How I met Howard Barker

Innocence

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Méconnu en France, Howard Barker est pourtant l’un des auteurs contemporains les plus prolifiques et radicaux d’aujourd’hui. Séduite par son travail, la comédienne Aurélie Pitrat, de l’association nÖjd, l’a délogé de son théâtre londonien le temps qu'il mette en scène un texte inédit, "Innocence". Récit de cette rencontre entre deux conceptions de la culture diamétralement différentes. Nadja Pobel

Soixante sept ans au compteur, une trentaine de pièces et mises en scène à son actif, un lieu de création dédié à son œuvre : Howard Barker n’est pas un débutant. Il est pourtant peu joué en France, comme nombre de ses compatriotes contemporains. Le Théâtre de l’Odéon à Paris lui a bien consacré quelques semaines en 2009, une jeune compagnie lyonnaise, ETC, a certes monté son Cas Blanche-Neige il y a peu, oui des universitaires lui ont consacré de savants ouvrages et articles, mais cela fait peu.

Reste son écriture (la plupart de ses textes ont tout de même été traduits en français), traversée par quelque chose de l’ordre de la déflagration, une sorte d’irrévérence qui n’aurait jamais été pensée comme telle, un «théâtre de la catastrophe» comme il l’a lui-même nommé dans son manifeste Arguments for a Theater, paru en 1989, et que Michel Morel, professeur à Nancy 2, ramène au sens étymologique de bouleversement, de «restauration d’une pureté paradoxale au sein même de la crise». Car Howard Barker, historien de formation, s’appuie sur des événements réels ou littéraires pour en tirer des spéculations qui nourrissent ses pièces, comme lorsqu’il fit du personnage absent de la mère dans Le Roi Lear son héroïne dans Les Sept Lear. C’est d’ailleurs par ce texte qu'Aurélie Pitrat a fait la connaissance de cet auteur, en 2007.

Long cours

Cette comédienne issue du compagnonnage du Nouveau Théâtre du 8e à Lyon, est alors déjà membre de l’association nÖjd. Elle a fait partie du splendide et glaçant La Musica Deuxième, d'après Marguerite Duras, des Chevaliers de son camarade Guillaume Baillart et le déjanté Yvonne princesse de Bourgogne est dans les cartons. Quand un stage avec Barker se présente, elle fonce : «Tout de suite, on s’est mis au travail sur sa variation de l’Oncle Vania de Tchekhov. Sans être bilingue ni l’un ni l’autre, nous avons beaucoup parlé et ses indications scéniques étaient concises, sur la rythmique comme sur la technique». In fine, Barker la convie à sa Wrestling School, qui n'est pas une école mais un lieu où il a pu monter ses textes. Plus que dans son univers, Aurélie Pitrat plonge dans l’Angleterre, et se «prend l’exception culturelle française en pleine tête. Là-bas, il n’y a quasiment pas d’argent public, pas de système d’intermittence ; pour faire le théâtre qu’ils souhaitent vraiment, les acteurs doivent jouer dans des comédies musicales lucratives quand ils ne sont pas serveurs».

Barker, un temps associé à la Royal Shakespeare Company, a lui-même été remercié par l’Etat faute d’avoir produit un théâtre "éducatif". Il faut dire que les bons et les méchants ne sont pas aisément identifiables chez lui. «Il veut penser, pas éduquer» précise Aurélie Pitrat. D'ailleurs, lorsqu’il lui confie un de ses textes datant de la fin des années 90, Innocence, elle ne sait quoi faire de ce fabuleux cadeau : «Avec les nÖjd, on lui a proposé de faire un stage ensemble. Proposition refusée. Il s’est excusé de ne pas être un pédagogue mais a dit qu’il serait heureux de nous rencontrer ce qui, pour lui, signifiait nous diriger !». Aurélie a à peine trente ans et vient de décrocher le Graal. Elle pense alors «que tout se fera à l’arraché en trois semaines», mais la DRAC lui conseille de se lancer dans une production déléguée. «Heureusement que j’étais insouciante ou inconséquente, je ne sais pas», constate-t-elle aujourd'hui, amusée de s'être embarquée ainsi dans un projet au long cours. Deux ans et demi plus tard, le soutien des partenaires publics (Etat, Ville, Région) mais aussi des théâtres (Célestins, MC2 de Grenoble, Villefranche, Andrézieu-Bouthéon), la mène, elle et son équipe, au terme de cette création, qui devrait lui permettre de montrer un bel échantillon du travail de Barker.

Décapité

Innocence est presque une exégèse de l’histoire française. Barker, citoyen d’un pays royaliste, s’attaque à cet instant qui voit la royauté tomber comme un couperet : le procès de Marie-Antoinette, durant lequel est évoqué un inceste avec son fils. La guillotine a laissé la question en suspens. Barker, lui, s’est engouffré comme à son habitude dans cette supposition pour décliner des thèmes qui lui sont chers : le sacrifice, la surveillance, la rumeur. «Il ne faut pas s’attendre à tout comprendre prévient Aurélie Pitrat. Cette histoire est passée au filtre de son imaginaire et de sa langue poétique, qui distordent le récit. Le but du jeu est d’avoir des sensations, d’être en rythme. Il nous dirige beaucoup avec un vocabulaire musical». Plus qu’un acte de théâtre, c’est bien d’une rencontre qu’il est question avec l’aventure d’Innocence, entre Aurélie Pitrat et Howard Barker et entre un groupe de comédiens français et une équipe anglaise - Barker co-dirige la pièce avec un comédien, Gerrard McArthur. Mais aussi entre deux cultures : en Angleterre, Aurélie Pitrat s'est notamment rendue compte que l’heure du tea break des répétitions est presque aussi important que les indications scéniques d’un Barker qui ne se pose jamais en régent, planant au-dessus du projet comme une icône tout en restant à hauteur de sa jeune équipe.

Innocence
Aux Célestins, jusqu’au samedi 1er février et au Théâtre de Villefranche les mardi 25 et mercredi 26 février

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 janvier 2020 Confirmant, cinq ans après Mandarine, leur retour aux affaires, les Innocents font de 6 1/2 le terreau de la confrontation de talents plus habiles à se vivre dans l'exponentiel que dans la simple addition.
Lundi 8 octobre 2018 Réunissant plusieurs structures artistiques et des plasticiens de tous horizons, Les Nouveaux Sauvages investissent les Halles du Faubourg, une ancienne usine lyonnaise. Retour sur la soirée d'inauguration et notre regard sur l'expo.
Mardi 28 novembre 2017 Furieusement grinçant, emportant les conventions familiales et l'amour de la patrie dans un même élan, Déjeuner chez Wittgenstein est une œuvre majeure de Thomas Bernhard. Aurélie Pitrat nous propose de passer à table. Prenez place !
Vendredi 3 janvier 2014 Et si on misait sur la relève en ce début d’année ? Les grands noms du théâtre auront beau être à Lyon tout au long des six mois à venir, c’est en effet du côté des jeunes que nos yeux se tourneront prioritairement. Nadja Pobel
Mercredi 4 septembre 2013 … a fait un beau voyage théâtral dans l’agglomération lyonnaise. Cette association de comédiens qui a emprunté son nom à un personnage mineur de Père de Strinberg (...)
Mardi 3 septembre 2013 Avec Balises, opération visant à rendre plus lisible l'offre théâtrale lyonnaise, une idée simple mais forte va balayer la saison 2013/14 : il y a du spectacle vivant partout. Explication. Nadja Pobel
Mercredi 10 juillet 2013 Croisement rêvé entre Melody Gardot et Björk, la Coréenne francophile Youn Sun Nah signe un nouvel album (d)étonnant, tout entier à la gloire de son énergie vocale, de son raffinement et d'un jazz libéré de toute contrainte, quoique habité et nourri...
Mercredi 5 juin 2013 Alors que s’achève tout juste, sur le plateau des Célestins, une version tonitruante de "Cyrano" (avec un Torreton sidérant), le théâtre de la Ville de Lyon annonce une future saison résolument européenne et contemporaine. Laquelle sera lancée par...
Dimanche 20 mai 2012 Pour résumer l'acte de fondateur de Tennis, Jacques Brel aurait pu chanter sur l'air de Vesoul «t'as plus aimé Denver/on a quitté Denver/t'as voulu voir la (...)
Vendredi 10 février 2012 Dans une pièce retirée de l'URDLA, l'écrivain et artiste Onuma Nemon répond à nos questions pendant son vernissage auquel il ne participera pas directement, refusant d'apparaître en public. Ni bouderie, ni snobisme, depuis le début O.N., comme on le...
Vendredi 14 octobre 2011 Oubliez la poupée aux cheveux noir ébène et ses sept nains collés aux basques. Dans la version du dramaturge anglais Howard Barker, il ne reste que la (...)
Lundi 6 juillet 2009 Marion Cotillard, actrice, trouve dans Public enemies son premier grand rôle américain, ou comment une comédienne consacrée par un mythe français se mue, promo comprise, en star internationale. Christophe Chabert
Mercredi 8 décembre 2004 Livrant une fausse suite à son mythique opus, Mamoru Oshii questionne autant les sens que le mental fiévreux d'une humanité déliquescente. Et envoie les frères Wachowski jouer sur l'autoroute de l'information. François Cau

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !