Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

L'oeil du Tigran

Tigran Hamasyan - shadow theater

Auditorium de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En clôture de Saint-Fons Jazz et en co-production avec Jazz à Vienne, l’Auditorium accueille Tigran Hamasyan et son Shadow Theater. L’occasion d’assister à l’impressionnante métamorphose d’un jeune prodige jazz en créature pop ubiquiste, dotée d’une vision panoramique de son art. Stéphane Duchêne

En une poignée d’années et quelques albums, Tigran Hamasyan s’est posé en figure incontournable et indispensable du paysage musical. On devrait dire du jazz puisque c’est de là qu’il vient, mais ce serait par trop réducteur. Car dès le départ, tous ceux qui ont croisé sa route ou ses disques ont supposé que le jeune Arménien allait vite déborder du cadre (on le découvrira ainsi prochainement à l’œuvre sur le deuxième album de la pépite pop Cascadeur), arracher le costume d’interprète virtuose et d’improvisateur génial, trop étroit pour un tel talent. Un talent qui en sus vient du punk et ne l’a jamais vraiment quitté. Pas plus qu’il ne se défait de la marque culturelle de son pays.

Matière volatile

Son Shadow Theater est bien, comme son nom l’indique un théâtre d’ombres – discipline qui plus est partie prenante de la culture arménienne – éclairant l’évolution esthétique permanente du musicien. Un théâtre où viennent s’agiter dans un époustouflant jeu de cache-cache le folklore arménien, enseigné par son mentor Vahagn Hayrapetyan ; l’épouvantail rock, musique du père ; le vieux spectre jazz, découvert grâce à son oncle ; la "freakerie" électro ; les feux-follets choraux ; quelques anges baroques (le bien nommé Holy) et apparitions pop aussi, qui vont jusqu’à rappeler des compositeurs comme Sufjan Stevens – Erishta, The Court Jester et Road Song. Ce voyage en Arménie là fait le grand tour, d’un continent à l’autre, téléscopant explorations avant-gardistes du XXIe siècle et folklores ancestraux, machines et clavecin – sur son album solo A Fable il se penchait déjà sur le conte médiéval.

Tigran appartient bien à cette jeune génération de compositeurs – dont Nico Muhly, dans un tout autre genre, fait partie – qui mieux que ses aînés a su transformer le marbre de l’enseignement académique et de la tradition – quels qu'ils soient – en matière volatile et mouvante, modelant, à force d’expérimentations, des œuvres bien trop vastes pour rentrer dans de quelconques cases, bien trop protéiformes pour ne pas être insaisissables, bien trop curieuses pour ne pas prendre la tangente quand on les croient installées.

Tigran Hamasyan Shadow Theater
A l’Auditorium Maurice Ravel, vendredi 31 janvier
Rencontre à l'Iris de Francheville jeudi 30 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 14 octobre 2020 Faut-il faire la queue près d’une heure pour une pizza margherita ? Non, mais réserver dans la nouvelle brasserie italo-branchée du groupe Big Mamma, pourquoi pas.
Mardi 11 avril 2017 Toujours au sommet, cette fois du Mont Ararat où son dernier disque puise son inspiration, Tigran Hamasyan revient après plusieurs années hors des sentiers battus au piano solo, formule qui l'a révélé comme un prodige du jazz et de la musique...
Mardi 6 octobre 2015 Habitué des festivals de jazz (notamment lyonnais) découvert par Stéphane Kochoyan de Jazz à Vienne, on a tendance à oublier que Tigran Hamasyan a étudié en (...)
Mardi 29 septembre 2015 De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine....
Mardi 22 septembre 2015 Du côté de l'AOC "world, soul, jazz, etc.", le fourre-tout est de rigueur, les talents pluriels et les esthétiques en quinconce. Si bien qu'on ne sait plus où donner de la tête. Eh bien c'est juste ici, un peu partout.
Mercredi 24 juin 2015 Entre éternels retours et renouvellement forcenés des talents, Jazz à Vienne continue pour sa 35e édition de puiser aux sources du jazz tout en se posant en laboratoire de la musique de demain. Stéphane Duchêne
Mardi 24 mars 2015 La programmation de Jazz à Vienne ? Du classique jamais trop classique, des habitués qui prennent le temps de se changer, des têtes d'affiches de tous ordres. Bref, Vienne tel qu'en lui même : ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre....
Vendredi 17 mai 2013 Réunissant une soixantaine d’artistes, la 12e Biennale d’art contemporain, "Entre-temps… Brusquement et ensuite", tentera de nous raconter des histoires autrement, à travers une multitude de formes nouvelles de «récits visuels». Jean-Emmanuel Denave
Jeudi 21 juin 2012 Qui dit été dit festivals, qui dit festivals dit jazz, qui dit jazz dit Jazz à Vienne, point de rencontre annuel de la grande migration des jazzeux du monde entier. Stéphane Duchêne
Jeudi 31 mai 2012 Très orientée «nouveaux talents» en plus de quelques valeurs sûres, Fort en Jazz joue cette année la politique de l'offre rafraîchissante et du talent juvénile qui transpire par tous les pores du jazz et de ses dérivés. Stéphane Duchêne

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter