Entre-deux-camps

Andromaque

Théâtre de la Croix-Rousse

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Monter un classique des classiques : la mission est pour le moins délicate. Frédéric Constant, metteur en scène et acteur associé à la Maison de la culture de Bourges, a le mérite de s'y être essayé avec Andromaque, mais il s’y est cassé les dents. Transposant les héros et victimes de la Guerre de Troie dans l’entre-deux-guerres du XXe siècle, Constant semble surtout incapable de choisir entre deux temporalités : ses actrices jouent comme de grandes tragédiennes de l’Antiquité mais se confrontent à un Oreste sortant de la Navy ; sa mise en scène est rudimentaire pour ne pas dire statique dans sa première moitié alors que dans la seconde il multiplie des incursions vidéo plus contemporaines - elle se montrent pour le coup particulièrement pertinentes lorsqu’il s’agit d’évacuer le suicide de Céphise. Jamais les deux aspects ne se lient, créant un faux rythme qui s’étire tout de même sur trois heures.

Même constat côté jeu, les inclinaisons dramatiques d’Anne Sée, qui incarne avec rigueur une Andromaque constamment grave voire mortifère contrastent avec une Hermione souvent caricaturée soit en femme fatale dans un théâtre qui lorgne vers le boulevard (lorsqu’elle est sûre d’obtenir l’amour de Pyrrhus) soit en chevalière masculine et conquérante. Bien sûr, la langue de Racine, que l’on entend ici parfaitement, unifie cette mise en scène, mais elle ne la sauve pas de son manque d’homogénéité.

Nadja Pobel

Andromaque
Au Théâtre de la Croix-Rousse jusqu’au vendredi 11 avril

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 9 janvier 2018 Depuis quatre ans, Philippe Quesne dirige le Théâtre des Amandiers-Nanterre où il avait convié Gwenaël Morin, dont les Molière ont rencontré un grand succès (...)
Mardi 5 décembre 2017 On croit connaître la recette du théâtre permanent jusqu’à plus soif. Avec Hernani, on en redécouvre le (bon) goût. Gwenaël Morin pousse toujours plus loin l’ascèse mais y trouve une âme.
Mardi 13 juin 2017 C'est une figure du théâtre lyonnais qui s'est éteinte ce week-end. Ces travaux tournaient peu ces dernières années, mais il a traversé les décennies auprès de grands artistes.
Mardi 24 janvier 2017 Gratuite, indéfinie dans le temps, Andromaque est au Point du Jour sans fard et renverse les codes ; à commencer par la façon d'effectuer une sortie théâtrale.
Mardi 3 janvier 2017 Quelques grands noms du panthéon théâtral et de nombreux trentenaires au talent cru : voilà de quoi remplir la deuxième moitié de saison qui, espérons-le, sera plus nourrissante que la première.
Mardi 28 juin 2016 « Pas de décor, pas de costume, c'était une putain d'idée » ironisait en 2002 Vincent Delerm à propos du festival d'Avignon. Gwenaël Morin applique ce principe à la lettre pour que les grands auteurs soient entendus. Sophocle sera dans les recoins...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !