Dan-All-Fr-Ang, 1h57) avec Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgard, Stacy Martin, Uma Thurman, Christian Slater…
Sortie le 1er janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mercredi 17 novembre 2021 Christiane Jatahy, brésilienne, surestimée star du théâtre en France, vient au TNP avec sa dernière création en date, très aboutie. Dans Entre chien et loup, variation sur le film Dogville, elle parvient à mêler avec virtuosité ce que jusqu'ici elle...
Mardi 15 octobre 2019 Jadis écrivain prometteur, Henri n’a rien produit de potable depuis des années. La faute en incombe, selon lui, à sa femme et ses enfants qu’il accuse de tous ses maux. Lorsqu’un énorme molosse puant et priapique débarque ex nihilo dans sa...
Mercredi 6 février 2019 La programmation de Nuits sonores est presque intégralement dévoilée, et l'on note une nouvelle évolution avec l'arrivée de la pop au sein du festival, avec Charlotte Gainsbourg et Flavien Berger. La révélation Nova Materia, le duo Tony Allen &...
Mercredi 1 juillet 2015 De Matteo Garrone (It-Fr-Ang, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Mardi 21 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en le tournant en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe Chabert
Mardi 31 mars 2015 Le festival Hallucinations collectives s’impose désormais comme un rendez-vous incontournable pour les cinéphiles lyonnais. Cette année, entre une compétition de films inclassables, des raretés empruntées à l’histoire bis du cinéma et l’invitation...
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 10 des lecteurs 1. Gone Girl de David Fincher 2. Mommy de Xavier Dolan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Her de Spike (...)
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 2014 du PB 1. Nymphomaniac de Lars Von Trier 2. Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Adieu au (...)
Mardi 14 octobre 2014 Retour du duo gagnant d’"Intouchables", Nakache et Toledano, avec une comédie romantique sur les sans papiers où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Mardi 23 septembre 2014 De Hans Peter Molland (Norvège, 1h56) avec Stellan Skarsgard, Bruno Ganz…
Mardi 16 septembre 2014 De Benoît Jacquot (Fr, 1h46) avec Benoît Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve…
Mardi 11 mars 2014 De Michel Spinosa (Fr, 1h47) avec Yvan Attal, Janagi, Charlotte Gainsbourg…
Mardi 4 février 2014 Un coffret DVD regroupant l’intégrale de son œuvre, une biographie, la réédition de ses nouvelles inédites et la ressortie en salles d’une partie de ses (...)
Vendredi 24 janvier 2014 Après "Les Beaux gosses", Riad Sattouf élève d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très...
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...
Mardi 20 ao?t 2013 Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet...
Vendredi 14 décembre 2012 Entre supposées prédictions mayas, sortie de "4h44, dernier jour sur terre", le nouveau film d'Abel Ferrara, et soirées labellisées «fin du monde», tout semble converger vers un 21 décembre apocalyptique – même si on ne fera que s'y bourrer la...
Jeudi 6 septembre 2012 De John Hillcoat (ÉU, 1h55) avec Shia LaBeouf, Tom Hardy, Jessica Chastaing…
Mercredi 6 juillet 2011 Versant apaisé du diptyque qu’il forme avec le torturé "Antichrist", "Melancholia" poursuit le travail psychanalytique mené par Lars Von Trier sur la dépression et le chaos, et prouve que ses concepts ne tiennent plus vraiment leurs...
Mercredi 7 juillet 2010 De Julie Bertuccelli (Fr-Australie, 1h40) avec Charlotte Gainsbourg, Marton Csokas…
Mercredi 2 décembre 2009 Passée son introduction intrigante, 'Persécution' fait figure de ratage pour un Patrice Chéreau enfermé comme ses personnages dans une logorrhée sur les impasses de l’amour, filmée avec un volontarisme irritant. Christophe Chabert
Mercredi 17 juin 2009 En tournant le controversé (jusqu’à l’intérieur de nos colonnes) Antichrist, Lars Von Trier pensait sûrement faire son Possession. La postérité jugera si (...)
Mercredi 27 mai 2009 Mélodrame psychanalytique qui vire à mi-parcours à l’ésotérisme grand-guignol, le nouveau Lars Von Trier rate le virage entamé par son auteur en voulant trop en faire sans s’en donner la rigueur. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !