L'ire du roi

Le Roi Lear

TNP - Théâtre National Populaire

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Grand maître des épopées théâtrales au long cours, Christian Schiaretti revient à Shakespeare avec "Le Roi Lear", huit ans après "Coriolan", à l’initiative de son acteur-titre, le fascinant Serge Merlin. Retour sur cet impressionnant travail et rencontre avec le metteur en scène et directeur du TNP. Nadja Pobel

L’Opéra de quat’sous, Coriolan, Par-dessus bord, Ruy Blas, Mai, juin, juillet, Une saison au Congo : que ce soit avec des textes classiques (Shakespeare, Hugo) ou contemporains (Brecht, Vinaver, Césaire), voire dans le cadre commandes (à Daniel Guénoun), Christian Schiaretti s'est imposé, au fil des saisons, entre les séries qu'il monte par ailleurs avec sa troupe permanente du TNP (sept comédies de Molière, un triptyque du Siècle d’or espagnol, un diptyque Strinberg récemment), comme un grand ordonnateur de spectacles-chorales. À chaque fois, un constat s'impose : c’est impeccable, si ce n’est impérial. Le Roi Lear ne déroge pas à la règle avec ses vingt-cinq comédiens sur scène, ses quatre heures de jeu et son décor épuré mais diablement intelligent, qui évoque le Globe Theatre dans lequel la pièce fut jouée la première fois en 1606. Un parti pris qui reflète la volonté du metteur en scène de rester fidèle à l’essence même des textes et à leur origine.

Pas question pour lui, au contraire de François Cervantes et ses Clowns, de proposer une adaptation farfelue. Les mots sont ici du grand poète Yves Bonnefoy, qui avait traduit la pièce en 1964, en des vers non rimés pour donner à entendre le plus directement possible la langue de Shakespeare, jamais ampoulée et néanmoins d’une parfaite précision. Ce choix évite de conférer à l'ensemble une préciosité qui desservirait son propos âpre et dense, au risque de rendre certains passages inintelligibles, notamment ceux impliquant le fils légitime de Gloucester, devenu pouilleux et rejeté, l'un des nombreux personnages peuplant le royaume de Lear, roi de Bretagne qui décide de partager ses terres entre ses trois filles en fonction de l’amour qu’elles lui témoignent lors d’un cérémonial public et bien impersonnel. Les deux premières, Goneril et Régane, se voient attribuer le bien après des courbettes et d’hypocrites déclarations alors que la cadette, Cordélia, est bannie faute de savoir exprimer son amour sincère envers son père. «Mais le temps démasquera ce qui se cache dans les plis de la ruse» prévient-elle. Commence alors la longue descente aux enfers de Lear, non plus roi, mais «père de Madame», chassé et déconsidéré par ses deux premières filles d’un égoïsme forcené, y compris l’une vis-à-vis de l’autre.

Le Roi Merlin

Il y a dans ce Lear toutes les contradictions de l’âme humaine. Serge Merlin le porte magistralement, lui confèrant toujours une même grandeur, fut-il abandonné ou, comme en ouverture, hautain et autoritaire ; glissant avec tant de finesse et de justesse vers la folie qu’il efface les frontières entre ses différents états mentaux ; ne se départissant jamais de sa vivacité, même devenu un petit vieillard qui traîne sa frêle carcasse, éructe, chuchote, se révolte et maudit sa progéniture. Pour autant, Merlin n'écrase pas le reste de la distribution. Déjà parce qu’il n’est présent que dans la moitié des scènes, même s’il est constamment question de lui. Et surtout parce qu’il joue en permanence avec les autres. Autour de lui se distinguent ainsi tout particulièrement Philippe Sire, mari de Régane, Vincent Winterhalter, comte de Kent tout en nuances, Philippe Duclos, comte de Gloucester et Christophe Maltot, son fils.

Il faut dire qu’on a déjà beaucoup vu cet acteur inouï qu'est Merlin sur les planches du TNP, sous la direction de Thomas Bernhard (Le Réformateur en 2000, m.s. Engel) ou, l’an dernier, dans une froide Fin de partie de Beckett (par Françon). Peu présent au cinéma mais popularisé grâce à Amélie Poulain (le peintre qui aide Amélie dans son travail de détective, c’est lui), Serge Merlin a littéralement grandi sur les planches, joué sous la direction des plus grands metteurs en scène, de Chéreau à Camus (oui l’écrivain !) en passant par Karge et Bondy, et été l’'acteur fétiche de Mathias Langhoff, qui lui a confié certains de ses plus grands rôles. Notamment celui de … Lear, en 1986. Ce qui ne l'empêche pas, au moment des saluts, d'afficher un bonheur de gosse (à quatre-vingt-un ans) incroyablement communicatif.

Lieu unique

Pour faire exister ce texte et le véritable ballet de comédiens qu'il implique, il fallait un espace scénique qui les cadre sans les enfermer. Ce sera une quasi arène, dont les hauts murs tour à tour verrouillent et dévoilent des fenêtres et dont les portes latérales sont autant d’entrées et sorties. Elle permet à Schiaretti de revenir à l’essence même de la création et de transformer cet espace vide (au sens où l’entend Peter Brook), par un jeu de lumières d’une terrible efficacité et le recours à des éléments organiques, en château, en cahute ou en champ de bataille. Quand la terre tombe dans un raffut du diable sur le plateau, lors de l’orage dans la lande, colle aux bottes et se mêle à la paille, elle est bien plus qu’un élément de décor : elle modifie la foulée des soldats, salit Lear et ses compagnons d’infortune, dégage une odeur de humus. Le spectacle en devient sensoriel, gagne en rectitude et prouve, à l'instar de Coriolan ou, plus récemment, d'Une saison au Congo, que l'ascétisme scénique (un seul environnement valant pour tous les lieux de l’action) de Christian Schiaretti ne relève pas d'une faiblesse mais d'une croyance absolue dans l’évocation théâtrale. Et creuse cette veine vilarienne d'un théâtre public pouvant se targuer d'être populaire.

Le Roi Lear
au TNP, jusqu’au samedi 15 février

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 8 septembre 2021 100 ans en plein Covid, 101 ans cette année. Enfin le TNP peut convoquer son histoire lors d’un mois de septembre dense et réjouissant. De Paris à Villeurbanne, de Firmin Gémier à Jean Bellorini,  l’aventure du théâtre national populaire...
Mardi 11 décembre 2018 Dans une proposition plus aride que jamais, Christian Schiaretti semble avoir trouvé avec L’Échange de Claudel la matière à un ascétisme qui repose entièrement sur le texte et les acteurs.
Lundi 30 avril 2018 Ce n'est pas un spectacle neuf, loin de là. Pourtant, dans le flot de ce qui se joue en ce mois de mai, cela reste une proposition majeure. Christian (...)
Mardi 20 février 2018 Karl Marx à toutes les sauces. Honni, déifié, ou simplement figure du quotidien comme à Berlin qui lui accorde encore une rue grouillante de vie (à l'Ouest) ou (...)
Lundi 20 novembre 2017 Sensible à la création émergente, la direction du TNP s'ouvre cette saison à quatre jeunes metteurs en scène. Le premier d'entre eux, malheureusement, déçoit avec Nos cortèges.
Mardi 24 janvier 2017 Elle vient d'être nommée à la tête des Clochards Célestes. Sa mise en scène ultra rythmée du Tailleur pour dames de Feydeau fait salle comble dans la Célestine. Louise Vignaud aime rien tant que raconter des histoires : voici la sienne.
Mardi 11 octobre 2016 Juste avant la création d'Antigone, la saison d'un des plus importants centres dramatiques nationaux de France s'ouvre avec... une reprise en petite salle, Electre. Si écouter ce texte de Jean-Pierre Siméon est un plaisir, cela suffit-il à faire un...
Vendredi 13 mai 2016 Le directeur du TNP, en place depuis 2002, a vu sa demande de prolongation acceptée par le ministère de la Culture. Le 9 mai dernier, Audrey Azoulay a (...)
Mardi 19 avril 2016 Et pourquoi pas remonter encore Ubu, ce despote plus attachant que bien d’autres plus réels ? Problème : la mise en scène est aussi fourre-tout que la scénographie. Et Stéphane Bernard s’expose bien seul aux vents contraires.
Mardi 8 septembre 2015 Souvent taxé d’art vieillissant, le théâtre ne cesse pourtant, à l’instar des sociologues ou historiens, d’ausculter le monde contemporain. Cette saison, plusieurs auteurs décryptant la trivialité des rapports sociaux seront portés au plateau. Nadja...
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mercredi 20 mai 2015 22 spectacles dont 9 émanant de sa direction ou de ses acteurs permanents : la saison prochaine, le Théâtre National Populaire fera la part belle aux talents maison, à commencer par la création très attendue de "Bettencourt Boulevard" par Christian...
Lundi 13 octobre 2014 Le metteur en scène et directeur du TNP annonce sa prochaine création : "Bettencourt Boulevard ou une histoire de France" au cours de la saison 2015-2016. Nadja Pobel
Mardi 9 septembre 2014 Qu’ont cuisiné les directeurs des grandes salles pour cette saison ? En marge des spectacles qu’ils accueillent, ils mitonnent d'ordinaire leurs plats en arrière-salle mais cette saison, hormis à la Croix-Rousse, c’est régime. Nadja Pobel
Lundi 3 février 2014 Six jours après la première du "Roi Lear", le metteur en scène Christian Schiaretti revient sur la genèse de ce qui pourrait être son dernier grand spectacle au TNP. Propos recueillis par Nadja Pobel
Vendredi 17 janvier 2014 Méconnu en France, Howard Barker est pourtant l’un des auteurs contemporains les plus prolifiques et radicaux d’aujourd’hui. Séduite par son travail, la comédienne Aurélie Pitrat, de l’association nÖjd, l’a délogé de son théâtre londonien le temps...
Vendredi 3 janvier 2014 Et si on misait sur la relève en ce début d’année ? Les grands noms du théâtre auront beau être à Lyon tout au long des six mois à venir, c’est en effet du côté des jeunes que nos yeux se tourneront prioritairement. Nadja Pobel
Jeudi 28 novembre 2013 "Les Clowns", c’est un spectacle sur le théâtre porté par trois clowns rocambolesques. C'est aussi et surtout un véritable coup de cœur. Aurélien Martinez
Jeudi 26 septembre 2013 Regarder la liste des metteurs en scène qui l’ont dirigé donne le vertige : Charlie Nelson a travaillé avec tous ceux qui ont fait le théâtre public ces trente dernières années en France. Il revient grimé en "Président" autocrate au Théâtre de la...
Vendredi 17 mai 2013 Décidément excellent quand il s’attelle à une fresque historique, Christian Schiaretti porte à la scène le poignant texte d’Aimé Césaire, "Une saison au Congo", avec une troupe unie de trente-sept interprètes. Un hommage à la liberté des peuples...
Jeudi 20 décembre 2012 Plaçant le verbe au cœur de tous ses spectacles, qu’ils soient des grosses productions (Coriolan, Ruy Blas , Mai, juin, juillet) ou de plus petites (...)
Dimanche 21 octobre 2012 Cinquante personnes sur scène pour raconter les mois de mai, juin et juillet 68 vus sous le prisme du théâtre. C’est la grande épopée à laquelle nous convie Christian Schiaretti sur un des lieux même où s’est déroulée l’action de ces mois agités et...
Mercredi 9 mai 2012 Époustouflante Jeanne d’Arc dans la version de Delteil (reprise au Théâtre national Populaire de Villeurbanne du 22 au 26 mai), Juliette Rizoud, est, du haut de ses 28 ans, une comédienne déjà expérimentée, notamment auprès de Christian Schiaretti....
Lundi 5 mars 2012 Christian Schiaretti met en scène deux pièces d’August Strindberg au Théâtre national populaire, «Mademoiselle Julie» et «Créanciers». Et fait coup double. Dorotée Aznar
Vendredi 16 décembre 2011 Déjà quatre ans que Christian Schiaretti présente des "petits" Molière. Soit il s’agit de pièces en un acte, soit de pièces méconnues. Pas de grand classique à ce (...)
Vendredi 18 novembre 2011 Réouvert en grande pompe et avec une certaine émotion le 11 novembre dernier, le TNP donne la parole à Ruy Blas de Victor Hugo, qui comme tous les grands (...)
Vendredi 4 novembre 2011 Story / Ce n’est pas une superstition qui se cache derrière le 11.11.11, date de réouverture du TNP de Villeurbanne, mais un hommage à son passé : le lieu a été inauguré le 11 novembre 1920 au Trocadéro, à Paris. Depuis 1972, l’un des plus...
Vendredi 14 janvier 2011 Théâtre / Sur un plateau nu, dans un dispositif bi-frontal, Christian Schiaretti exhume au TNP "La Célestine", un classique de la littérature espagnole du XVIIe siècle méconnu en France. Une tragi-comédie fleuve et convaincante. Nadja Pobel
Lundi 23 novembre 2009 Critique / Philoctète est un vieil homme, abandonné par les Grecs sur une île déserte à cause d’une plaie abominable et fétide au pied. Un homme plein de rancœur (...)
Lundi 23 novembre 2009 Auteur / En quittant la Comédie de Reims pour rejoindre le Théâtre National Populaire, Christian Schiaretti a emporté dans ses valises Jean-Pierre Siméon, poète (...)
Samedi 21 novembre 2009 Entretien / Laurent Terzieff est à l’affiche du Théâtre National Populaire de Villeurbanne. Il apparaît sous les traits de Philoctète, vieil homme blessé et abandonné par les siens sur une île, dans une mise en scène de Christian Schiaretti....
Mardi 13 octobre 2009 Lundi 12 octobre, Christian Schiaretti, directeur du Théâtre National Populaire de Villeurbanne, a inauguré le petit théâtre Jean Bouise, en attendant la fin des travaux de la grande salle en 2011. Nadja Pobel
Mercredi 15 avril 2009 Théâtre / Christian Schiaretti n'a une fois de plus pas fait dans l'économie. Il monte pour les élèves de l'ENSATT deux pièces de Robert Garnier pour plus de trois heures de théâtre. Nadja Pobel
Jeudi 26 février 2009 Théâtre / Et de sept ! En créant Le Dépit amoureux et L'Étourdi ou les contretemps, Christian Schiaretti ajoute cette saison deux autres farces de Molière à son (...)
Jeudi 22 janvier 2009 Théâtre / Comment faire entendre Shakespeare aujourd'hui ? À Lyon, Pascal Mengelle et Christian Schiaretti font raisonner le maître anglais avec la création de Macbeth et la reprise de Coriolan en faisant confiance à des traductions bien...
Jeudi 20 mars 2008 Théâtre / Par-dessus bord de Michel Vinaver est monté au Théâtre National Populaire de Villeurbanne dans son intégralité et pour la première fois en France. Retour sur une œuvre hors de toute mesure. Dorotée Aznar
Mercredi 16 mars 2005 Théâtre / Un bien joli texte et une mise en scène bien peu révolutionnaire, Père est une tragédie tout ce qu'il y a de plus propre. En dépit d'une excellente distribution, la pièce manque d'ampleur, transsformant Père en petit drame aux longueurs...
Mercredi 6 décembre 2006 Théâtre / Quand le directeur du TNP, Christian Schiaretti, s'attaque à Coriolan, son premier Shakespeare, il ne lésine pas sur les moyens. Le résultat, magistral, est à la hauteur de ses ambitions. Dorotée Aznar

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !