Abus de faiblesse

Abus de faiblesse
De Catherine Breillat (Fr, 1h44) avec Isabelle Huppert, Kool Shen...

Avec ce film autobiographique évoquant l’AVC qui l’a laissée partiellement paralysée et sa rencontre avec l’escroc Christophe Rocancourt, Catherine Breillat se livre à un portrait en bourgeoise aveuglée et humiliée, qui manque de saillant cinématographique mais pas de cruauté. Christophe Chabert

Ce n’est pas la première fois que Catherine Breillat met son cinéma en abyme ; Sex is comedy rejouait ainsi le tournage compliqué d’À ma sœur… Mais jusqu’ici, Breillat elle-même se tenait à l’écart de ce jeu dont on sait à quel point il peut être vain — qu’on se souvienne du Château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi… Or, Abus de faiblesse ne cache pas sa nature autobiographique, malgré toutes les précautions d’usage ; les noms ont été changés, mais Maud-Isabelle Huppert, cinéaste victime d’un AVC qui la laisse à moitié paralysée, c’est évidemment Breillat. Et l’escroc Vilko-Kool Shen — subtil redoublement que d’avoir distribué un non-acteur pour jouer un non-acteur —, à qui elle veut offrir le rôle principal de son prochain film, c’est Christophe Rocancourt. Celui-ci va lui soutirer des sommes de plus en plus colossales, jusqu’à la plonger dans la précarité.

La bourgeoise et l’arnaqueur

L’ouverture du film décrit l’accident de Maud comme une scène de cauchemar — effectivement tétanisante — puis la rééducation douloureuse qui s’ensuit. C’est un parfait tremplin pour une Isabelle Huppert en pleine performance, même si c’est dans le dernier acte qu’elle sera vraiment impressionnante. Clouée au lit, elle découvre à la télé le fameux Vilko, qui raconte ses "exploits" sans fard — il vole aux riches, dont il raille conjointement la cupidité et la crédulité ; mais elle n’écoute pas, elle ne voit que le comédien potentiel. Fascination esthétique qui confine à l’aveuglement narcissique. De fait, si autoportrait il y a, celui-ci est sans complaisance, Maud étant un personnage assez antipathique, égocentrique, cassant avec sa famille et son entourage…

C’est la bonne surprise d’Abus de faiblesse : plutôt que de justifier l’injustifiable — comment une femme intelligente peut se faire arnaquer par un si grossier imbécile — Breillat ne se fait absolument aucun cadeau. Le final, où Huppert éructe tel Harpagon des «mon pognon !» au milieu d’une maison en chantier exprime avec une violence démente la déchéance d’une bourgeoise hautaine rendue à l’état de ruine humaine. Certes, Abus de faiblesse a du mal à donner le change à cette cruauté par sa mise en scène, plate, desservie par une image numérique fadasse et un manque d’attention aux rôles secondaires, mais cela faisait longtemps que Breillat n’avait pas signé un film aussi viscéral et brutal ; digne de sa réputation…

Abus de faiblesse
De Catherine Breillat (Fr, 1h45) avec Isabelle Huppert, Kool Shen…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 9 septembre 2020 Impossible de la manquer cette semaine à Lyon : sa silhouette est aux frontons de tous les cinémas et vous la croiserez peut-être au gré des rues puisqu’elle vient de débuter le tournage du nouveau film de Laurent Larrivière avec Swann Arlaud. Elle,...
Lundi 11 décembre 2017 Le festival Woodstower fête ses 20 ans et invite pour l'occasion le mythique groupe de hip-hop Suprême NTM pour un concert spécial en ouverture du (...)
Mardi 24 mai 2016 Curieuse, cette propension des cinéastes étrangers à venir filmer des histoires pleines de névroses en France. Et à faire d’Isabelle Huppert l’interprète de cauchemars hantés par une sexualité aussi déviante que violente. Dommage que parfois, ça...
Mardi 5 avril 2016 de Mia Hansen-Løve (Fr, 1h40) avec Isabelle Huppert, André Marcon, Roman Kolinka…
Mardi 16 juin 2015 De Guillaume Nicloux (Fr, 1h32) avec Gérard Depardieu, Isabelle Huppert…
Mardi 8 avril 2014 Événement théâtral absolu, du moins si l'on se base sur l'affluence du public (que ce soit ici à Lyon ou à Paris, où la pièce fut créée et jouée deux mois), le (...)
Mercredi 4 septembre 2013 De Serge Bozon (Fr, 1h46) avec Isabelle Huppert, François Damiens, Sandrine Kiberlain…
Dimanche 7 avril 2013 Marco Bellocchio signe un film choral interrogeant le droit de décider de sa propre mort et, malgré l’étonnante vivacité de sa mise en scène, n’évite pas un certain didactisme. Christophe Chabert
Vendredi 29 mars 2013 De Niels Arden Oplev (EU, 1h57) avec Colin Farrell, Noomi Rapace, Isabelle Huppert...
Mercredi 13 mars 2013 De Guillaume Nicloux (Fr, 1h54) avec Pauline Étienne, Louise Bourgoin, Isabelle Huppert…
Jeudi 18 octobre 2012 Avec «Amour», Michael Haneke filme le crépuscule d’un couple face à la maladie et l’approche de la mort. Mais son titre n’est pas trompeur : sans perdre ni sa lucidité, ni sa mise en scène au cordeau, Haneke a réalisé son film le plus simple,...
Jeudi 11 octobre 2012 Morceau de choix pour terminer le festival : la version restaurée et intégrale de "La Porte du Paradis", film maudit devenu film mythique, date-clé de l’Histoire du cinéma qui marque la fin d’une utopie hollywoodienne mais aussi le purgatoire d’un...
Mercredi 2 novembre 2011 D’Anne Fontaine (Fr-Belg, 1h43) avec Isabelle Huppert, Benoît Poelvoorde…
Vendredi 2 juillet 2010 De Marc Fitoussi (Fr-Belg, 1h47) avec Isabelle Huppert, Lolita Chammah…
Mercredi 17 mars 2010 De Claire Denis (Fr, 1h42) avec Isabelle Huppert, Isaach de Bankolé…
Vendredi 3 juillet 2009 Ursula Meier Seven7
Mercredi 17 septembre 2008 Rock-électro-rap / Qui, des vieux briscards encore verts ou des jeunes qui en veulent, remportera le trophée de la rentrée musicale ? Hein, qui ? Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter