Au lit avec Eric Rohmer

Ma nuit chez Maud
D'Eric Rohmer (1969, Fr, 1h50) avec jean-Louis Trintignant, Françoise Fabian, Marie-Christine Barrault

Un coffret DVD regroupant l’intégrale de son œuvre, une biographie, la réédition de ses nouvelles inédites et la ressortie en salles d’une partie de ses films restaurés : 2014, c’est l’année Éric Rohmer, à laquelle participe la Ciné-collection du GRAC en proposant en février dans les salles participantes Ma nuit chez Maud. Que l’on soit inconditionnel ou sceptique face à Rohmer, ce film-là est de toute évidence un des sommets de son œuvre, en tout cas le meilleur des Six contes moraux qui posèrent les bases de son cinéma.

Un ingénieur trentenaire s’installe à Clermond-Ferrand ; le dimanche, ce catholique convaincu va à la messe mais il ne fait pas que réciter le Notre Père, il mate aussi la jolie blonde debout quelques bancs devant lui, avant de la suivre avec son automobile dans les rues de la ville. Une nuit peu après Noël, un de ses anciens amis de lycée, devenu professeur de philosophie à la fac, l’entraîne chez Maud, mère divorcée qui se définit comme «athée» et «petite-bourgeoise». Avec elle s’engage une joute verbale où la foi, le pari pascalien et la philosophie des sentiments tissent un étonnant jeu de la séduction.

Cela occupe quasiment toute la première heure du film et Rohmer parvient, avec son économie de mise en scène habituelle, à repousser les limites du cinéma "en chambre". S’en dégage un érotisme qui tient beaucoup au magnétisme des deux comédiens : Jean-Louis Trintignant, qui compose un personnage bourré de paradoxes, affichant des certitudes pour mieux les contredire dans ses actes par la suite, et Françoise Fabian, magnifique de charme tentateur. Ainsi, il n’est pas impossible que Lars von Trier, parmi les multiples influences de Nymphomaniac, y ait gardé une place de choix pour Ma Nuit chez Maud — après tout, pendant trente minutes, on y voit une femme dans un lit raconter à un homme stoïque sa vie sexuelle…

La dernière partie repose sur d’étonnants twists dramatiques — qui prouvent que les auteurs de la Nouvelle Vague étaient loin d’être de mauvais scénaristes, contrairement à la légende colportée par quelques idiots incultes — qui donnent une nouvelle ampleur à l’ensemble, en particulier cet épilogue superbe où le temps a passé, et la neige clermontoise a laissé place au soleil d’une plage estivale très rohmerienne, elle aussi…

Christophe Chabert

Ma Nuit chez Maud
D’Éric Rohmer (1969, Fr, 1h56) avec Jean-Louis Trintignant, Françoise Fabian, Antoine Vitez…
Dans les salles du GRAC, jusqu’au 3 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 28 mai 2019 Juin étant à la fois le mois de la Fête de la Musique et celui de la Fête du Cinéma, les salles du réseau du Grac ont fait coup double avec leur dernière (...)
Mardi 9 mai 2017 Dans son Voyage à travers le cinéma français, Bertrand Tavernier révèle que son premier souvenir de cinéma se rattache à la vision de Dernier Atout (1942) de (...)
Mardi 2 septembre 2014 La rentrée cinéma, c’est aussi celle du cinéma de patrimoine. Et il y en a partout : à l’Institut Lumière, chez UGC, dans les salles du GRAC… Du rare, du classique, des incontournables : que du bon ! Christophe Chabert
Mardi 15 avril 2014 Après Nicolas Boukhrief l’an dernier, c’est le cinéaste Pascal Laugier qui a droit à une carte blanche durant Hallucinations collectives. L’homme qui avait (...)
Mercredi 28 ao?t 2013 On en sait désormais un peu plus sur la programmation du festival Lumière 2013 où, faut-il le rappeler, Quentin Tarantino sera à l’honneur. Bergman, Verneuil, Ashby, des films noirs rarissimes, des projections événements, des raretés restaurées et...
Vendredi 23 ao?t 2013 Le cinéma de patrimoine, par-delà le festival Lumière, va-t-il devenir le prochain enjeu de l’exploitation lyonnaise ? En attendant d’aller voir de plus près ce qui se passe en la matière, revue des classiques à l’affiche dans les mois à venir et...
Vendredi 14 juin 2013 Le retour sur les écrans, dans une copie restaurée à pleurer de beauté, du Désert des tartares, film maudit qui marque à la fois le point d’orgue et le point (...)
Jeudi 18 octobre 2012 Avec «Amour», Michael Haneke filme le crépuscule d’un couple face à la maladie et l’approche de la mort. Mais son titre n’est pas trompeur : sans perdre ni sa lucidité, ni sa mise en scène au cordeau, Haneke a réalisé son film le plus simple,...
Dimanche 3 octobre 2010 Théâtre / «Notre père qui êtes aux cieux, 
restez-y». Après avoir présenté des textes d'Aragon, des poèmes d’Apollinaire et "le Journal de Jules Renard", (...)
Jeudi 25 février 2010 D’Olivier Ducastel et Jacques Martineau (Fr, 1h37) avec Guy Marchand, Françoise Fabian…
Jeudi 29 octobre 2009 La Ciné-collection met à l’honneur un chef-d’œuvre de la comédie italienne, ‘Le Fanfaron’ de Dino Risi, où un timide étudiant s’encanaille un quinze août avec un truculent Romain, hâbleur et dragueur. Au bout de la ligne droite, une grande...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !